Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une Balade dans la nuit de George Pelecanos

George Pelecanos
  Anacostia river blues
  Blanc comme neige
  Une Balade dans la nuit

George Pelecanos est un écrivain américain de romans policiers, né en 1957.

Une Balade dans la nuit - George Pelecanos

Héros à tendance solitaire
Note :

   "Rien de tel qu’internet et le suivi on line des livraisons pour faire transiter la came sans éveiller de soupçons. C’est ce que pense Anwan Hawkins, qui dirige son trafic depuis sa cellule. Jusqu’au jour où il est délesté d’un colis: 130 000 dollars envolés…
   Sur les conseils de son avocat, Hawkins fait appel à Spero Lucas pour retrouver la drogue. Revenu depuis peu d’Irak, Spero est devenu enquêteur pour la compte de l’avocat. Moyennant 40% de commission, il découvrira vite comment le colis a disparu… Restera à remettre la main dessus et cette partie-là de la mission ne sera pas sans risques, même pour un ex-marine."

   (Résumé de l’éditeur)
   

   
   Mon avis :
   
   Je ne connaissais pas encore l’auteur avant d’ouvrir ce livre et, n’étant pas une grande lectrice de polars, j’ai fait passer bien d’autres romans avant celui-ci.
   
   J’ai eu tort cependant en craignant d’être déçue car, bien que le schéma de ce roman soit des plus classiques, plusieurs particularités ont retenu mon attention et ont réussi à m’intéresser. J’ai déjà lu à plusieurs reprises des histoires de drogue et de colis interceptés. Retrouvé ici par le détective, retour de guerre - l’Irak, cette fois – qui a du mal à réintégrer la société américaine et ses contraintes. Très peu fan des pages d’action et de violence, j’ai tendance à les sauter tant j’en devine l’issue : il faut que le héros s’en sorte, bien sûr, amoché ou pas.
   
   Ici, il s’agit de Spero Lucas, le nouveau détective de choc. Il a tout pour plaire, cet enquêteur au grand cœur, pas besoin d’énumérer ses qualités et ses défauts, Ce sont toujours à peu prés les mêmes et ce qui ne gâte rien, il est très famille et retourne soutenir sa mère, veuve depuis peu et qui apprécie un peu trop les petits verres d’alcool, le soir, pour se donner du courage. D’origine grecque, d’une famille émigrée aux Etats-Unis, à Washington, dans un quartier violent, il est très protecteur envers elle. Ce que j’ai le plus aimé, c’est ça justement, la vie quotidienne et les déambulations dans les rues de Washington. On s’y croirait tant les indications sont précises: les lieux, les vêtements, le langage, les gestes. On visualise très bien et c’est ainsi que j’ai fini par m’intéresser aux personnages et à suivre avec plaisir les péripéties du héros à tendance solitaire et des dangereux trafiquants.
   "Il connaissait Washington aussi bien qu’un flic vu qu’il passait le plus clair de son temps dans les rues. Quand il n’avait pas besoin de prendre sa Cherokee,il se déplaçait à vélo. La nuit, il marchait souvent."

   
   
   Titre original: The Cut

critique par Mango




* * *