Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

.: Lecture/Ecriture - Ce qu'ils en ont dit :.
Ce qu'ils en ont dit

Sélectionner par auteurs... - Sélectionner par thèmes...
  Auteurs
  • Carmine Abate
  • Kôbô Abé
  • Jacques Abeille
  • Olivier Adam
  • Milena Agus
  • Riikka Ala-Harja
  • Svetlana Alexievitch
  • Jakuta Alikavazovic
  • Eugenia Almeida
  • Nathacha Appanah
  • Aharon Appelfeld
  • Isaac Asimov
  • Pieter Aspe
  • Stéphane Audeguy
  • Paul Auster
  • Marcel Aymé
  • Thilde Barboni
  • Alessandro Baricco
  • Cathie Barreau
  • Svetislav Basara
  • Rick Bass
  • Henry Bauchau
  • Pierre Bayard
  • Frédéric Beigbeder
  • Jeanne Benameur
  • Stefano Benni
  • Geneviève Bergé
  • Thomas Bernhard
  • Philippe Besson
  • Neil Bissoondath
  • Lionel Bourg
  • Nicolas Bouvier
  • André Brink
  • Wolfgang Büscher
  • Géva Caban
  • Albert Camus
  • Jean-Claude Carrière
  • Antoni Casas Ros
  • Camilo José Cela
  • René Char
  • Jacques Chessex
  • Driss Chraïbi
  • Christos Chryssopoulos
  • Claro
  • Albert Cohen
  • Ivy Compton-Burnett
  • Vincenzo Consolo
  • Douglas Coupland
  • Mia Couto
  • Bruce Cummings
  • Stig Dagerman
  • Francis Dannemark
  • Kamel Daoud
  • François-René de Chateaubriand
  • Philippe de la Genardière
  • Erri De Luca
  • Caroline De Mulder
  • Serge Delaive
  • Jean-Philippe Delhomme
  • Don DeLillo
  • Virginie Despentes
  • Régine Detambel
  • Helen Dewitt
  • Mohammed Dib
  • Joël Dicker
  • Annie Dillard
  • Fatou Diome
  • Edgar Laurence Doctorow
  • John Dos Passos
  • Fedor Michaïlovich Dostoievski
  • Marguerite Duras
  • Lawrence Durrell
  • Umberto Eco
  • François Emmanuel
  • Mathias Enard
  • J. M Erre
  • Andreas Eschbach
  • Abilio Estévez
  • Eric Faye
  • Alice Ferney
  • Jérôme Ferrari
  • Vera Feyder
  • Nick Flynn
  • Jonathan Safran Foer
  • Richard Ford
  • Karen Joy Fowler
  • Paula Fox
  • Esther Freud
  • Mark Frost
  • Carlos Fuentes
  • Anne-Marie Garat
  • Gabriel Garcia Márquez
  • Pascal Garnier
  • Romain Gary
  • Laurent Gaudé
  • Brigitte Giraud
  • Julia Glass
  • William Golding
  • Michal Govrin
  • Günter Grass
  • Graham Greene
  • Andrew Sean Greer
  • Sofia Guellaty
  • Jean-Michel Guenassia
  • Cécile Guilbert
  • Yannick Haenel
  • Jim Harrison
  • Hallgrimur Helgason
  • Frank Herbert
  • Hermann Hesse
  • Michel Houellebecq
  • Nancy Huston
  • Siri Hustvedt
  • John Irving
  • Kazuo Ishiguro
  • Miranda July
  • Ismaïl Kadaré
  • Laura Kasischke
  • Hiromi Kawakami
  • Daniel Kehlmann
  • Abdelkébir Khatibi
  • Stephen King
  • Hanif Kureishi
  • Denis Lachaud
  • Jean-Marie Laclavetine
  • Dany Laferrière
  • Marie-Hélène Lafon
  • Jean-Luc Lagarce
  • Caroline Lamarche
  • She Lao
  • Patrick Lapeyre
  • Reif Larsen
  • Linda Lê
  • Jean-Marie Gustave Le Clézio
  • Violette Leduc
  • Gaston Leroux
  • Michèle Lesbre
  • Doris Lessing
  • Torgny Lindgren
  • António Lobo Antunes
  • David Lodge
  • Jean-Yves Loude
  • Amin Maalouf
  • Loriano Macchiavelli
  • Naguib Mahfouz
  • Andreï Makine
  • Ossip Mandelstam
  • Henning Mankell
  • Thomas Mann
  • Sándor Márai
  • Pierre Mari
  • Jean Mattern
  • Carson McCullers
  • Pascal Mercier
  • Leonard Michaels
  • Pierre Michon
  • Henry Miller
  • Richard Millet
  • Mo Yan
  • Max Monnehay
  • Jean Montenot
  • Antonio Muñoz Molina
  • Haruki Murakami
  • Kiyoko Murata
  • Herta Müller
  • Vladimir Nabokov
  • Ito Naga
  • Vidiadhar Surajprasad Naipaul
  • Torborg Nedreaas
  • Guadalupe Nettel
  • Cees Nooteboom
  • Hubert Nyssen
  • Dan O'Brien
  • Nuala O'Faolain
  • Joyce Carol Oates
  • Yôko Ogawa
  • Véronique Ovaldé
  • Amos Oz
  • Orhan Pamuk
  • Matthew Pearl
  • José Luís Peixoto
  • Pierre Péju
  • Léo Perutz
  • Grégoire Polet
  • Jean Bernard Pouy
  • Richard Powers
  • Marcel Proust
  • Pascal Quignard
  • Elisabetta Rasy
  • Alain Rémond
  • Jean Rhys
  • Emili Rosales
  • Olivia Rosenthal
  • Philip Roth
  • Gabrielle Roy
  • Salman Rushdie
  • Françoise Sagan
  • Jérôme David Salinger
  • Lydie Salvayre
  • Goliarda Sapienza
  • Paul Scarron
  • Rob Schultheis
  • Winfried Georg Sebald
  • Will Self
  • William Shakespeare
  • Meir Shalev
  • Zeruya Shalev
  • Aki Shimazaki
  • José Carlos Somoza
  • Natsume Sôseki
  • Gunnar Staalesen
  • Jón Kalman Stefánsson
  • Heloneida Studart
  • Magda Szabó
  • Paco Ignacio Taibo II
  • Urbano Tavares Rodrigues
  • Chad Taylor
  • Steve Tesich
  • Zoé Valdés
  • François Vallejo
  • David Van Reybrouck
  • Mario Vargas Llosa
  • Lourdes Ventura
  • Jules Verne
  • Gore Vidal
  • Stephen Vizinczey
  • Voltaire
  • Kurt Vonnegut
  • Ornela Vorpsi
  • Cécile Wajsbrot
  • Herbjørg Wassmo
  • Frank Wedekind
  • Edith Wharton
  • Colson Whitehead
  • Dirk Wittenborn
  • Claire Wolniewicz
  • Virginia Woolf
  • Francis Wyndham
  • Irvin Yalom
  • Marguerite Yourcenar
  • Evgueni Zamiatine
  • Amin Zaoui
  • Stefan Zweig
  •   Marguerite Yourcenar
    Deuil

