Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mon doudou divin de Katarina Mazetti

Katarina Mazetti
  Le mec de la tombe d’à côté
  Les larmes de Tarzan
  Entre Dieu et moi, c’est fini
  Le caveau de famille
  Mon doudou divin
  La fin n’est que le début
  Le Viking qui voulait épouser la fille de soie
  Ma vie de pingouin

Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la radio suédoise, auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes.
(Source éditeur)

Mon doudou divin - Katarina Mazetti

Trop facile...
Note :

    "Quid de La Béatitude? Une version low-cost pour losers? "
   
   
   "Essayer de trouver-ou de créer ta propre foi en toute liberté", voici ce que propose une affichette à la caisse d'un supermarché. Bien décidée à tourner ce stage (et ses participants) en dérision pour rédiger un article à succès, la journaliste-pigiste Wera passe trois semaines à La Béatitude. Là elle rencontre un apprenti-gourou et sa compagne la très maternelle et efficace Annette, un musulman iranien, une femme grise qui semble s'évaporer à loisir, un médecin radié et Madeleine, une bureaucrate qui ploie sous le poids d'un sac symbolisant sa culpabilité.
   
   Commencé comme une parodie des stages spirituels (pas de décoration zen mais un bâtiment pour le moins rustique ayant abrité des générations de scouts), le récit, qui alterne le point de vue cynique de Wera et celui, plus mesuré, de Madeleine, ne tourne pas à la farce mais gagne (un peu) en profondeur quand les personnages commencent à se révéler les uns après les autres. Il n'en reste pas moins que je suis restée plutôt hermétique aux différents exposés spirituels, plutôt superficiels. Une pirouette, une sorte de deus ex machina (ironique?) vient harmoniser de manière un peu forcée la situation finale.
   
   On retrouve parfois le style imagé et mordant de Katarina Mazetti mais l'ensemble reste quelque peu trop léger à mon goût. Aurais-je définitivement atteint un âge canonique m'empêchant de goûter les comédies?

critique par Cathulu




* * *