Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Homme qui voulait tuer Shelley de Giuseppe Conte

Giuseppe Conte
  L'Homme qui voulait tuer Shelley
  Le troisième officier

Giuseppe Conte est un écrivain italien né en 1945.

L'Homme qui voulait tuer Shelley - Giuseppe Conte

Quand il est mort le poète
Note :

    Joli roman poétique et enquête policière en quelque sorte que ce livre de Giuseppe Conte qui nous emporte sur la côte ligure en 1822, sur les traces de Shelley qui y trouva la mort lors d'un naufrage douteux. Poète romantique anglais n'était alors pas un brevet de longue vie. Keats mourut à 26 ans, Byron à 36 et Shelley à 32. N'ayant pas précisément vécu d'eau fraîche ni même de balades le long de la plage, la mort violente est souvent la dernière muse de ces messieurs. Giuseppe Conte nous narre ainsi les dernières semaines, très agitées, du poète. Ses querelles avec Lord Byron, ses frasques extra-conjugales, et ses lubies à vouloir se croire marin, firent de son bateau une épave et du grand écrivain un maudit.
   
    Sur cette trame Conte brode une investigation policière menée par un commandant italien, ancien officier de Napoléon et qui voue aux Anglais une rancœur tenace. Mais le Commandant Medusei se prendra au jeu et sera séduit par l'aura de Shelley, chantre des libertés, prêt à soutenir les premiers soubresauts d'une Italie en route vers son destin. On sait par ailleurs l'explosive équipe formée par Lord Byron, Shelley, Mary Shelley éprise d'absolu et mère de Frankenstein. Autour d'eux gravitent marchands désabusés, espions à la solde de la Couronne Anglaise, maîtres-chanteurs et enfants malades comme il sied à des poètes romantiques qui auraient détester aller bien. Curieux comme j'ai déjà eu cette impression, de vivre un peu plus fort quand rôdent par exemple la rupture ou les questions. Je cite rarement des extraits mais la prose de Conte est très belle et traversée d'images parfois sombres comme les brisants de Viareggio: "La haine s'accumule et s'alimente d'elle-même, à moins qu'elle ne se cache, la nuit, sur les branches d'un arbre comme une chouette ou un chat-huant, prête à ouvrir ses ailes et à pousser ses cris douloureux".
   Et puis ce genre de livres me poussera peut-être à me repencher ou plutôt à me pencher sur les vers de Percy Bysse Shelley.
   
   J'ai rencontré un voyageur venu d’une terre antique
   Qui disait : "Deux immenses jambes de pierre sans le tronc
   Se trouvent dans le désert. Près d’elles, sur le sable,
   Sombrant à moitié, un visage brisé est allongé, dont les sourcils sont froncés,
   
   Et les lèvres plissées, et qui sourit froidement sur commande,
   Ce qui montre que son sculpteur a bien compris ces passions,
   Dont survivent encore, empreintes sur ces choses sans vie,
   La main qui s'est moquée d'elles et le cœur qui les a nourrit,
   
   Et sur le piédestal ces mots apparaissent :
   'Mon nom est Ozymandias, Roi des Rois :
   Contemplez mes œuvres, Ô vous les puissants, et désespérez!'
   
   Rien à côté ne reste. Autour de la décomposition
   De cette colossale épave, illimitée et nue,
   Seul les sables plats s'étirent au loin. "

critique par Eeguab




* * *