    "Ce cadavre et moi partions à la dérive, emportés en sens contraire par deux courants du temps."
    "Mémoires d'Hadrien"


    Fatalité

    "Le fruit ne tombe qu'à son heure, lorsque son poids l'entraînait depuis longtemps vers la terre: il n'y a pas d'autre fatalité que ce mûrissement intime."
    "Alexis", suivi de "Le coup de grâce"


    Théâtre

    "Qu'il s'agisse de Ionesco, de Brecht, ou de tout autre, vous me paraissez dire toujours ce qu'il faut dire si l'on ne veut pas oublier que le théâtre est un art, un acte de foi, un signe et un message à des hommes réunis en groupe, une expérimentation parfois dangereuse, et non un article de demi-luxe produit en série par de douteux fabricants."
    "D'Hadrien à Zénon, correspondance 1951-1956"


    Humanisme

    "Le livre [Mémoires d'Hadrien] me passionnait parce qu'il posait ainsi ce grand problème de l'humanisme qui n'a d'ailleurs pu être à chaque époque qu'une solution exceptionnelle parce que c'est une solution de culture."
    "D'Hadrien à Zénon, correspondance 1951-1956"


    Tristesse

    "J’étais triste comme ceux qui vieillissent, et commencent à s’apercevoir que leur vie fut une dure vie… "
    "Le dialogue dans le marécage"


