Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

.: Lecture/Ecriture - Ce qu'ils en ont dit :.
Ce qu'ils en ont dit

Sélectionner par auteurs... - Sélectionner par thèmes...
  Auteurs
  • Carmine Abate
  • Kôbô Abé
  • Jacques Abeille
  • Olivier Adam
  • Milena Agus
  • Riikka Ala-Harja
  • Svetlana Alexievitch
  • Jakuta Alikavazovic
  • Eugenia Almeida
  • Nathacha Appanah
  • Aharon Appelfeld
  • Isaac Asimov
  • Pieter Aspe
  • Stéphane Audeguy
  • Paul Auster
  • Marcel Aymé
  • Thilde Barboni
  • Alessandro Baricco
  • Cathie Barreau
  • Svetislav Basara
  • Rick Bass
  • Henry Bauchau
  • Pierre Bayard
  • Frédéric Beigbeder
  • Jeanne Benameur
  • Stefano Benni
  • Geneviève Bergé
  • Thomas Bernhard
  • Philippe Besson
  • Neil Bissoondath
  • Lionel Bourg
  • Nicolas Bouvier
  • André Brink
  • Wolfgang Büscher
  • Géva Caban
  • Albert Camus
  • Jean-Claude Carrière
  • Antoni Casas Ros
  • Camilo José Cela
  • René Char
  • Jacques Chessex
  • Driss Chraïbi
  • Christos Chryssopoulos
  • Claro
  • Albert Cohen
  • Ivy Compton-Burnett
  • Vincenzo Consolo
  • Douglas Coupland
  • Mia Couto
  • Bruce Cummings
  • Stig Dagerman
  • Francis Dannemark
  • Kamel Daoud
  • François-René de Chateaubriand
  • Philippe de la Genardière
  • Erri De Luca
  • Caroline De Mulder
  • Serge Delaive
  • Jean-Philippe Delhomme
  • Don DeLillo
  • Virginie Despentes
  • Régine Detambel
  • Helen Dewitt
  • Mohammed Dib
  • Joël Dicker
  • Annie Dillard
  • Fatou Diome
  • Edgar Laurence Doctorow
  • John Dos Passos
  • Fedor Michaïlovich Dostoievski
  • Marguerite Duras
  • Lawrence Durrell
  • Umberto Eco
  • François Emmanuel
  • Mathias Enard
  • J. M Erre
  • Andreas Eschbach
  • Abilio Estévez
  • Eric Faye
  • Alice Ferney
  • Jérôme Ferrari
  • Vera Feyder
  • Nick Flynn
  • Jonathan Safran Foer
  • Richard Ford
  • Karen Joy Fowler
  • Paula Fox
  • Esther Freud
  • Mark Frost
  • Carlos Fuentes
  • Anne-Marie Garat
  • Gabriel Garcia Márquez
  • Pascal Garnier
  • Romain Gary
  • Laurent Gaudé
  • Brigitte Giraud
  • Julia Glass
  • William Golding
  • Michal Govrin
  • Günter Grass
  • Graham Greene
  • Andrew Sean Greer
  • Sofia Guellaty
  • Jean-Michel Guenassia
  • Cécile Guilbert
  • Yannick Haenel
  • Jim Harrison
  • Hallgrimur Helgason
  • Frank Herbert
  • Hermann Hesse
  • Michel Houellebecq
  • Nancy Huston
  • Siri Hustvedt
  • John Irving
  • Kazuo Ishiguro
  • Miranda July
  • Ismaïl Kadaré
  • Laura Kasischke
  • Hiromi Kawakami
  • Daniel Kehlmann
  • Abdelkébir Khatibi
  • Stephen King
  • Hanif Kureishi
  • Denis Lachaud
  • Jean-Marie Laclavetine
  • Dany Laferrière
  • Marie-Hélène Lafon
  • Jean-Luc Lagarce
  • Caroline Lamarche
  • She Lao
  • Patrick Lapeyre
  • Reif Larsen
  • Linda Lê
  • Jean-Marie Gustave Le Clézio
  • Violette Leduc
  • Gaston Leroux
  • Michèle Lesbre
  • Doris Lessing
  • Torgny Lindgren
  • António Lobo Antunes
  • David Lodge
  • Jean-Yves Loude
  • Amin Maalouf
  • Loriano Macchiavelli
  • Naguib Mahfouz
  • Andreï Makine
  • Ossip Mandelstam
  • Henning Mankell
  • Thomas Mann
  • Sándor Márai
  • Pierre Mari
  • Jean Mattern
  • Carson McCullers
  • Pascal Mercier
  • Leonard Michaels
  • Pierre Michon
  • Henry Miller
  • Richard Millet
  • Mo Yan
  • Max Monnehay
  • Jean Montenot
  • Antonio Muñoz Molina
  • Haruki Murakami
  • Kiyoko Murata
  • Herta Müller
  • Vladimir Nabokov
  • Ito Naga
  • Vidiadhar Surajprasad Naipaul
  • Torborg Nedreaas
  • Guadalupe Nettel
  • Cees Nooteboom
  • Hubert Nyssen
  • Dan O'Brien
  • Nuala O'Faolain
  • Joyce Carol Oates
  • Yôko Ogawa
  • Véronique Ovaldé
  • Amos Oz
  • Orhan Pamuk
  • Matthew Pearl
  • José Luís Peixoto
  • Pierre Péju
  • Léo Perutz
  • Grégoire Polet
  • Jean Bernard Pouy
  • Richard Powers
  • Marcel Proust
  • Pascal Quignard
  • Elisabetta Rasy
  • Alain Rémond
  • Jean Rhys
  • Emili Rosales
  • Olivia Rosenthal
  • Philip Roth
  • Gabrielle Roy
  • Salman Rushdie
  • Françoise Sagan
  • Jérôme David Salinger
  • Lydie Salvayre
  • Goliarda Sapienza
  • Paul Scarron
  • Rob Schultheis
  • Winfried Georg Sebald
  • Will Self
  • William Shakespeare
  • Zeruya Shalev
  • Meir Shalev
  • Aki Shimazaki
  • José Carlos Somoza
  • Natsume Sôseki
  • Gunnar Staalesen
  • Jón Kalman Stefánsson
  • Heloneida Studart
  • Magda Szabó
  • Paco Ignacio Taibo II
  • Urbano Tavares Rodrigues
  • Chad Taylor
  • Steve Tesich
  • Zoé Valdés
  • François Vallejo
  • David Van Reybrouck
  • Mario Vargas Llosa
  • Lourdes Ventura
  • Jules Verne
  • Gore Vidal
  • Stephen Vizinczey
  • Voltaire
  • Kurt Vonnegut
  • Ornela Vorpsi
  • Cécile Wajsbrot
  • Herbjørg Wassmo
  • Frank Wedekind
  • Edith Wharton
  • Colson Whitehead
  • Dirk Wittenborn
  • Claire Wolniewicz
  • Virginia Woolf
  • Francis Wyndham
  • Irvin Yalom
  • Marguerite Yourcenar
  • Evgueni Zamiatine
  • Amin Zaoui
  • Stefan Zweig
  •   Salman Rushdie
    Haine et rage

