Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Bardo or not bardo de Antoine Volodine

Antoine Volodine
  Écrivains
  Biographie comparée de Jorian Murgrave
  Un navire de nulle part - Rituel du mépris - Des enfers fabuleux
  Lisbonne dernière marge
  Alto Solo
  Le nom des singes
  Le port intérieur
  Nuit blanche en Balkhyrie
  Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze
  Des anges mineurs
  Bardo or not bardo
  Nos animaux préférés
  Songes de Mevlido
  Macau
  Terminus radieux
  Frères sorcières

AUTEUR DES MOIS DE FEVRIER & MARS 2014

Antoine Volodine est le principal pseudonyme d'un écrivain français qui serait né en 1949 ou 1950 à Chalon-sur-Saône ou à Lyon, ce sont les seuls renseignements que vous trouverez sur lui.

Ce qui me fait penser que ce "peu que nous savons" peut aussi bien être faux puisqu'autrement, en cet ère d'internet que nous vivons, il y aurait bien longtemps qu'un ancien copain de classe aurait livré secret, souvenirs et photos de classe.

Nous pourrions donc aussi bien partir du principe que notre auteur du mois ne s'appelle ni Antoine, ni Volodine, qu'il n'est né ni en 1949, ni en 1950 et en tout cas pas dans la région de Lyon. De même qu'il ne s'appelle ni Lutz Bassmann, ni Manuela Draeger, ni Elli Kronauer.

Qu'en pensez-vous ?

Antoine Volodine, puisqu’il faut bien lui donner un nom, aurait une grand-mère russe... En tout cas, il a appris le russe et est devenu traducteur en même temps que romancier. Peut-être même l'a-t-il enseigné et a-t-il été professeur de russe pendant une quinzaine d'années ? Pourquoi pas.

Peu convenus pour la catégorie « littérature générale », ses romans ont d'abord été publiés sous l'étiquette Science-Fiction, dans la collection « Présence du futur » des éditions Denoël avant de connaître des éditeurs plus généralistes, Éditions de Minuit, Gallimard, Éditions du Seuil, Verdier et des collections pour enfants : Ecole des Loisirs. Pour en finir avec cette question du genre, Volodine créa en 1990 le Post-exotisme, et s'y installa, explicitant ses projets et intentions littéraires., et y accueillant ses avatars. Comme Renaud, il était « une bande de jeunes à lui tout seul ».

Ceci étant, son œuvre lui a valu plusieurs prix dont le Grand Prix de la science-fiction française 1987 et le Prix du Livre Inter 2000.

Bardo or not bardo - Antoine Volodine

En français dans le texte...
Note :

   Le Bardo, ça vous dit quelque chose? Que ceux qui répondent "Brigitte" prennent la porte!
   Le Bardo, dans le "Livre des morts" tibétain, c’est – simplifié pour les ignorants que nous sommes – l’état intermédiaire dans lequel erre notre âme à notre mort avant une éventuelle réincarnation. Cet état intermédiaire durerait quarante-neuf jours. Quarante-neuf longs jours à errer dans l’obscurité, sous terre, à subir des apparitions, tentatrices, afin de détourner l’âme du but théorique de parvenir à l’illumination finale, se fondre dans le Bouddha afin d’échapper au cycle infernal des réincarnations.
   A la mort d’un être humain, les lamas tentent de communiquer avec lui pendant son passage du Bardo pour lui apporter aide, soutien et connaissance et l’aider à échapper aux réincarnations.
   
   "Maintenant, c’est la voix de l’officiant qui reprend, la voix de Baabar Schmunck, le lama. Elle ne s’était pas interrompue, mais on ne lui avait pas prêté attention pendant tout ce temps. Et maintenant, on l’entend. L’admirable vibration du gong l’accompagne.
   -Ô Glouchenko, dit paisiblement Schmunck, ô, fils noble, à un moment de ta vie passée, tu as reçu chez nous un enseignement religieux de base. Et même si, après avoir "été proche de nous, tu t’es éloigné de nous, ne te détourne pas à présent de la Voie. Souviens-toi de ce qu’on t’a enseigné. (Gong) Accepte de te dissoudre dans le Vide et dans la Claire Lumière dès que l’occasion s’en présentera. Renonce à exister de façon consciente et individuelle. (Gong) Sinon, tu devras marcher quarante-neuf jours, assailli de visions effroyables, avec pour seule perspective la réincarnation dans un homme ou un animal. Par exemple, la réincarnation dans un porc-épic ou un singe. (Gong) Un porc-épic qui renifle stupidement ou un singe hurleur. Par exemple. (Gong) Ecoute mes conseils, Glouchenko. Ne te laisse pas influencer par ce que te dicte ton esprit confus."

   
   Evidemment, les liaisons entre les vivants et les âmes errant dans le Bardo ne sont pas d’une grande qualité et la confusion dans laquelle errent ces âmes qui ne se croient pas forcément mortes n’est pas simple. Antoine Volodine nous traite ceci... à la Volodine. Ses fameuses "entrevoûtes", genre de nouvelles en principe détachées les unes des autres mais en pratique se répondant l’une ou l’autre sur de petits passages, à la marge... Ces constructions conviennent fort bien ici. Dans l’obscurité du Bardo où nous nous trouvons, on n’y voit goutte de toutes façons et mélanger Glouchenko, Schmunck, Kominform, Strohbusch,... (ah, les noms dégottés par Antoine Volodine!), pourquoi pas?
   
   D’autant que lorsqu’on connait l’attirance d’Antoine Volodine pour tout ce qui touche à la zone de fin de vie, de fin du monde, on se dit qu’il barbote en terrain chéri. Et c’est vrai. Et on y croit à son Bardo, même non lamaïste (et je ne suis pas lamaïste!).
   
   C’est puissant, habité, halluciné. Antoine Volodine à son meilleur...

critique par Tistou




* * *