Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

.: Lecture/Ecriture - Ce qu'ils en ont dit :.
Ce qu'ils en ont dit

Sélectionner par auteurs... - Sélectionner par thèmes...
  Auteurs
  • Carmine Abate
  • Kôbô Abé
  • Jacques Abeille
  • Olivier Adam
  • Milena Agus
  • Riikka Ala-Harja
  • Svetlana Alexievitch
  • Jakuta Alikavazovic
  • Eugenia Almeida
  • Nathacha Appanah
  • Aharon Appelfeld
  • Isaac Asimov
  • Pieter Aspe
  • Stéphane Audeguy
  • Paul Auster
  • Marcel Aymé
  • Thilde Barboni
  • Alessandro Baricco
  • Cathie Barreau
  • Svetislav Basara
  • Rick Bass
  • Henry Bauchau
  • Pierre Bayard
  • Frédéric Beigbeder
  • Jeanne Benameur
  • Stefano Benni
  • Geneviève Bergé
  • Thomas Bernhard
  • Philippe Besson
  • Neil Bissoondath
  • Lionel Bourg
  • Nicolas Bouvier
  • André Brink
  • Wolfgang Büscher
  • Géva Caban
  • Albert Camus
  • Jean-Claude Carrière
  • Antoni Casas Ros
  • Camilo José Cela
  • René Char
  • Jacques Chessex
  • Driss Chraïbi
  • Christos Chryssopoulos
  • Claro
  • Albert Cohen
  • Ivy Compton-Burnett
  • Vincenzo Consolo
  • Douglas Coupland
  • Mia Couto
  • Bruce Cummings
  • Stig Dagerman
  • Francis Dannemark
  • Kamel Daoud
  • François-René de Chateaubriand
  • Philippe de la Genardière
  • Erri De Luca
  • Caroline De Mulder
  • Serge Delaive
  • Jean-Philippe Delhomme
  • Don DeLillo
  • Virginie Despentes
  • Régine Detambel
  • Helen Dewitt
  • Mohammed Dib
  • Joël Dicker
  • Annie Dillard
  • Fatou Diome
  • Edgar Laurence Doctorow
  • John Dos Passos
  • Fedor Michaïlovich Dostoievski
  • Marguerite Duras
  • Lawrence Durrell
  • Umberto Eco
  • François Emmanuel
  • Mathias Enard
  • J. M Erre
  • Andreas Eschbach
  • Abilio Estévez
  • Eric Faye
  • Alice Ferney
  • Jérôme Ferrari
  • Vera Feyder
  • Nick Flynn
  • Jonathan Safran Foer
  • Richard Ford
  • Karen Joy Fowler
  • Paula Fox
  • Esther Freud
  • Mark Frost
  • Carlos Fuentes
  • Anne-Marie Garat
  • Gabriel Garcia Márquez
  • Pascal Garnier
  • Romain Gary
  • Laurent Gaudé
  • Brigitte Giraud
  • Julia Glass
  • William Golding
  • Michal Govrin
  • Günter Grass
  • Graham Greene
  • Andrew Sean Greer
  • Sofia Guellaty
  • Jean-Michel Guenassia
  • Cécile Guilbert
  • Yannick Haenel
  • Jim Harrison
  • Hallgrimur Helgason
  • Frank Herbert
  • Hermann Hesse
  • Michel Houellebecq
  • Nancy Huston
  • Siri Hustvedt
  • John Irving
  • Kazuo Ishiguro
  • Miranda July
  • Ismaïl Kadaré
  • Laura Kasischke
