Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

.:Lecture & Ecriture - Rencontre:.
Tatiana De Rosnay
Interview avec Onlykey

   


   Tatiana De Rosnay
   Pardonne moi, Tatiana, je sais que ton livre est sorti depuis un mois désormais... et je ne mets l'interview que tu m'as accordé que maintenant ... Alors, petit rappel : Le livre de Tatiana de Rosnay, "Elle s'appelait Sarah" est sorti en avant première chez France Loisirs, avant de paraître début mars 2007 chez Heloise d'Ormesson Editions...
   
   Tatiana, peux tu nous présenter ce livre ainsi que son contexte d’écriture ?

   Ce roman se déroule dans deux époques : de nos jours et en 1942. Il dévoile l’horreur de la rafle du Vel d’Hiv à travers les yeux de Sarah, 10 ans.
   60 ans plus tard, Julia, une journaliste américaine, en faisant des recherches pour un article, découvre un sombre secret qui lie sa belle-famille française à Sarah…C’est une véritable boite de Pandore que Julia va ouvrir.
   J’ai écrit ce roman dans ma langue maternelle, l’anglais, car pour décrire un tel sujet, j’avais besoin de trouver refuge, si j’ose dire, dans ma partie anglaise, afin d’avoir un certain recul. Le personnage américain de Julia m’a offert un deuxième recul indispensable.
   Ce roman est une aventure très émouvante pour moi. D’abord par son histoire, toutes ces recherches, tout ce que j’ai appris et qui m’a bouleversée. Ensuite parce que pour la première fois de ma vie, ce livre va être traduit dans de nombreux pays en 2007, 15 pour être exacte, dont les USA, l’Allemagne, l’Italie, Israël, Portugal, Grèce, etc etc.
   
   Tes livres parlent souvent du passé, de la « mémoire des murs » (titre également d’un de tes romans) … D’où te vient cet amour pour ce sujet ? T’effraie-il, et tentes-tu par l’écriture de passer outre cette peur ?
   J’ai toujours été attirée par les lieux, les maisons, depuis que je suis petite. Cela m’effraie et me passionne à la fois. Et j’aime écrire sur ce sujet, non pas pour dépasser ma peur, mais pour l’explorer et découvrir encore autre chose. Le passé m’attire, mais surtout parce que je trouve qu’il ne cesse de nous revenir. Si on a peur du passé, on a peur d’avancer. C’est le passé, il me semble, qui nous façonne tels que nous sommes. Le passé laisse des marques indélébiles. Oui, j’en ai souvent parlé dans mes romans, mais particulièrement dans «Elle s’appelait Sarah»…
   
   Peut-on affirmer que Julia, le personnage principal du roman, te ressemble beaucoup? Quels traits de ton caractère lui as-tu offerts?
   Mais Kevin, Julia n’a rien de moi ! D’abord, elle est grande, blonde aux yeux bleus et « so American » ! Elle est opiniâtre, têtue, et ne s’est jamais sentie à l’aise dans sa famille française. La seule chose que j’ai en commun avec elle, c’est cette opiniâtreté, justement, mais c’est à peu près tout. J’aime beaucoup Julia. J’aimerais la rencontrer ! A l’écran, ce serait Jodie Foster, une actrice que j’admire terriblement.
   
   L’histoire de Sarah est-elle vraie ? Quels sont les éléments véridiques du livre ?
   Non, j’ai imaginé la vie de Sarah. Mais tout ce qui concerne la rafle, Beaune la Rolande et Drancy est hélas vrai. Je ne me serais jamais permis de prendre des libertés avec une page aussi sombre de l’histoire de notre pays.
   
   As-tu eu des remontées de personnes ayant vécu ce genre d’histoire, et qui se sont reconnues dans ton texte ?
   Oui, et cela m’a touchée profondément.
   
   Tu es l’auteur de huit romans. Comment est venu le déclic de l’écriture ?
   A dix ans, j’ai eu envie d’écrire un roman pour l’anniversaire de ma mère. Je l’ai écrit en anglais (ma mère est britannique). Cela m’a tellement plu que j’ai eu envie de continuer. Ma famille m’encourageait beaucoup, et donc c’est parti comme ça. Mais je n’ai osé affronter l’épreuve de la recherche d’un éditeur que vers mes 30 ans. J’ai essuyé quantité de refus… Je n’y croyais plus. Puis Fayard m’a dit oui. Je n’en revenais pas. Il s’agissait de «l’Appartement Témoin», le premier roman que j’ai écrit en français.
   
   Qu’as tu appris depuis tant d’années d’écriture ?
   Que j’ai certainement encore beaucoup de choses à apprendre ! Plus sérieusement, j’ai fait des rencontres formidables avec des lecteurs mais aussi avec d’autres romanciers.
   
   Quels conseils donnerais tu à un jeune « écrivain » ?
   Je reçois souvent des mails ou des lettres de jeunes auteurs qui souhaitent être publiés. Je leur dis qu’il faut du temps et de la patience. Il faut trouver l’éditeur qui croit vraiment en vous. Ce n’est pas évident à dénicher…j’en sais quelque chose !
   
   Quels sont les livres qui t’ont marqués alors que tu étais adolescente ?
   Rebecca de Daphné du Maurier, Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde, les histoires de Edgar Allen Poe , Lolita de Nabokov, le Journal d’Anne Frank, L’assommoir de Zola, Une Vie de Maupassant.
   
   
   Tu as un blog très connu sur la toile du net, comment cet engouement pour le blog t’est-il venu ? Et comment se poursuit l’histoire… ?
   J’ai ouvert ce blog par curiosité, je ne pensais pas du tout que cela serait aussi enrichissant et passionnant ! L’histoire se poursuit puisque je continue à l’alimenter régulièrement. J’ai aussi créé un blog spécialement pour Sarah.
   
   Voila… Le dernier mot est pour toi !
   Merci Kevin pour cette interview très sympa et longue vie à ton blog ! Et j’espère que d’autres auteurs viendront se confier ici ! Quant à mes lecteurs, j’espère que vous aimerez Sarah, votre avis est important pour moi, n’hésitez pas à m’écrire et je vous répondrai, promis!