Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

.:: Lecture & Ecriture ::.   

Tistou
Ligne de mire
Au bout d'une pique
Champagne
Saintélyon
Hamada
Pale-olitic
Ca commencerait comme ça
Du bord d'un nuage
Sept ans
Conte de Noel
Bleu comme le Paradis
Vacance, l’été.
Grève à la Papeterie.
Derry
Peyruis
Mitteleuropa
LAOS 3 : Muang Ngoï
Carnets de voyage malaisien – Dabong
Carnets de voyage malaisien – Pulau Perhentian Besar
Carnets de voyage malaisien - Kota Bharu
Neige au pays électrique
Let’s roll
Sur l’autoroute
Châtaigne : Taman Negara
Gabriel
Cham Island
Espoir : Nirvana
Keystone Harbor - Portland on my mind - Cooke City
LAOS 2 : Luang Prabang
LAOS 1 : Pakbeng
India : Mumbai
Conte de Noel - Tistou

   Il était une fois à Rovaniemi, en Finlande, le Père Noel.
   Un gros bonhomme rougeaud, fatigué, plus très jeune, qui soupirait beaucoup. Dans un coin, sa tenue rouge écarlate, bordée de fourrure blanche, était accrochée à une patère. Près de la patère, une porte en bois qui donnait sur l´écurie. Dans l´écurie, les deux rennes du Père Noel. Près d´eux, le traîneau, soigneusement briqué et graissé, et le harnachement en cuir des deux rennes, graissé lui aussi, étincelant.
   Le Père Noel, ce jour là, était assis lourdement sur un banc, un coude sur la table en bois, tourné vers la cheminée où crépitait un beau feu de bouleau.
   Le Père Noel considérait les flammes. C´était la pause réglementaire.
   Deux semaines, et ce serait le jour J ; Noel.
   Un crépitement électronique se fit soudain entendre dans un coin de la pièce, puis le chuintement du lent déroulement du papier qui s´extirpe du fax.
   Semi-hébété, le Père Noel avait tourné la tête vers la feuille qui s´enroulait sur elle-même. Il s´était levé pesamment, quittant à regret la proximité du foyer et était venu déchirer la feuille. La sonnerie brève signalant la fin de l´envoi l´avait fait sursauter. Il ne s´y faisait pas, au fax ! Les gros sacs de lettres d´enfants que le facteur déposait devant sa porte avant, c´était mieux, avait-il songé. Et puis ça lui donnait l´occasion de boire un verre avec le facteur et de parler ...
   Il s´était rassis à la lourde table, avait chaussé ses grosses lunettes et parcouru la feuille de papier. Ca ne commençait pas par : « Cher Père Noel ». Les lettres avant, oui. Pas les fax !
   « Veuillez ouvrir votre messagerie électronique, était-il écrit, le fichier Kdo0512 est trop volumineux pour être faxé ».
   Son regard s´était perdu au loin. Ah, si son traîneau ne s´était pas cassé lors du Noel de l´année dernière ! Si ses vieux rennes rhumatisants étaient restés en bonne santé ! Tout cela ne serait pas arrivé.
   
   Le dernier Noel s´était avéré une catastrophe en fin de tournée. Lors du retour vers Rovaniemi, les vieux rennes épuisés avaient mal négocié un virage et le traîneau s´était fracassé sur un gros rocher. Les rennes s´étaient blessés et le Père Noel en avait été quitte pour la peur. Mais quand il avait fallu aborder le sujet de la réparation du traîneau et du remplacement des rennes (les rennes, ça ne se répare pas), on lui avait fait comprendre qu´il n´y avait pas le financement, pas de sous quoi.
   Quand, dégoûté, il avait fait remarquer que lui aussi, finalement, il aurait été bon de le remplacer, on lui avait rétorqué que l´âge de la retraite venait d´être repoussé, que ses cotisations n´étaient pas à jour et qu´il fallait revoir la Convention Collective du Père Noel ! Pour les investissements nécessaires, le business « Père Noel » avait été mis sur le marché et un fonds de Capital-risque scandinave, Nordic Funds, avait acheté.
   Tout était allé très vite alors.
   Trois jeunes gars pas commodes avaient débarqué un beau matin, pas trop équipés pour la forêt enneigée où habitait le Père Noel (oui, on dit Rovanieni mais le Père Noel habite en fait au fond d´une grande forêt sur le territoire de Rovaniemi). Ils avaient de petites chaussures, des vestons pas chauds et ils ne semblaient pas avoir goûté les joies du motoneige du facteur qui avait bien voulu les amener (le facteur ne semblant, pour sa part, avoir goûté la joie de leur compagnie !). Oui, vraiment, ils avaient l´air furieux. Frigorifiés et furieux !
   D´ailleurs le Père Noel n´avait pas tout compris de leurs questions. Enfin leurs questions ? Les réponses qu´ils faisaient avec leurs questions plutôt !
   Lui, il croyait qu´ils venaient examiner le traîneau, évaluer les réparations à effectuer, faire connaissance ...
   Non. Eux c´était ... quel mot déja revenait systématiquement pour tous les sujets abordés ? ... procédures ! Procédures, procédures, ...
   Quelles étaient les procédures en vigueur pour la prise de commande ? Le Père Noel avait fini par comprendre qu´ils parlaient des lettres des enfants. Il avait éclaté d´un gros rire bonhomme qui avait fait tressauter sa bedaine. Eux étaient toujours furieux, leurs yeux glacés qui lançaient des éclairs ... genre le chat qui ressort de l´essoreuse programme coton ! Mais quand ils lui avaient annoncé que pour rationaliser, réaliser des économies d´échelles, ce serait désormais informatisé ... il avait d´abord failli répliquer que d´échelles il n´en avait pas besoin mais, vite, le plus ébouriffé des trois lui avait demandé ce qu´il maîtrisait comme logiciel ?
   Quelles étaient les procédures vis à vis des fournisseurs ? Fournisseurs ? Le Père Noel avait compris qu´ils parlaient des lutins de la forêt qui préparaient les commandes. Il avait commencé à leur raconter les parties de rigolade qu´ils se payaient ... Le même ébouriffé, le chef sûrement, l´avait coupé. Dorénavant les commandes viendraient préparées depuis l´Asie. Les lutins de là bas avaient répondu à l´appel d´offre aux prix les plus bas. Une boule s´était formée dans la gorge du Père Noel : « Et ceux d´ici ... ? »
   Mais déja ils étaient passés à la suite.
   Quelles étaient les procédures pour ... ? ? ? ?
   
