Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

J’ai bien l’honneur de vous buter de San-Antonio

San-Antonio
  La rate au court-bouillon
  San-Antonio chez les Macs
  Les doigts dans le nez (San-Antonio)
  J’ai bien l’honneur de vous buter
  Le gala des emplumés
  Vas-y Béru !
  Le coup du père François

San-Antonio est le pseudonyme sous lequel Frédéric Dard a publié sa série de romans policiers mettant en scène le commissaire du même nom.

J’ai bien l’honneur de vous buter - San-Antonio

J’ai dû passer l’âge...
Note :

   L’occasion fait le larron, dit-on. L’autre jour, à la Médiathèque, provisionnant livres et romans lus, sur mp3, pour ma nourriture spirituelle mensuelle en voiture, je suis tombé devant ce mp3, qui n’affichait pas une si longue durée d’écoute ; quelques maigres heures.
   
   Allez, me suis-je dit, me souvenant de mes lectures adolescentes de San Antonio, ça sera rigolo...
   
   J’ai dû passer l’âge. Triste constat. Oh, j’ai bien souri à l’occasion. Même ri, brièvement, pour une pique, une pointe bien trouvée, mais l’ensemble m’a paru quand même globalement consternant.
   Une écriture plate et qui ne se distingue que par l’emploi systématique d’un mauvais argot, qui lasse très vite (au moins arrivé à l’âge où j’en suis!), si bien que le mot maison n’existe pas, c’est systématiquement une carrée. Point de montre, une breloque. Une femme un peu âgée, c’est une vioque... J’en passe, et des plus mauvais...
   Des concepts et des idées qui ne se contentent pas de friser la "beaufitude". On y est. En plein dedans. (Est-cela en partie qui a fait son succès?)
   
   De l’intrigue. Ça oui, il avait de l’imagination le Frédéric Dard. Mais... tout ça pour ça...?
   Quand je pense que plus jeune...
   Bon, il faut que jeunesse se passe. D’ailleurs on la regrette sitôt qu’elle est passée!
   
   Dans cet épisode le commissaire San Antonio est envoyé en mission à Londres, en quelque sorte une mission d’infiltration de l’entourage d’une espionne, sous la couverture de chauffeur ne sachant pas parler (jacter dirait Frédéric Dard) l’anglais. Et que croyez-vous qu’il advint?
   1) San Antonio a séduit l’espionne (un passage obligé de tous les San Antonio), (sacrément complexé de ce côté-là qu’il devait être le Dard!).
   2) San Antonio résout le problème au nez et à la barbe de Scotland Yard (la franchouillardise est très bien portée chez Dard).
   3) Finalement tous ces étrangers sont bien... limités. Heureusement qu’il y a les Français (xénophobie et cocoriquisme très en pointe dans tous les épisodes).
   Au bout du compte, de vous dévoiler le synopsis, ça vous évite la lecture... ou l’écoute... et de perdre ainsi quelques maigres heures!
   
   A qui on dit merci?!

critique par Tistou




* * *