  • Hiromi Kawakami
  • Daniel Kehlmann
  • Abdelkébir Khatibi
  • Stephen King
  • Hanif Kureishi
  • Denis Lachaud
  • Jean-Marie Laclavetine
  • Dany Laferrière
  • Marie-Hélène Lafon
  • Jean-Luc Lagarce
  • Caroline Lamarche
  • She Lao
  • Patrick Lapeyre
  • Reif Larsen
  • Linda Lê
  • Jean-Marie Gustave Le Clézio
  • Violette Leduc
  • Gaston Leroux
  • Michèle Lesbre
  • Doris Lessing
  • Torgny Lindgren
  • António Lobo Antunes
  • David Lodge
  • Jean-Yves Loude
  • Amin Maalouf
  • Loriano Macchiavelli
  • Naguib Mahfouz
  • Andreï Makine
  • Ossip Mandelstam
  • Henning Mankell
  • Thomas Mann
  • Sándor Márai
  • Pierre Mari
  • Jean Mattern
  • Carson McCullers
  • Pascal Mercier
  • Leonard Michaels
  • Pierre Michon
  • Henry Miller
  • Richard Millet
  • Mo Yan
  • Max Monnehay
  • Jean Montenot
  • Antonio Muñoz Molina
  • Haruki Murakami
  • Kiyoko Murata
  • Herta Müller
  • Vladimir Nabokov
  • Ito Naga
  • Vidiadhar Surajprasad Naipaul
  • Torborg Nedreaas
  • Guadalupe Nettel
  • Cees Nooteboom
  • Hubert Nyssen
  • Dan O'Brien
  • Nuala O'Faolain
  • Joyce Carol Oates
  • Yôko Ogawa
  • Véronique Ovaldé
  • Amos Oz
  • Orhan Pamuk
  • Matthew Pearl
  • José Luís Peixoto
  • Pierre Péju
  • Léo Perutz
  • Grégoire Polet
  • Jean Bernard Pouy
  • Richard Powers
  • Marcel Proust
  • Pascal Quignard
  • Elisabetta Rasy
  • Alain Rémond
  • Jean Rhys
  • Emili Rosales
  • Olivia Rosenthal
  • Philip Roth
  • Gabrielle Roy
  • Salman Rushdie
  • Françoise Sagan
  • Jérôme David Salinger
  • Lydie Salvayre
  • Goliarda Sapienza
  • Paul Scarron
  • Rob Schultheis
  • Winfried Georg Sebald
  • Will Self
  • William Shakespeare
  • Zeruya Shalev
  • Meir Shalev
  • Aki Shimazaki
  • José Carlos Somoza
  • Natsume Sôseki
  • Gunnar Staalesen
  • Jón Kalman Stefánsson
  • Heloneida Studart
  • Magda Szabó
  • Paco Ignacio Taibo II
  • Urbano Tavares Rodrigues
  • Chad Taylor
  • Steve Tesich
  • Zoé Valdés
  • François Vallejo
  • David Van Reybrouck
  • Mario Vargas Llosa
  • Lourdes Ventura
  • Jules Verne
  • Gore Vidal
  • Stephen Vizinczey
  • Voltaire
  • Kurt Vonnegut
  • Ornela Vorpsi
  • Cécile Wajsbrot
  • Herbjørg Wassmo
  • Frank Wedekind
  • Edith Wharton
  • Colson Whitehead
  • Dirk Wittenborn
  • Claire Wolniewicz
  • Virginia Woolf
  • Francis Wyndham
  • Irvin Yalom
  • Marguerite Yourcenar
  • Evgueni Zamiatine
  • Amin Zaoui
  • Stefan Zweig
  •   François Emmanuel
    Équilibre