   C´était un hélicoptère qui était venu les rechercher. Ils étaient montés dedans toujours aussi furieux. Leur au-revoir n´avait pas été chaleureux. Ils lui avaient promis les conclusions de l´audit très prochainement.
   Ca n´avait pas traîné.
   Depuis, un nouveau traîneau avait été livré. Léger, solide, mais en métal. Le Père Noel regrettait son vieux en bois. Mais celui-ci, lui avait-on dit, était équipé d´un lecteur code-barres, très pratique pour exploiter les données sur les colis. Ce qui peinait le plus le Père Noel, c´était que le nouveau traîneau était siglé ! Peint sur les flancs, en grosses capitales d´imprimerie rouges : NORDIC FUNDS ! Il n´avait même pas osé faire un tour dans la forêt avec pour l´essayer !
   Depuis, deux rennes, jeunes et fringants, avaient été livrés. Les vieux avaient été laissés à la charge du Père Noel s´il le souhaitait ... sinon on lui conseillait l´abattoir ! Il s´en était étouffé d´indignation ! C´avait été pour lui l´occasion de retrouver les lutins de la forêt et de leur confier un peu d´occupation. Les rennes recouvraient la santé chez les lutins et le Père Noel, quand il passait les voir, avait du mal à rentrer chez lui.
   Le problème des deux nouveaux rennes, c´est qu´on lui avait fourni des rennes sibériens. Plus costauds, moins chers. Oui. Mais ils ne parlaient pas le « Père Noel » ! Et le Père Noel ne parlait pas le sibérien. En plus, il lui fallait maintenant cacher ses bouteilles de vodka. L´autre jour ils avaient mis l´écurie sens dessus-dessous après avoir éclusé une bouteille tombée sous leurs pattes !
   Depuis, un fax, un PC lui avaient été livrés aussi. Et là, le Père Noel avait un souci. Il ne savait absolument pas utiliser ce fichu PC. Et franchement ... ça l´enquiquinait prodigieusement ! Hors de question de se pencher dessus !
   
