Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Noces de neige de Gaëlle Josse

Gaëlle Josse
  Les heures silencieuses
  Noces de neige
  Le dernier gardien d'Ellis Island
  L'ombre de nos nuits
  Un été à quatre mains

Gaëlle Josse est une écrivaine française née en 1960.

Noces de neige - Gaëlle Josse

Deux temps, deux mouvements
Note :

   Gaëlle Josse nous charme profondément avec "Noces de neige", intense et bref roman dont les deux héroïnes, à des époques différentes, partagent la même épopée ferroviaire.
   
   Un récit à deux voix, alternant les époques, se déroule au rythme lancinant et monotone du train, aux pensées exacerbées par un confinement excessif et l'impatience des dernières heures passées dans la bulle isolante du wagon.
   
   En mars 1881, Anna, fille d'aristocrates russes attend avec toute sa famille sur le quai de la gare de Nice, le train qui les emmènera en Russie, après avoir passé l'hiver sur la Riviera.
   Impatiente de retourner en Russie, Anna se retrouve confinée dans le compartiment pour de longues journées : promiscuité, intimité dévoilée, ennui absolu.
   Ces quelques jours verront sa vie bouleversée à jamais...
   
   En mars 2012, Irina, fuit une vie de misère et de violence et prend le train à Moscou pour retrouver un jeune homme Enzo rencontré sur un site spécial sur internet et avec qui elle correspond depuis plusieurs mois. Avec en tête les messages d'amour et de promesse échangés, elle a hâte d'arriver à Nice où vit le jeune homme. Pour elle aussi, rien ne se passera comme prévu.
   
   Une écriture maîtrisée dans le style et dans la forme. Deux voix, deux textes, deux époques alternent et décrivent leur problématiques.
   Deux familles évoquées à deux siècles d'intervalle, qui ne se croisent pas mais qui sont liés par la destinée.
   
   Gaëlle Josse a une sensibilité pour nous faire découvrir les fêlures de ses personnages, pénétrer les mensonges et secrets familiaux au détour d'une conversation. Elle arrive à nous troubler par la violence de la modernité que sont les messages d'amour envoyés à un destinataire jamais vu, cette fuite d'une jeune femme perdue, amoureuse de l'amour et prête à tout pour y croire. La découverte d'Enzo, et là je ne peux en dire plus, montre combien Gaëlle Josse maîtrise l'écriture poétique en donnant au texte toute la beauté troublante du réalisme.
   
   Dans les jeux de voix, la palette des sentiments est diffusée de manière sensible et grave et l'alternance des époques nous trouble comme ce voyage qui devient un peu hors du temps.
    ↓

critique par Marie de La page déchirée




* * *



Deux destins féminins
Note :

   "Les évènements racinent profond en nous, c'est tout un souterrain qui se développe avec le temps. Notre existence est façonnée par ce que nous avons vécu, par les évènements qui nous ont portés, construits, ou défaits à jamais. Un fait qui paraît anodin peut se répercuter à l'infini, comme les ondes concentriques se propagent à la surface, bien après que la pierre jetée dans le lac a disparu".
   
   Deux récits croisés dans ce roman et deux époques. L'histoire d'Anna, jeune aristocrate russe, en 1881 et celle d'Irina, en 2012. Le point commun, un voyage en train Nice-Moscou pour Anna, Moscou-Nice pour Irina.
   
   Anna est heureuse de quitter Nice où sa famille passe l'hiver en fêtes et réjouissances diverses. C'est un monde qui la laisse indifférente, elle qui est seulement passionnée d'équitation et s'est enflammée pour un jeune officier russe, Dimitri, qu'elle brûle de rejoindre au plus vite à Moscou. Anna est une jeune femme très seule, méprisée par sa mère à cause de son manque de beauté. La discrète attention de son père ne suffit pas à lui insuffler un peu de réconfort.
   
   Irina quant à elle vit chichement dans la Russie des années 2000 et comme tant d'autres, elle s'est tournée vers un site où des messieurs au profil plus ou moins trafiqué cherchent de jeunes beautés slaves. Jeu de dupes qui n'abuse pas complètement Irina, mais elle a besoin d'un nouveau départ et s'est laissée convaincre par Enzo de le rejoindre à Nice, anxieuse à l'idée de ce qu'elle va vraiment trouver au terme du voyage.
   
   Après l'excellent "Le dernier gardien d'Ellis Island", je craignais la déception. Il n'en fut rien. L'histoire démarre doucement, dans les bercements du train, hors du temps, traversant une Europe bien différente à un siècle de distance. Cocon luxueux pour l'une, terrain incertain et troublant pour l'autre.
   
   La tension monte peu à peu, l'histoire prend une tournure dramatique pour Anna. J'ai été plus sensible à son destin qu'à celui d'Irina, même si le périple de celle-ci m'a également touchée. A la fin du roman, une boucle est bouclée avec maestria. Contrairement à certaines lectrices, j'ai aimé cet emboîtement entre deux destins féminins si dissemblables, aux ramifications plus complexes qu'il n'y paraît au départ.
   
   Un bon moment de lecture, une belle plume et de la subtilité.

critique par Aifelle




* * *