    "Je n’ai jamais été un prodige d’équilibre. Ma masse étant très faible, je subis toutes les attractions dans l’abîme qui sépare les cœurs, ces planètes versatiles. Lorsque Helena, pimpante et souveraine, m’offrit son bras pour que je la guide jusqu’au Tiny Market, dans le gouffre d’Angel Circle ou sous les néons de Jingolee Drive, je dus faire appel à d’immenses réserves d’énergie pour me tenir droit comme un pylône, sans abandonner ma tête du côté de son parfum entêtant, ses cheveux qui au vent m’agaçaient la joue et ses aveux chuchotés (…)"
    "Le tueur mélancolique"


    Bon sens

    "Quand le bon sens arrive ainsi, accroché au bout d’une période, ailé et bien nourri, tels ces angelots replets qui soutiennent les chaires de vérité baroques, il y a tout à craindre."
    "Le tueur mélancolique"


    Il y a baiser…

    "Et elle posa ses lèvres sur les miennes, ce fut un baiser très doux, parfumé, extatique, comme un beau fruit qui n’était plus de mer heureusement, un velouté de framboises, de cassis, de myrtilles et d’herbes des champs."


    … et baiser.

    "Elle me saisit par les épaules et me retourna de face, pressa ses lèvres contre les miennes, y planta un baiser rageur, sa langue en couteau, un fruit blet que l’on écrase, une gousse de venin noir."
    "Le tueur mélancolique"


    Paysage

    "Le temps passe, elle revient. En avril elle guette la lumière, en juin les brasiers, en juillet un champ éclatant de phacélies, en novembre l'or des branchages, sous le soleil d'hiver les labours nus, les ossatures. Car il y a tout, dit-elle, dans le paysage, il y a pour nourrir l'oeil, pour étancher la soif, pour donner matière à la peau, espace au regard, mystère à notre désir d'ombre, vertige à notre pensée, car tout change à tout moment dans le paysage, prétend-elle, et plus elle est immobile plus elle assiste au spectacle de l'éclosion permanente, la lente éruption de la terre, ces manteaux de couleurs qui de mois en mois se recouvrent, ces sanglantes métamorphoses, les jours, les nuits qui mûrissent des lendemains qu'elles ignorent, l'avancée circulaire du temps."
    "L'invitation au voyage"


    Détail

    "Les détails sont redoutables parce qu'ils prolifèrent quand nous ne saisissons pas le coeur des choses, ils font écran à ce que nous ne voulons pas voir."
    "L'enlacement"


    Commencement

    " (...) les débuts d'amour sont étranges, longtemps on fait semblant qu'on ne se connaît pas puis la paroi se fragilise, un coup d'ongle la déchire."
    "Regarde la vague"


    Rêve

    "Les rêves deviennent dangereux lorsqu’ils trouvent à l’état de veille assez d’éléments réels pour s’imbriquer à la fantasmagorie…"
    "Le tueur mélancolique"


    Mémoire

    "Mais à mesure que mes forces revenaient, la mémoire ouvrait de brutales défaillances dans ce bien-être qu'apportaient au corps convalescent la chute indéfinie et le sommeil facile. La mémoire était une haleine derrière la nuque juste avant l'engourdissement."
    "La nuit d'obsidienne"


    Poème

    "C’est un poème. Appelons-le ainsi parce qu’il n’est suspendu à rien, n’est attaché à rien, n’est retenu par rien. Les poèmes sont les seuls textes en suspension dans le vide."
    "Le tueur mélancolique"


    Amour

    "Entre-temps ma relation avec Helena prenait forme comme une dentelle de soie avec trous et motifs à fleurs. Ainsi va l’amour avant qu’il ne devienne un tissu serré. Plus tard il arrive que les trous reviennent mais on parle alors d’étoffe mitée."
    "Le tueur mélancolique"


    Langue

    "Où avait-il si bien appris notre langue (avec ce roulis suave dans la voix qui n'entendait rien perdre de son étrangeté)? Mais la langue se donne à qui veut la prendre, répondait-il comme piqué au vif. Elle use de séduction et de mirages. De réticences aussi parfois. Le français est une langue femme. Pour moi ce fut une amante. Pour vous une mère, je présume."
    "L'invitation au voyage"


    Poète

    "On ne reconnait pas les poètes aux traces imprimées qu'ils lèguent à leurs amis ou qui sédimentent dans un entrepôt d'éditeur. Comme pour les saints et les héros il faut une longue fréquentation des poètes pour savoir s'ils le sont."
    "Bleu de fuite"




