Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ce qui n’est pas écrit de Rafael Reig

Rafael Reig
  Ce qui n’est pas écrit

Ce qui n’est pas écrit - Rafael Reig

Entre adversaires...
Note :

   Fils d’un couple divorcé, Jorge a longtemps vécu loin de son père, instable, alcoolique, parfois violent.
   
   A 14 ans, Carmen, sa mère , accepte de le laisser partir randonner en montagne pendant trois jours avec Carlos son père. Elle se reproche d’avoir trop séparé le père et le fils.
   
   Entre Jorge et Carlos, ça commence mal. L’adolescent est effrayé des manières brusques de son père, et Carlos voudrait prouver à son fils qu’il l’aime, et le lui répète, mais il est maladroit, éprouve des sentiments contradictoires à son endroit, boit trop, et fait preuve d’une certaine immaturité alors même qu’il voudrait faire de son fils un homme!
   
   Avant de partir il a remis à Carmen un roman qu’il vient d’écrire : c’est un roman noir, écrit en langage cru : quatre bandits séquestrent une riche héritière, certains la droguent, d’autres la violent, et tous quatre se tarabustent ; il s’agit de récupérer une rançon...
   
   Carmen lit et s’inquiète de la violence du roman, même si c'est le genre qui veut ça. Carlos veut-il lui faire peur? Y-a-t-il un message dissimulé entre les lignes? Elle évoque son passé avec Carlos : elle, venant de la bourgeoisie aisée, et Carlos d’un milieu défavorisé, ils ne se sont jamais bien entendus. Carlos s’est senti humilié ; il faisait des efforts pour se cultiver, se polir, est devenu enseignant, a écrit un recueil de poèmes puis ce roman, mais rien de tout cela ne fut bien constructif.
   
   Nous avons trois fils de narration : le roman, imité de J.H. Chase pour le contenu: Carlos y dévoile beaucoup de ses contradictions, à travers une histoire banale que Carmen trouve ennuyeuse à lire (nous aussi , un peu).
   
   Le récit de Carmen, angoissée pour son fils, obsédée par le roman de Carlos, insatisfaite aussi de son existence : elle a pour amant son patron d’éditeur, et il la traite comme une pute.
   
   Enfin l’excursion dans la montagne ; loin de rapprocher le père et le fils, elle s’avère bien sombre ; les conditions météorologiques ne sont pas de la partie ; en outre Carlos mène son fils à un refuge où se trouve sa nouvelle compagne…
   
   Nous avons un "roman dans le roman" soit une mise en abîme, l’auteur en profite pour livrer des considérations sur le pouvoir de l’auteur, celui du lecteur (considérés comme deux adversaires) ; certaines remarques sont intéressantes, la plupart, on les a lues mille fois. La virée dans la montagne est bien conduite et distille un suspens valable. Enfin le personnage de Carlos est fouillé, intéressant. Les deux autres (Carmen et Jorge) ne sont qu’esquissés, c’est dommage.
   
   L’ensemble est néanmoins plutôt bon et donne envie de relire l’auteur.
    ↓

critique par Jehanne




* * *



Pour cruciverbistes alpins
Note :

   Carmen et Carlos sont séparés. Ensemble ils ont eu un fils, Jorge, 14 ans aujourd'hui. Leur divorce fut pénible, puis la situation apaisée, Carlos revoit Jorge et l'emmène pour un week-end en montagne, entre hommes. Les rapports entre eux sont difficiles, tendus. Avant de partir de chez Carmen, Carlos lui a laissé un manuscrit d'un polar éprouvant dans lequel Carmen peut voir des pans de sa vie avec Carlos émerger. Lorsqu'elle comprend que Carlos pourrait se venger sur leur fils Jorge, l'angoisse la paralyse.
   
   Excellente idée de départ : un père et son fils partent en excursion, la mère ou ex-femme reste angoissée en ville, un manuscrit étrange entre les mains. L'auteur a la bonne idée d'alterner les chapitres : ceux consacrés aux garçons, ceux qui parlent de la mère et ceux concernant le manuscrit. Dans ceux-ci, le héros, Riquelme est amateur de mots croisés, et chaque chapitre se finit par une définition (avec emplacement du mot dans la grille) ; le mot qui entre dans les cases est celui qui débute le chapitre suivant, celui qui concerne l'excursion en montagne. Tout commence bien pour le lecteur, moins pour Jorge qui ne sait quoi dire à son père : "Ils marchaient d'un bon pas vers la gare de banlieue de Nuevos Ministerios et, aux feux rouges, son père lui passait un bras sur les épaules, lui demandait si ça allait les cours, quelle était sa musique préférée ou s'il avait une petite copine. Jorge s'efforçait de montrer de l'enthousiasme, mais il n'arrivait pas à contenir une volubilité nerveuse et il en bégayait presque. Pour le reste, les cours ça allait très bien, il avait partout au-dessus de la mention assez bien, la musique qu'il préférait c'étaient les quatuors à cordes, et le contact le plus intime qu'il avait eu avec la fille qui lui plaisait, Teresa, ç'avait été de recevoir un crachat d'elle sur la joue. [...] Alors il raconta à son père qu'en cours ils étaient très exigeants, qu'il adorait Shakira et qu'il n'avait pas de copine, mais qu'une fille qui s'appelait Maria Luisa lui plaisait." (p.24/25).
   
   Et puis assez vite, l'histoire tourne en rond, chaque personnage se posant des questions sur le même événement sans vraiment faire avancer le roman ; on a aussi la version d'un même fait vu par les yeux de Carlos, puis par ceux de Jorge, répétition d'autant plus inutile que l'on sentait aisément dans les yeux de Carlos la réaction de Jorge.
   
   De même Rafael Reig brosse à gros traits malhabiles l'effritement de l'amour, les rapports père-fils, les haines et rancœurs des uns et des autres, ça manque de finesse et de minutie. Un roman plus ramassé, plus court aurait gagné en densité et en intérêt. Si au départ, on pouvait penser à "Sukkwan Island" de David Vann avec une tension dès le départ parce que père et fils ne s'entendent pas, on est à l'arrivée avec un roman qui s'il n'est pas inintéressant ne parvient pas à l'égaler.
   
   Une déception (toute relative) que ce polar espagnol.

critique par Yv




* * *