Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

.:: Lecture & Ecriture ::.   

Tistou
Ligne de mire
Au bout d'une pique
Champagne
Saintélyon
Hamada
Pale-olitic
Ca commencerait comme ça
Du bord d'un nuage
Sept ans
Conte de Noel
Bleu comme le Paradis
Vacance, l’été.
Grève à la Papeterie.
Derry
Peyruis
Mitteleuropa
LAOS 3 : Muang Ngoï
Carnets de voyage malaisien – Dabong
Carnets de voyage malaisien – Pulau Perhentian Besar
Carnets de voyage malaisien - Kota Bharu
Neige au pays électrique
Let’s roll
Sur l’autoroute
Châtaigne : Taman Negara
Gabriel
Cham Island
Espoir : Nirvana
Keystone Harbor - Portland on my mind - Cooke City
LAOS 2 : Luang Prabang
LAOS 1 : Pakbeng
India : Mumbai
Gabriel - Tistou

   De l’électricité dans l’air
   
   Les mines étaient ravagées, les mouvements saccadés, les paroles fielleuses. Tous se contraignaient à rester assis mais les positions crispées disaient assez combien ils avaient envie d’exploser. Seul l’homme à la jambe de bois claudiquait, tournant sans répit autour de l’assemblée. Le contact de sa prothèse en bois faisait un bruit étouffé quand elle rentrait en contact avec le sol de ce qui pouvait ressembler à un jardin public. La régularité du « chouff... chouff » démontrait son état de songerie. Il était plongé dans un abîme de réflexion et avançait machinalement. Certains commençaient à ne plus supporter ce « chouff ». Le tic nerveux qui tordait leur visage au moment précis où le bruit allait se produire était révélateur. Et l’électricité s’accumulait dans l’air. Cette réunion – manifestement une réunion au sommet – allait être explosive...
   
   C’est n’importe quoi! N’importe quoi! martelait l’un en se tapant sur la cuisse de son poing serré. Ce n’est pas du tout ce qu’on avait dit!
   
   Et la jambe de bois tournait. Lentement. « Chouff »... « Chouff »...
   
   Le cahier des charges n’est pas respecté, renchérissait un autre au comble de l’excitation. Nous ne sommes plus dans les normes! Plus du tout!
   
   On sentait les corps prêts à se jeter hors des sièges pour essayer de libérer de l’énergie. Un trop-plein...
   
   Maintenant il faut convenir que nous sommes toujours en expansion, essayait de tempérer un troisième. Ce n’est pas si mal quand même de maintenir une expansion continue. Dans le contexte actuel tout le monde ne peut y prétendre...
   
   L’expansion vers quoi? L’expansion pour quoi? Là on a l’impression d’une expansion pour l’expansion. Mais ça rime à quoi?
   
   C’est n’importe quoi! N’importe quoi! et il tapait toujours son poing serré sur la cuisse. (Ah! et il secouait la tête aussi, maintenant...)
   
   « Chouff »... « Chouff »...
   
   A la réflexion, le décor du jardin public aurait pu interpeller un éventuel passant. C’est vrai qu’une réunion au sommet dans un jardin public...
   
   Il y avait de superbes fleurs, des grosses, des colorées, le genre dont on ne connait jamais les noms. Il y avait de belles plantes épanouies, le genre plantes grasses qui se plaisent. Et puis un pommier. Passablement incongru dans ce décor qui évoquait davantage l’exubérance tropicale que la quiétude d’un pré normand.
   
   Je vous rappelle que c’est d’éternité dont nous parlons, Messieurs. D’éternité!
   (tiens oui, il n’y avait que des hommes)
   
   Ah elle est belle l’éternité, fulminait un autre. Une éternité à la gomme, oui...
   Il y eût un dissonant « chouff-chouff ». Suivi d’un « Merde! » Toutes les têtes se tournèrent vers la jambe de bois. Qui était présentement en train de repousser quelque chose sur le sol. Frottant le sol de son moignon. Produisant un décalé « chououououff... chououououff... ».
   
   Saloperie de serpent. Toujours là à se mettre dans nos pattes... Allez, fiche le camp!
   Ils virent juste un mouvement furtif se propager dans les herbes, la queue d’un serpent qui ondoyait et se perdait dans la végétation. Quelques soupirs fusèrent. Il y eût des regards entendus...
   
   Ça rappelle des souvenirs, hein! dit l’un.
   
   C’est bien loin tout ça, répondit un autre qui essuyait furtivement une larme au coin de l’œil.
   Justement! Justement! - et celui-ci agitait une liasse de papier - J’ai là un rapport... Accablant! Mais il va bien falloir y répondre. Dire la vérité! On ne peut pas les laisser dans cet état!
   
   Toutes les têtes se courbaient. Coupables.
   
   La jambe de bois avait cessé d’avancer. L’épisode du serpent l’avait déstabilisé. Il se passait la main dans le dos, frottait ses omoplates, grimaçait. Ça n’était pas précisément l’expression du bonheur...
   
   Il va bien falloir leur dire, reprit un à voix basse.
   
   Qui aurait pu prévoir que ça durerait si longtemps aussi, s’emporta son voisin. Quand il avait créé ça, c’était comme un brouillon, pour rire. Ça devait s’autodétruire assez rapidement vus les ingrédients. Tant qu’il était là pour contrôler... , bon ça passait. Mais maintenant..., maintenant qu’il a disparu...
   
   Les têtes replongèrent. Coupables. La jambe de bois se grattait toujours les omoplates en grimaçant...
   
   Ça fait mal, Gabriel? questionna l’un, compatissant.
   
   Bon sang oui. Et elles me manquent, ces ailes. Avec la patte folle en plus!
   
   Les soupirs fusèrent de partout. Même la beauté du jardin public, l’Eden était-il écrit là-bas vers l’entrée, ne raffermissait pas les consciences...
   
   Qui c’est qui leur dit qu’il est mort? Et comment on leur dit qu’il est mort, Dieu?...