Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'analphabète de Agota Kristof

Agota Kristof
  Le grand cahier
  La preuve
  Le troisième mensonge
  C'est égal
  L'analphabète
  Hier

Agota Kristof est née en 1935 en Hongrie et décédée en 2011 en Suisse où elle s'était réfugiée depuis l'écrasement de la révolte de 1956.
Elle écrivait en français.

L'analphabète - Agota Kristof

Amour de la lecture et de l'écriture
Note :

   Récit autobiographique
   
   En un cours récit en onze chapitres, Agota Kristof délivre son amour de la lecture puis de l'écriture tout en racontant son enfance hongroise où son père était instituteur et dans la classe duquel sa mère l'envoyait pour la punir , ce qui fut essentiel pour sa formation future, un peu comme Pagnol.
   Son exil vers la Suisse est vécu comme un rite de passage d'une langue à l'autre, mais aussi le passage à l'âge adulte comme celui de la lecture à l'écriture, de la "parole à l'écriture" :"Toute petite déjà j'aime raconter des histoires" . L'écriture est aussi une échappatoire durant les années noires dans un internat stalinien où le russe obligatoire devient une langue ennemie.
   
   L' écriture -comme elle le dit elle-même - est naturelle pour Agota Kristof : :"Il faut tout d'abord écrire naturellement. Ensuite il faut continuer à écrire. :" C'est ainsi qu'elle a commencé à écrire des pièces de théâtre en français. Elle précise que quelle que soit la langue, elle aurait écrit de toute façon. Puis, modestement, l'auteure conclut : :"Je sais que je n'écrirai jamais le français comme l'écrivent les écrivains de naissance, mais je l'écrirai comme je le peux, du mieux que je le peux. :"
   
   Pari largement réussi car son style est d'une grande limpidité et par là même d'une grande profondeur. Agota Kristof met une distance ironique entre son destin et la narration. Aussi, bien qu'elle écrit naturellement, on la lit naturellement

critique par Mouton Noir




* * *