   Le Père Noel venait de taper du poing sur la table. Il s´était levé et ses yeux étaient maintenant pleins d´une vigueur nouvelle. Même le feu de bouleau dans la cheminée semblait repartir de flammes plus dansantes, et les crépitements crépiter plus joyeux..
   Il lui restait quatorze jours. Il fit les comptes.
   Ses deux vieux rennes avaient été soignés par les lutins. Ils avaient bien un peu grossi, perdu l´habitude de l´effort, mais le bonheur de se retrouver ensemble ferait des miracles.
   Les restes du vieux traîneau étaient rassemblés près du lieu de l´accident, à quelques kilomètres de la forêt. Le lutin charpentier en ferait son affaire. Le traîneau couinerait bien un peu, mais ... faute de grives ... Et puis un traîneau en métal avec NORDIC FUNDS affiché sur les flancs ... Non, pas possible !
   La liste des cadeaux ? Eh bien tant pis ! Après tout, depuis le temps qu´il faisait la tournée de Noël, il savait. A peu près, mais il savait. Oui, il pouvait se débrouiller !
   Les cadeaux ? Là, il allait falloir convaincre les lutins !
   Le Père Noël se frotta la barbe pensivement et ses yeux se firent rieurs. Il se souvenait de toutes les années précédentes. Des fêtes sans fin, des parties de rigolade à n´en plus finir (des farceurs ces lutins !), et finalement tout était toujours prêt au dernier moment. Ah on allait bien s´amuser ... !
   Il ne fallait pas perdre de temps.
   D´abord les rennes dans l´écurie : leur laisser de quoi boire, manger. Le Père Noël disposa fourrage, eau et fit le sacrifice de ses dernières bouteilles de vodka. Il leur dit au-revoir en Père Noël, ils le regardèrent de leurs yeux sibériens pleins d´incompréhension.
   Puis son sac : faire son sac pour n´avoir pas besoin de revenir. Tenue de Père Noël, chandail, collant, sous-vêtement, la panoplie de Père Noël quoi !
   Enfin prévenir : prévenir les autres. NORDIC FUNDS. Le Père Noël entreprit de rédiger un fax. C´était la première fois qu´il utilisait l´appareil pour envoyer quelque chose, il n´avait pas l´habitude. Comme il n´avait pas l´habitude d´écrire non plus, il adopta un style télégraphique qui lui semblait en rapport avec cette technologie. En grosses lettres d´imprimerie, il traça sur une feuille de papier :
   CONTRETEMPS. DOIT M ABSENTER. MATERIEL RESTE SUR PLACE.
   Signé : Père Noël
   Il disposa avec difficulté la feuille dans le fax et de ses gros doigts malhabiles tapa le numéro d´expédition, celui de NORDIC FUNDS.
   Hélas, on l´a dit, ses doigts étaient gros et malhabiles et il se trompa d´un numéro. Le message arriva à « La Gazette de Rovaniemi », le journal local. Le temps qu´il parvienne entre les mains du rédacteur en chef de « La Gazette de Rovaniemi », que celui-ci ait une vague idée de ce qu´il se passait et compose le numéro d´émission pour vérifier l´information, le Père Noël était parti vers la forêt, en chantant, son gros sac sur l´épaule.
   Le lendemain, pendant que toute toute la forêt s´était mise au travail dans la joie et la bonne humeur, paraissait en première page de « La Gazette de Rovaniemi » :
   « Un Noël sans cadeaux ? Le Père Noël aurait disparu. » Et suivait un long article plein d´inventions comme savent si bien en écrire les journaux..
   Dans l´après-midi, NORDIC FUNDS prenait contact avec « La Gazette de Rovaniemi », envoyait les trois jeunes gars, déja venus, vérifier sur place ce qu´il se passait (un coup d´hélicoptère), et passait le soir même une annonce dans « La Gazette de Rovaniemi » :
   Urgent. Cherche Père Noël remplaçant. CDD 1 mois.
   Deux jours avant Noël, un gros hélicoptère venait déposer les colis de cadeaux préparés par les lutins d´Asie, avec les codes barres et tout et tout, et un brave chômeur qu´on avait incité à répondre positivement à l´offre d´emploi.
   La veille de Noël, lors d´une sortie d´entraînement où, pour la première fois le remplaçant Père Noël avait réussi à atteler les deux rennes sibériens au traîneau siglé NORDIC FUNDS, l´attelage percutait à toute vitesse le premier rocher rencontré (les rennes sibériens sont vigoureux, on l´a dit, et il y a beaucoup de rochers en Finlande). Le traîneau était faussé et inutilisable, les deux rennes succombaient au coma éthylique (ils n´avaient pas dessaoûlé depuis que le Père Noël les avait laissés) et le remplaçant Père Noël avait les deux jambes fracturées.
   
   Pendant ce temps, le Père Noël et les lutins n´avaient pas perdu leur temps. La forêt avait résonné de cris joyeux et de l´écho des outils en train de frapper, scier et clouer. Le lutin charpentier avait retapé le traîneau en bois. Qui couinait beaucoup. Les deux rennes s´étaient réentraînés à courir avec beaucoup d´entrain et un peu de mal, quand même. Et le Père Noël mettait la dernière main à la liste des destinataires, qu´il reconstituait de mémoire. Et il avait du mal.
   
   Le lendemain de Noël, « La Gazette de Rovaniemi » titrait en première page :
   « Noël sauvé. Le Père Noël est passé. »
   Et suivait un long article soulagé.
   Plus loin, en pages locales :
   « Des bruits suspects pendant la nuit de Noël.
   De nombreux citoyens ont été surpris, sur le coup de minuit, par des bruits suspects, en provenance du toit de leurs maisons. Ces bruits évoquaient des couinements. Aucune explication plausible n´a pu être retenue. La Gendarmerie enquête. »
   Plus loin encore, en pages économiques :
   « Le cours de NORDIC FUNDS en chute libre.
   Suite à des rumeurs sur fond de Noël sans cadeaux, les cours de NORDIC FUNDS, société qui venait de reprendre l´activité « Père Noël », se sont subitement écroulés le 24 décembre. Le PDG de NORDIC FUNDS, dans un communiqué publié peu avant minuit, annonçait son intention de se désengager de l´activité « Père Noël » qui ne correspondrait pas au coeur de cible de sa société. NORDIC FUNDS serait prêt à céder « Père Noël » pour le Mark symbolique. »
   
   Et surtout, surtout. Vos cadeaux en cette veillée de Noël 2005. Regardez bien ! Est-ce bien ce que vous aviez commandé ?