    Vérité

    "Mon propre métier m'apprend que la vérité est dans les faits comme dans une gangue et que l'art précisément consiste à la faire reconnaître comme vous l'avez fait."
    "D'Hadrien à Zénon, correspondance 1951-1956"


    Avenir

    "Contre l'avenir qui se présente à nous vociférant et sûr de soi, il faut toujours compter avec un autre avenir encore en germe et dont nous avons à protéger la croissance. Les crises de violence collective ne sont jamais que les mauvais quarts d'heure de l'histoire; elles n'aident pas plus aux minces progrès humains que les tornades ne contribuent à faire pousser les moissons. Après chaque orage, l'humanité reprend humblement sa tâche interrompue, qui consiste justement à préserver les forces encore vives du passé, et à diriger leur lente évolution vers l'avenir."
    "En pèlerin et en étranger"


    Lire

    " (...) je m'aperçois surtout que bien rares sont les gens qui savent lire attentivement, et accorder généreusement à ce qu'ils lisent cette sympathie sans laquelle l'oeuvre la plus vivante reste lettre morte."
    "D'Hadrien à Zénon, correspondance 1951-1956"



    Lire

    "Lire, bien lire, c'est si l'on veut traduire, ou si l'on veut recomposer la pensée de l'auteur qu'on lit et qui, à travers l'œil, passe de la page imprimée à la matière grise du cerveau, absorbée, adaptée, devient pour chacun de nous à la fois la même chose et autre chose. Tout grand livre projette sur chaque lecteur d'autres feux et d'autres ombres."
    "En pèlerin et en étranger"


    Vieillir

    "J'avais toute ma vie fait bon ménage avec mon corps; j'avais implicitement compté sur sa docilité, sur sa force. Cette étroite alliance commençait à se dissoudre; mon corps cessait de ne faire qu'un avec ma volonté, avec mon esprit, avec ce qu'il faut bien, maladroitement, que j'appelle mon âme; le camarade intelligent d'autrefois n'était plus qu'un esclave qui rechigne à sa tâche."
    "Mémoires d'Hadrien"


    Amour

    "L'amour est un châtiment. Nous sommes punis de n'avoir pas pu rester seuls."
    "Feux"


    Amour

    "Quelles que soient les circonstances où vous vous trouvez, rien ne vous empêche d'aimer, c'est-à-dire de porter dans chaque ébauche d'amitié ou d'amour, et même dans les rencontres les plus passagères, assez de générosité, de bonne volonté, et aussi de courage pour n'être jamais déçu ou trompé, même si vous faîtes erreur sur l'objet, puisque vous aurez en tout cas senti, vécu et appris."
    "D'Hadrien à Zénon, correspondance 1951-1956"


    Mots

    "- Il me semble que Monsieur réussit à joindre et à lier entre elles les choses, et par là j'entends aussi les objets, les notions des hommes, à l'aide de mots plus fins et plus forts que les choses ne sont. Et quand les mots ne lui suffisent plus, par des chiffres, des lettres et des signes, comme par des filins d'acier..."
    "Un homme obscur" – "Une belle matinée"


    Vie

    "Nous avons tous si peur de la paix que nous la prenons pour la mort. Qu'eussent fait les hommes, grands dieux, pendant trois mille ans d'histoire, s'ils n'avaient eu leurs sens, pour jouir de la vie et leur cerveau pour la compliquer?"
    "En pèlerin et en étranger"



    Guerre

    "Des exploits authentiques, ou parfois légèrement amplifiés, deviennent un chantage au courage de tous ; les homélies ampoulées glorifiant les grands morts exaltent en réalité la guerre jugée sans examen le seul moyen de régler entre les peuples les querelles d’intérêt, ou qui pis est, de point d’honneur. "
    "Quoi ? L’éternité"


    Famille

    "Mais les liens du sang sont bien faibles, quoi qu'on dise, quand nulle affection ne les renforce."
    "Mémoires d'Hadrien"


