Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Abîmes - Dernier Royaume tome 3 de Pascal Quignard

Pascal Quignard
  Les Ombres errantes - Dernier Royaume tome 1
  Sur le jadis - Dernier Royaume tome 2
  Carus
  La haine de la musique
  Tous les matins du monde
  Abîmes - Dernier Royaume tome 3
  Terrasse à Rome
  Villa Amalia
  La frontière
  Le nom sur le bout de la langue
  La Nuit sexuelle
  Les paradisiaques -Dernier Royaume tome 4
  Le Salon du Wurtemberg
  La leçon de musique
  Sordidissimes - Dernier Royaume, tome 5
  Leçons de solfège et de piano
  La barque silencieuse - Dernier Royaume, tome 6
  Sur l’idée d’une communauté de solitaires
  Georges de La Tour

Pascal Quignard est né en 1948 dans l’Eure. Il a reçu le prix Goncourt en 2002 pour « Les ombres errantes » (tome 1 de sa série « Dernier royaume »).

Il a écrit de nombreux romans, des essais et de la poésie.

Il est musicien et joue du violoncelle. Plusieurs de ses livres traitent de cet amour de la musique.

Après avoir longtemps travaillé pour les éditions Gallimard, enseigné (Université de Vincennes et l'Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et organisé des concerts et des festivals, il démissionne et ne se consacre plus qu’à l’écriture.

Voilà ce qu'il dit lui-même de sa série fascinante des Derniers Royaumes:
"Il y a vingt ans j'ai composé les huit tomes des Petits Traités. Ils sont parus aux éditions Maeght. Dernier royaume est un ensemble de volumes beaucoup plus étendu et étrange. Ni argumentation philosophique, ni petits essais érudits et épars, ni narration romanesque, en moi, peu à peu, tous les genres sont tombés. Enfant, durant toute mon enfance, chaque nuit, je tournais la tête du crépuscule jusqu'à l'aube. Cela me paraissait beaucoup plus intéressant que dormir. C'était peut-être un signe de carence mais cela m'excitait. C'est vraiment une tête qui tourne à toute allure que ces volumes. Un éclair de tête. Ce n'est pas un jugement sur le temps ou le monde ou la société ou l'évolution humaine : c'est le petit effort d'une pensée de tout. Une petite vision toute moderne du monde. Une vision toute laïque du monde. Une vision toute anormale du monde."


Dominique Rabaté a rédigé une excellente étude de l’œuvre de Pascal Quignard.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Abîmes - Dernier Royaume tome 3 - Pascal Quignard

Renaissance du passé.
Note :

   Après le « jadis », Pascal Quignard continue sa réflexion contemplative, poétique, philosophique des résurgences du passé dans l’origine de la vie et la vie elle-même. La reproduction sexuée est un bon exemple de cet abîme, ce tourbillon en perpétuel mouvement du temps aboli, recréé, réminiscent. Ce n’est pas résumable. Les chapitres s’enchaînent traitant tantôt d’histoire antique, tantôt de réflexion sur des gestes humains ou animaux, de la sensualité, des caresses qui se répètent, ou encore et toujours de l’origine des mots, du monde ou du langage. Les thèmes s’enchevêtrent pour mieux approcher ces fameux abîmes, du temps, de l’espace dans lesquels on perçoit une répétition de l’histoire ou des histoires humaines. L’auteur va jusqu’à s’interroger sur la finalité de son ouvrage.
   
    Ce que je suis entrain d’écrire compte parmi les dernières pattes de mouche, à tomaison intermittente, d’une encyclopédie, elle-même à usage privé.
    Un des derniers livres de raison du royaume – à ranger dans le tiroir de droite du buffet d’un vieux lettré qui prit la décision de se perdre dans sa province parce qu’il ne comprenait rien de rien à ce monde. (226)

   
   Comme toujours, les phrases sont ciselées, pesées, pensées. L’auteur se fait à la fois conteur de merveilleux, poète de l’aphorisme et philologue. Il parle comme nul autre du passé, du jadis, de la nostalgie.
   
    La nostalgie est une structure du temps humain qui fait songer au solstice dans le ciel. (42)
   
   Toute phrase isolée, séparée des autres comme celle-ci, invite à la méditation. Il faut le temps de les faire fondre, de les goûter, de les retourner. Quoi qu’il en soit, on s’en imprègne bien vite.
   
    Dans la volupté se perd le désir d’être heureux. (54)
   
    Les écrivains écrivent en noir et blanc.
    Il n’y pas de récit qui ne soit un retour. (99)

   
   On revisite les auteurs de l’antiquité et l’on se prend à rêver d’avoir Quignard comme professeur d’Humanités. En le lisant, on a l’impression de l’écouter non pas faire un cours mais illustrer, enluminer ses phrases et ses paragraphes comme un moine copiste du jadis recomposé. Nos habitudes de lecture changent avec ce genre d’ouvrage et l’on y trouve peu d’inconvénients car on peut y replonger après l’avoir longtemps délaissé. Mais sitôt le livre ouvert, il happe l’attention.
   La lecture de Quignard est une drogue à accoutumance.
   
   
   Dernier royaume
   
   Cette œuvre, toujours en cours, développe les réflexions de l’auteur sur ses thèmes privilégiés. Tous les genres se succèdent dans les très nombreux chapitres, contes, notes, listes, essais, fragments de romans, journal, etc.
   
   Les Ombres errantes (Dernier Royaume, Tome I), 2002 (Prix Goncourt 2002)
   Sur le jadis (Dernier Royaume, Tome II), 2002
   Abîmes (Dernier Royaume, Tome III), 2002

   Les Paradisiaques (Dernier Royaume, Tome IV), 2005
   Sordidissimes (Dernier Royaume, Tome V), 2005
   La Barque silencieuse (Dernier Royaume VI), 2009
   Les Désarçonnés (Dernier Royaume VII), 2012
   Vie Secrète
   Mourir de penser (Dernier Royaume IX), 2014

critique par Mouton Noir




* * *