    "En fin de compte, la rage, quelle que soit sa justification, détruit celui qui l'éprouve. De même que nous sommes ressuscités par ce que nous aimons, nous sommes diminués et défaits pas ce que nous haïssons."
    "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits"


    Paradoxe

    " Le Paradoxe , Sire, (…) est un nœud qui permet à un homme de se donner l’air intelligent alors qu’il lui ligote l’esprit aussi étroitement qu’un poulet qui va passer à la casserole.(…) Ce n’est là qu’un miroir aux alouettes, un ramassis de tromperies et de contradictions. L’homme peut s’engluer dans le marécage du paradoxe jusqu’à sa mort sans jamais avoir conçu une seule idée digne de ce nom." (p. 111)
    "L’enchanteresse de Florence"


    Terminer

    "(...) je dois achever ce que j’ai commencé, même si, inévitablement, ce que je termine n’est pas ce que j’ai commencé..." (244)
    "Les enfants de minuit"


    Légendes

    "Parfois, les légendes deviennent réalité, et sont plus utiles que les faits" (68)
    "Les enfants de minuit"


    Humains

    "Eh bien, les voilà, les maîtres de la terre, entassés comme des sardines dans des boîtes avec des roues et aveugles comme des taupes, leurs têtes pleines de malice et leurs journaux pleins de sang." (p. 438)
    "Les versets sataniques"



    Habitations

    "(…) les résidences des quartiers riches étant construites de peur solidifiée, les bâtiments publics de vanité et de mépris, et les maisons des pauvres de confusion et de rêves matérialistes." (p. 418)
    "Les versets sataniques"


