Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

.:: Lecture & Ecriture ::.   

Tistou
Ligne de mire
Au bout d'une pique
Champagne
Saintélyon
Hamada
Pale-olitic
Ca commencerait comme ça
Du bord d'un nuage
Sept ans
Conte de Noel
Bleu comme le Paradis
Vacance, l’été.
Grève à la Papeterie.
Derry
Peyruis
Mitteleuropa
LAOS 3 : Muang Ngoï
Carnets de voyage malaisien – Dabong
Carnets de voyage malaisien – Pulau Perhentian Besar
Carnets de voyage malaisien - Kota Bharu
Neige au pays électrique
Let’s roll
Sur l’autoroute
Châtaigne : Taman Negara
Gabriel
Cham Island
Espoir : Nirvana
Keystone Harbor - Portland on my mind - Cooke City
LAOS 2 : Luang Prabang
LAOS 1 : Pakbeng
India : Mumbai
Du bord d'un nuage - Tistou

   Penchés du bord d'un nuage, ils observaient la Terre.
   L'espace était limpide, la visibilité exceptionnelle. La planète bleue poursuivait sa ronde endiablée, tournant comme une toupie ivre sur elle-même dans un silence pétrifiant.
   Gabriel était songeur, comme absorbé dans sa contemplation. C'est Pierre qui rompit le silence.
   - C'est fou, non ?
   Le soupir de Gabriel fût profond, à l'image de sa concentration. Nulle autre réaction. Il restait obstinément tourné vers le bas, vers la Terre.
   Pierre lui jeta un oeil intrigué. Gabriel avait l'esprit ailleurs, c'était évident. Il revint lui aussi à la contemplation de la Terre. Ca grouillait là, en bas.
   - Gabriel ?
   - Mmh !
   - C'est fou, non ?
   Gabriel tourna enfin son visage vers lui. Il avait l'air interloqué.
   - C'est fou ? De quoi tu parles précisément ?
   - En bas ... La Terre... Cette misère ...
   Re-soupir de Gabriel, et hochement de tête.
   - C'est fou, oui. Et c'est de mal en pis. Regarde.
   Et il montrait du doigt la boule folle, qui tournait et tournait, sur elle-même. Et en décrivant une ellipse comme si cela ne suffisait pas !
   Gabriel prit une intonation rêveuse.
   - Tu te souviens des deux premiers ? Comme ils étaient mignons ?
   Le visage de Pierre s'éclaira.
   - Comme si c'était hier. C'est dommage que ça ait buggé si vite !
   Et soupirant :
   - Oh, et puis le boss n'a pas assuré sur ce coup-là ?
   Gabriel le regardait maintenant avec une intensité douloureuse.
   - Oh, toi aussi ! On n'en a jamais parlé mais...c'est vrai, il ne s'est pas montré à la hauteur.
   Et montrant la boule obstinée :
   - Regarde, ils vont demain vers les dix milliards. De plus en plus de malheureux et ... la limite... bientôt... T'as eu des échos du dernier Conseil ?
   - Non, rien n'a filtré. Mais il n'y a pas trente six solutions. C'est la fin de l'expérience ou un coup comme celui de la Peste. Tu te souviens de la Peste ?
   Gabriel secoua lentement la tête, de haut en bas, à nouveau songeur.
   - Oui. Pas joli. Dix milliards ! Tu crois qu'ils se rendent compte que ça va coincer ?
   - A se demander ! Ils font comme si ça pouvait continuer exponentiellement... Les pauvres ! Et tu sais ce qui m'étonne le plus ?
   En bas, inconsciente et pleine d'une force sauvage, la petite boule bleue tournait et tournait. Et son obstination à la fois forçait l'admiration et faisait peine à voir. L'obstination d'un simple d'esprit qui ne voit pas le bout du chemin et qui va tomber dans le ravin.
   Comme Gabriel s'était tourné vers lui et l'interrogeait du regard, Pierre reprit, plus bas, plus rauque, comme si les mots avaient du mal à passer.
   - Ce qui m'étonne le plus, c'est comme ils s'accrochent à la vie ! Tu imagines ça ! Ils tiennent à la vie. Là-bas. Sur la Terre. Sur ce foutoir !
   - La plus grande escroquerie de l'Univers. A coup sûr. Et je pense que le boss s'est fait avoir sur ce coup-là. Il a été mal conseillé ...
   Pierre s'échauffait.
   - Mal conseillé ! Et une fois le formatage réalisé, c'était fichu. Ca aurait pu être bien pourtant
   Gabriel opina.
   - Ca aurait pu être bien ... On parle d'un nouveau projet en cours. J'espère qu'il sera lancé sur de meilleures bases !
   - Pas de mal, ricana Pierre. Et il reprit, comme n'y croyant pas tout à fait :
   - Ils tiennent à la vie ! Sur Terre ! S'ils savaient ... S'ils savaient !
   En bas la petite boule bleue était infatigable. Et vaillante. Mais si petite...
   Sur leur nuage là-haut, les deux s'étaient retirés. On allait passer à autre chose.