Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

C comme: White Sonya de Jerome Charyn

Jerome Charyn
  Il était une fois un Droshky
  Marilyn la dingue
  Zyeux bleus
  Kermesse à Manhattan
  Metropolis: New York
  Dès 10 ans : Le Prince et Martin Moka
  Un bon flic
  Les Filles de Maria
  Rue du petit ange
  Dès 09 ans: Bande à part
  El Bronx
  La belle ténébreuse de Biélorussie
  Mort d'un roi du tango
  Capitaine Kidd
  Hemingway – Portrait de l’artiste en guerrier blessé
  Sinbad
  Citizen Sidel
  C comme: Madame Lambert
  C comme: Bouche du diable
  Appelez-moi Malaussène
  Le cygne noir
  C comme: White Sonya
  Bronx boy
  C'était Broadway
  La Lanterne verte
  New York - aquarelles
  Sténo sauvage. La vie et la mort d'Isaac Babel
  Marilyn : La dernière déesse
  Johnny Bel-Œil : Un conte de la Révolution américaine
  C comme: Marilyn la Dingue
  La Vie secrète d’Emily Dickinson
  Jerzy Kosinski
  C comme: Little Tulip

AUTEUR DES MOIS DE DECEMBRE 2013 & JANVIER 2014

Jerome Charyn est un écrivain américain né à New York en 1937. Ses parents étaient des gens modestes, Juifs émigrés d'Europe de l'Est avant la guerre. Il a grandi dans Le Bronx

Il a fait ses études au Columbia College puis a été enseignant aux Etats Unis, puis à Paris où il a enseigné à l'université américaine de Paris.

Il a vécu à Paris une quinzaine d'années.

Son premier roman, « Il était une fois un Droshky », a été publié en 1964.

Eclectique, il a publié des romans, des romans policiers, des biographies plus ou moins romancées, des livres documentaires sur New York, des romans pour enfants et des bandes dessinées.

C comme: White Sonya - Jerome Charyn

La femme qui n'aimait pas les hommes
Note :

   Dessins : Jacques Loustal
   
   Ce n'est pas facile de sortir de prison, surtout quand on est seul au monde. Vous n'avez plus rien, ni toit, ni argent, ni travail. Vous vous trouvez face aux honnêtes gens qui ne vous font plus confiance, aux anciennes relations qu'il vous faut fuir tant ils sont tous prêts à vous faire retomber dans les vieilles ornières. Difficile de prendre un vrai nouveau départ, repartir d'une page blanche. Et si vous êtes une femme, c'est bien pire encore. A tous ces handicaps, vous pouvez ajouter que tous les voyous voient immédiatement en vous le futur élément de leur "cheptel". Du plus gros au plus petit, chacun se voit très bien être votre mac et tirer de vous quelques revenus et autres avantages.
   
   Quand Sonya, rare élément blanc de la prison pour femmes, est enfin libérée, c'est pour se trouver dans cette situation délicate. Mais Sonya n'a aucune intention d'être exploitée par qui que ce soit, et la prison l'a rendue quelque peu sauvage et... pour tout dire, dangereuse. En tout cas, elle est sûre que la seule personne à qui elle puisse faire confiance, c'est elle-même et que le simple fait d'être un homme vous place d'office dans le camp adverse (bien que toutes les femmes ne soient pas des alliées).
   
   C'est sur cette base que cette BD nous fait suivre ce qu'il advint de White Sonya quand elle sortit de prison.
   
   J'aurais tendance à reprocher à ce scénario une légère absence d'originalité. C'est bien mené, mais on n'est pas vraiment étonné. Rien de franchement nouveau dans cette histoire manichéenne de sortie de prison. Il y aurait bien le fait que ce soit une femme qui se veut l'égale des hommes dans le milieu hyper macho du banditisme... oui. Bon. Mais ça ne suffit pas, je trouve.
   
   De plus, je n'apprécie pas beaucoup les dessins de Loustal à cause de ses "à plats" et de l'aspect statique. Mais là, c'est purement une affaire de goût et je ne vous le donne pas pour autre chose. Peut-être qu'ils vous plairont, à vous. Jacques de Loustal, dit Loustal a d'ailleurs aussi dessiné "Les Frères Adamov" et "Une romance" pour Jerome Charyn. Avis aux amateurs, dont je ne suis pas.

critique par Sibylline




* * *