    Jeunesse

    "Parce qu’ils étaient très jeunes et qu’ils n’avaient pas eu le temps d’acquérir le type de souvenirs qui donnent aux hommes une prise sur la réalité, des souvenirs d’amour ou de famine, ces soldats étaient très sensibles à l’influence des légendes ou des bavardages." (508)
    "Les enfants de minuit"


    Mémoire

    "La mémoire sélectionne, élimine, modifie, exagère, minimise, glorifie et dénigre aussi ; mais à la fin elle crée sa propre réalité, sa vision des évènements, hétérogène, mais généralement cohérente ; et aucun être humain sain d’esprit ne fera plus confiance à la version d’un autre qu’à la sienne." (309)
    "Les enfants de minuit"


    Art

    "Elle* se trouva obligée de répondre aux accusations d’irresponsabilité sociale adressées par divers «experts» et elle prit l’habitude de bougonner agressivement que tout au long de l’histoire les efforts déployés pour rendre les artistes socialement responsables avaient abouti à des nullités: art-tracteur, art-tribunal, pacotille de boîte de chocolat. (p. 271)
    "Le dernier soupir du Maure"


    * (une peintre)


    Peur

    "Je vais vous confier un secret à propos de la peur: c’est une absolutiste. Avec la peur, c’est tout ou rien. Soit, comme n’importe quel tyran brutal, elle gouverne votre vie avec une omnipotence stupide et aveuglante, soit vous en venez à bout et son pouvoir disparaît comme une bouffée de fumée. Un autre secret: ce qui cause la chute de ce despote vulgaire, n’a pas grand rapport avec le «courage». Il s’agit d’une réaction beaucoup plus directe: le simple besoin de continuer sa vie J’ai cessé d’avoir peur parce que, mon temps sur terre étant limité, je n’avais pas une seconde à perdre pour la frousse." (p. 191)
    "Le dernier soupir du Maure"


    Passé

    "Les choses et les personnes ont une façon à elles de couler les unes dans les autres.(…)C’est ainsi que le passé est tombé en moi, goutte à goutte, et nous ne pouvons l’ignorer…" (55)
    "Les enfants de minuit"


    Comprendre

    "Pour comprendre une seule existence, il nous faut avaler le monde entier. C'est moi qui vous le dis." (158)

    "Qui que suis-je? Ma réponse: je suis la somme totale de tout ce qui m’a précédé, de tout ce que j’ai été vu fait, de tout ce qu’on m’a fait. Je suis tout le monde toutes les choses dont la venue au monde fut affectée par la mienne. Je suis tout ce qui arrivera quand je ne serai plus et qui ne serait pas arrivé si je n’étais pas venu. Et je ne suis pas particulièrement exceptionnel dans ce domaine; chaque «moi», chacun des plus de six cents millions que nous sommes maintenant contient une multitude semblable. Je le répète pour la dernière fois: pour me comprendre, vous devez avaler tout un monde." (559)

    "Les enfants de minuit"


    Mort

    "Tous ceux qui se trouvaient dans le voisinage d’un mourant étaient entièrement à sa merci. Les coups lancés d’un lit de mort laissent des bleus qui ne s’effacent jamais." (667)
    "Les versets sataniques"


    Livres

    "Pour une fille née dans une famille où l’on révérait les livres – son père l’obligeait à embrasser chaque volume qui tombait par terre par hasard – et qui avait réagi en se conduisant mal avec eux, en arrachant les pages qu’elle voulait ou qu’elle n’aimait pas, en griffonnant dessus et en les égratignant pour leur montrer qui était le maître, l’irrespect non injurieux, de Gibreel, prenant les livres pour ce qu’ils avaient à offrir sans ressentir le besoin de les adorer ou de les détruire était quelque chose de nouveau; et, elle le reconnut, agréable." (p. 407)
    "Les versets sataniques"


    Exil

    "L’exil est un rêve de retour glorieux. L’exil est une vision de la révolution : Elbe, pas Sainte-Hélène. C’est un paradoxe sans fin : regarder devant soi en regardant toujours derrière soi." (p. 270)
    "Les versets sataniques"


    Erreur

    "Est-ce qu’une seule erreur invalide l’édifice entier? Suis-je allé si loin dans ma recherche désespérée de signification, que je suis prêt à tout déformer – à réécrire toute l’histoire de mon époque simplement pour me donner un rôle central? Aujourd’hui, dans ma confusion, je ne peux juger." (244)
    "Les enfants de minuit"