Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Comme des loups de Guy Vanderhaeghe

Guy Vanderhaeghe
  La dernière traversée
  Comme des loups

Guy Vanderhaege est un écrivain canadien né en 1951.

Comme des loups - Guy Vanderhaeghe

Le magnat, le scénariste et le vieux chasseur
Note :

    Sous le titre français bien commercial, enfin tant pis, de "Comme des loups" Vanderhaeghe, écrivain canadien, nous entraîne dans une double aventure qui mêle les débuts de Hollywood et le fin de l'Ouest des pionniers. Attention ce livre n'est pas que cela, ce qui ne serait d'ailleurs déjà pas mal. Le commentaire de Richard Ford est totalement justifié.
   
   Harry, scénariste en mal de reconnaissance, ce qui est courant dans ces années vingt du cinéma, est chargé par le tycoon Damon T. Chance de recueillir les souvenirs d'un vieux chasseur. C'est l'occasion pour Harry d'essayer d'apprivoiser le vieux loup des plaines, Shorty, qui a tout connu de la grande douceur de l'Ouest et des amitiés avec les Indiens. Mais "Comme des loups" n'est pas un roman de plus, culpabilisant sur le massacre des bisons, des Indiens et de la nation. Cela va infiniment plus loin. Shorty finira par raconter son histoire, rude, douloureuse, presque à son corps défendant. Semblable en cela à bien des combattants, il s'est longtemps muré dans le silence. Mais cinquante ans ont passé, le vieux Shorty a vivoté de ses figurations dans cette nouvelle industrie qui s'envole, le cinéma.
   
    Menant son récit sur deux époques Guy Vanderhaeghe, conteur fabuleux, prolixe et poète, laisse planer un court moment l'ombre de l'immense Griffith. Courbez-vous encore cinéphiles devant ce géant, frère de Hugo, Shakespeare ou Cervantes! Sans lui le cinéma serait encore au berceau et je pèse mes mots. Mais les vrais héros de ce roman restent le vieux chasseur qui se sentira trahi par l'adaptation de ses souvenirs, très vieux débat dont j'ai maintes fois parlé, Harry, Harry le modeste et l'honnête, presque broyé par Hollywood, et le nabab Chance, extraordinaire figure, brutale mais ambigüe, non pas l'archétype du producteur quasi-illettré, mais d'une rare intelligence hélas vouée à une idéologie parfois plus que douteuse qui le conduit plus près de Leni Riefenstahl que d'Upton Sinclair (pour prendre un exemple qu'on redécouvre). Chance a sa vision de l'histoire de l'Ouest, fouillée, en scope si j'ose dire, intéressante mais terriblement inhumaine, puisque qu'il finit par trouver des qualités, pas uniquement cinématographiques, aux rassemblements musclés des nouveaux empires européens, du côté de Rome en attendant mieux. Encore une fois Chance n'est pas un imbécile. Il a énormément lu les journaux intimes des conquérants du Nouveau Monde et retenu une citation essentielle dans sa concision : "Aujourd'hui, déterré des pommes de terre. Tué un Indien". Impressionnant, non?
   
    Ce livre est l'un des meilleurs que j'aie lus récemment. Ecrit en 96, il a paru, dans la fertile collection Terres d'Amérique, d'Albin Michel. A lire aussi et je vais me précipiter, "La grande traversée".

critique par Eeguab




* * *