Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

S comme: The fixer de Joe Sacco

Joe Sacco
  S comme: The fixer

Joe Sacco est né le 2 octobre 1960 sur l'Île de Malte. Avec de nombreux déplacements, il vit le plus souvent à New York.
Après des études de journalisme, il a toujours plutôt fait profession de ses dessins qui n’ont pas été que des bandes dessinées (il y a par exemple eu des pochettes de disques).
Il s’est peu à peu spécialisé dans une forme de docu-bd historico-politique pour laquelle il révèle un vrai don. Après s’être rendu sur place, il a ainsi publié sur la Palestine et sur Sarajevo et l’ex-Yougoslavie. Il s’était auparavant intéressé à la Guerre du Viêt-Nam et à celle du Golfe.
A savoir : A voir les photos, il a meilleure allure que celle qu’il se prête lui-même dans ses dessins.

S comme: The fixer - Joe Sacco

Reporter-B.D
Note :

   Faut m’excuser, je n’avais jamais compris grand-chose à la guerre en ex-Yougoslavie. Tout d’abord, je n’avais pas suivi les débuts et ensuite, quand j’avais voulu comprendre, Sarajevo, la Bosnie-Herzégovine, les Musulmans, les Croates, les Serbes, les Tchetnik, les Seigneurs de la guerre, l’armée (la vraie, la fausse), la police (la vraie, la fausse), les noms que je confondais et ne savais pas prononcer, je n’ose même pas dire «les bons», les «mauvais»… je ne m’y étais plus retrouvée du tout.
   J’avais pensé que cet ouvrage de Joe Sacco allait peut-être m’aider un peu… Eh bien… pour tout vous dire… Peut-être que oui, un peu, mais en tout cas pas jusqu’à me faire penser que l’affaire est simple…
   
   L’auteur, Joe Sacco, quant à lui est un personnage tout à fait particulier et tout à fait remarquable. C’est un journaliste. Il n’est pas reporter photographe, il est reporter-BDéiste. Vous ne saviez pas que cela existait ? Moi non plus. D’où mon intérêt, surtout quand il m’est apparu qu’il livrait, sous cette activité un peu étrange, un travail de première qualité. Une vision humaine, juste et tolérante, extrêmement documentée et dénuée d’a priori, pour laquelle son travail est d’ailleurs unanimement estimé.
   
    Pour cet ouvrage, il a passé un bon moment en ex Yougoslavie et s’y ait attaché les services d’un guide, un «fixer», d’où le titre de l’ouvrage. Un nommé Neven par lequel il se laisse mener sans être vraiment dupe, mais avec une vraie sympathie et sans pouvoir jamais savoir exactement où commençait le mensonge, voire la mythomanie et jusqu’où allait la véracité des récits.
   Et en fin de compte, ce personnage incertain de Neven, sympathique ou assassin ? Ami ou voleur ? Témoin ou escroc ? Et plus vraisemblablement encore les deux à chaque fois, incarne bien une situation pourrie, atroce et indéchiffrable dans laquelle la vie se maintient quand même malgré tout.
   
   Petit format (17x24) en noir et blanc d’une centaine de pages, cet ouvrage a été publié en France en 2005.

critique par Sibylline




* * *