    Beauté

    " (...) Nathanaël reconnut des psaumes qu'il avait lus en langue vulgaire dans la Bible de ses parents, mais ils sonnaient étrangement dans cette solitude qui ne savait rien du dieu d'un royaume appelé Israël, ni de l'Eglise Romaine ni de celles qu'ont fondées Luther et Calvin. Certains de ces versets cependant étaient beaux, ceux où il était question de la mer, de vallées et de montagnes, et de l'immense angoisse de l'homme."
    "Un homme obscur" – "Une belle matinée"


    Solitude

    "Solitude... Je ne crois pas comme ils croient, je ne vis pas comme ils vivent, je n'aime pas comme ils aiment... Je mourrai comme ils meurent."
    "Feux"


    Lecture

    "Ayant ainsi déversé des souvenirs plus ou moins disparates, je voudrais consigner ici celui d’un miracle banal, progressif, dont on ne se rend compte qu’après qu’il a eu lieu : la découverte de la lecture. Le jour où les quelque vingt-six signes de l’alphabet on cessé d’être des traits incompréhensibles, pas même beaux, alignés sur fond blanc, arbitrairement groupés, et dont chacun désormais constitue une porte d’entrée, donne sur d’autres siècles, d’autres pays, des multitudes d’êtres plus nombreux que nous n’en rencontrerons jamais dans la vie, parfois une idée qui changera les nôtres, une notion qui nous rendra meilleurs, ou du moins un peu moins un peu moins ignorants qu’hier. "
    "Quoi ? L’éternité"


    Temps

    "Le temps ne vous coûte rien, à vous, les philosophes: il existe pourtant, puisqu'il nous sucre comme des fruits et nous dessèche comme des herbes."
    "Feux"


    Silence

    "Le silence qui succède aux accords n'a rien des silences ordinaires: c'est un silence attentif; c'est un silence vivant. Bien des choses insoupçonnées se murmurent en nous à la faveur de ce silence, et nous ne savons jamais ce que va nous dire un musique qui finit."
    "Alexis", suivi de "Le coup de grâce"


    Musique

    "Il m'a toujours semblé que la musique ne devrait être que du silence, et le mystère du silence, qui chercherait à s'exprimer. Voyez, par exemple, une fontaine. L'eau muette emplit les conduits, s'y amasse, en déborde, et la perle qui tombe est sonore. Il m'a toujours semblé que la musique ne devait être que le trop-plein d'un grand silence."
    "Alexis", suivi de "Le coup de grâce"


    Livres

    "… Une voix s’élevait ; la voix d’un homme seul. Il y a ainsi des lèvres, presque toujours à l’écart de la littérature de l’époque, qui viennent vous frapper au moment venu, et, en partie, vous déterminent. "
    "Quoi ? L’éternité"


    Livres

    "La vie, qui seule nous apprend la vie, nous explique par surcroît les livres: certains passages de la Bible, que j'avais lu négligemment, prirent pour moi une intensité nouvelle: ils m'épouvantèrent."
    "Alexis", suivi de "Le coup de grâce"


    Livres

    "Après quatre ans vécus sans penser (il le croyait du moins), il avait regagné le monde des mots couchés dans les livres. Ceux-ci l'intéressaient moins qu'autrefois. Il eut à corriger un César, suivi bientôt d'un Tacite, mais ces guerres et ces assassinats princiers lui semblaient faire partie de ce amas glorieux d'agitations inutiles qui jamais ne cessent et dont jamais personne ne prend la peine de s'étonner. Avant-hier, Jules César; hier, en Flandre, Farnèse ou don Juan d'Autriche, aujourd'hui Wallenstein ou Gustave-Adolphe."
    "Un homme obscur" – "Une belle matinée"


    Livres

    "Il subsistait sans livres, n'ayant trouvé dans la maisonnette qu'une Bible qu'il brûla par poignées un jour où le poêle prenait mal. Mais il lui semblait maintenant que les livres qu'il lui était arrivé de lire (fallait-il juger d'après eux tous les livres?) lui avaient fourni peu de chose, moins peut-être que l'enthousiasme ou la réflexion qu'il leur avait apportés; il pensait en tout cas qu'il eût été mal de ne pas s'absorber exclusivement dans la lecture du monde qu'il avait , maintenant et pour si peu de temps, sous les yeux et qui, pour ainsi dire, lui était échu en lot. Lire des livres, comme lamper de l'eau-de-vie, eût été une manière de s'étourdir pour ne pas être là."
    "Un homme obscur" – "Une belle matinée"