    Poète

    "Incorrigiblement, le poète est sans profession véritable, il entend les vers à l'oeuvre dans le bois de la langue. Un peu de ruse cependant, trop de talent parfois, peut le conduire à user à son tour d'une langue de bois poétique."
    "Bleu de fuite"


    Femme

    "J'ai aimé tant de femmes, entrevues, croisées, disparues, lisant dans les trains ou marchant ou marchant dans les rues, j'ai aimé de jeunes mères à la tendresse lasse, des silhouettes graciles séparées par des vitres, de belles effarées, de belles éloignées, des élégantes, des pensives, des ensoleillées, j'ai aimé cet intime secret qu'elle protègent l'art qu'elles ont d'apparaître, de glisser et se perdre derrière les paravents du hasard."
    "Bleu de fuite"


    Conversation

    "Si nous étions environnés d'aquariums, nous parlions de poissons, les poissons nous emmenaient au fond des mers, du fond nous remontions aux îles, des îles au sentiment d'insularité qui habite l'âme anglaise, de l'âme anglaise nous glissions vers l'âme russe ou, indifféremment vers le 'peanut butter', selon les lois de la conversation linéaire qui se fraie un chemin d'un mot à l'autre, avec quelques bifurcations dans l'axe paradigmatique et quelques trous rapidement comblés par le vin."
    "Bleu de fuite"


    Amitié

    "Souvent les amis nous assignent à résidence dans tel ou tel domaine de leur vie. Il vaut mieux ne pas se laisser déporter ailleurs, Dieu sait où cela se termine."
    "Bleu de fuite"


    Vie

    "(...) reprenons ailleurs le fil de nos fragiles vérifications, les monts Appalaches, ils y sont, la mer d'Oman et la mer d'Aral, elles n'ont pas bougé, la presqu'île du Kamtchatka, avons-nous été là-bas-sur-la-presqu'île-du-Kamtchatka?, hautement improbable, la vie est si brève et la terre immense, continuons, l'océan Pacifique, l'océan Indien et l'océan..."
    "Partie de chasse"


    Sourire

    "Un mot parfois le faisait sourire et ce fendillement malicieux des commissures était toute la lumière de son visage"
    "La nuit d'obsidienne"


    Beauté

    "La beauté, (...) source de tous nos malentendus, les femmes s'en parent, elle n'est plus que parure, les hommes s'en emparent, elle n'est plus qu'emblême à leur vanité."
    "Bleu de fuite"


    Beauté

    "La beauté, expliquait-il, est comme la lumière qui se pose, certains visages plus que d'autres prennent la lumière, mais au fond ils n'en savent rien, la beauté répond aux lois physiques de la lumière, diffusion, réflexion, diffraction, la beauté est comme le givre qui fond lorsqu'on le touche, seuls ceux qui savent regarder peuvent nouer un pacte avec elle, la beauté est toujours de passage, il faut aller vers elle les mains vides."
    "L'invitation au voyage"


    Histoire

    "Les histoires commencent bien avant qu'elles ne commencent. Pendant longtemps elles remuent dans les limbes et tout est encore à l'état informe et liquescent.
    "Bleu de fuite"


    Ecrire

    "Je ne sais pas pourquoi j'ai choisi de lui offrir le miroir ingénu d'un tel texte, il a surgi par l'écriture à partir du peu que je connais d'elle et, en croisant à tâtons quelques lignes de sens, je découvre en le lisant à voix haute qu'il ne dit presque rien d'elle parce qu'il n'ose rien dire, il se retient, il échoue à l'atteindre."
    "L'enlacement"


    Bonheur

    " (...) le bonheur serait d'être éternellement à la veille d'une fête, d'un grand dimanche ensoleillé, comme ces veillées d'autrefois lorsque l'on montait de la cave le grand chaudron de cuivre."
    "Regarde la vague"