Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mort d'un roi du tango de Jerome Charyn

Jerome Charyn
  Il était une fois un Droshky
  Marilyn la dingue
  Zyeux bleus
  Kermesse à Manhattan
  Metropolis: New York
  Dès 10 ans : Le Prince et Martin Moka
  Un bon flic
  Les Filles de Maria
  Rue du petit ange
  Dès 09 ans: Bande à part
  El Bronx
  La belle ténébreuse de Biélorussie
  Mort d'un roi du tango
  Capitaine Kidd
  Hemingway – Portrait de l’artiste en guerrier blessé
  Sinbad
  Citizen Sidel
  C comme: Madame Lambert
  C comme: Bouche du diable
  Appelez-moi Malaussène
  Le cygne noir
  C comme: White Sonya
  Bronx boy
  C'était Broadway
  La Lanterne verte
  New York - aquarelles
  Sténo sauvage. La vie et la mort d'Isaac Babel
  Marilyn : La dernière déesse
  Johnny Bel-Œil : Un conte de la Révolution américaine
  C comme: Marilyn la Dingue
  La Vie secrète d’Emily Dickinson
  Jerzy Kosinski

AUTEUR DES MOIS DE DECEMBRE 2013 & JANVIER 2014

Jerome Charyn est un écrivain américain né à New York en 1937. Ses parents étaient des gens modestes, Juifs émigrés d'Europe de l'Est avant la guerre. Il a grandi dans Le Bronx

Il a fait ses études au Columbia College puis a été enseignant aux Etats Unis, puis à Paris où il a enseigné à l'université américaine de Paris.

Il a vécu à Paris une quinzaine d'années.

Son premier roman, « Il était une fois un Droshky », a été publié en 1964.

Eclectique, il a publié des romans, des romans policiers, des biographies plus ou moins romancées, des livres documentaires sur New York, des romans pour enfants et des bandes dessinées.

Mort d'un roi du tango - Jerome Charyn

Les Verts et l’Eldorado
Note :

   Titre original : Death of a Tango King (1998)
   
   
   Peut-être ne saviez-vous pas que Medellin est le pays du tango? Moi non plus d'ailleurs, qui croyait que Buenos Aires... Pourtant, c'est bien là que Tulipa Dawn avait jadis brillé sur la piste du “rumbeadero” au bras de Guillermo Gaudi au temps du boom du café. Un demi-siècle plus tard, les voici devenus des modèles pour les nostalgiques. Mais pourquoi s'appesantir sur le tango?
   
   Dans cet irrésistible, voire euphorique roman, Jerome Charyn nous emmène plus souvent au pays de Garcia Marquez et du “réalisme magique” qu'à Nueva York et au pays des gringos. Un pays perdu — la Colombie donc— va se transformer au terme des 250 pages en un pays presque heureux par l'action conjuguée d'un trafiquant de drogue repenti et d'un service secret états-unien. C'est dire à quel point nous serons transportés au pays des merveilles!!!
   
   Dans la ville de Medellin, les enfants des rues organisés en bandes sèment la terreur. Les chefs militaires factieux ont organisés des escadrons de la mort. Le président Bailen, célèbre romancier —"le Faulkner d'Amérique du Sud"—, risque sans cesse d'être tué. Des bombes explosent partout où il passe et terrorisent les ministères de Bogota. Une guérilla sévit dans les provinces mélangeant la révolution et la coca. Bref, c'est l'enfer. Et Ruben a réussi à y survivre malgré les menaces de Muzo le super-flic de la "Seguridad" et de Magallon le Danseur qui aspire à prendre la tête du cartel.
   
   Héroïque, ce Don Ruben. Il a été un gosse des rues avant de devenir le chef d'un cartel de la drogue, et le milliardaire possiblement amoureux d'une vague cousine et amie d'enfance. Malheureusement la belle Yolanda Ramirez, impliquée dans un hold-up raté, croupit dans une prison yankee et "Les lesbiennes ne lui laissaient aucun répit" affirme trois fois de suite l'incipit. Mais il ne faut pas désespérer : à Washington D.C. un faux conférencier universitaire, Melvin P. Sparks, est le chef opérationnel des "Commandos chrétiens" et il refuse de voir l'Amazonie peu à peu détruite par les raids incendiaires contre les laboratoires du cartel de Medellin. Sans compter que le pays est abominablement ravagé par les chercheurs d'or qui empoisonnent les fleuves au mercure, ajouteraient Ruben et "Los Verdes". Cette officine va se servir de Yolanda pour contacter Ruben : Sparks et Yolanda —réputée "la novia del Presidente"— partent en mission pour la Colombie... Entre autres exploits, Ruben deviendra ministre, enverra les enfants des rues à l'école, et sauvera la forêt amazonienne. Cependant, il faudra lire jusqu'à la dernière page pour connaître l'identité de qui donne tout son sens au titre.
   
   Jerome Charyn est bien connu pour provoquer des avalanches de métaphores et d'argot juif new-yorkais. Rien de çà dans cette rocambolesque aventure dans la folie du monde latino! Ici, l'overdose ne concerne que les mots espagnols : "criollo, mujer, bruja, novia, pistoleros, putas, niños, burro, hermano, pelicula…" Précipitez-vous sur ce roman exceptionnel qui mélange thriller, conte de fées et cours d'espagnol!
    ↓

critique par Mapero




* * *



La Colombie et Ruben
Note :

   Yolanda est en prison. On lui propose un marché. Si elle veut récupérer Benjamin son enfant, elle doit se rendre à Medellin pour y retrouver son cousin, Ruben, devenu gangster première catégorie. Elle accepte et on commence par la former au combat telle une Nikita Bessonienne, l'obligeant à se rouler dans la boue. Qui est ce Ruben? Un parti de rien et arrivé au sommet de la hiérarchie des trafiquants de cocaïne. A tel point qu'il a de multiples sosies sensés le protéger de ses ennemis. Yolanda est envoyée par une organisation qui prétend protéger l'environnement, les Commandos Chrétiens américains. Ces écolos veulent sauver la forêt amazonienne des pollutions au mercure des chercheurs d'or. A leur tête le professeur Sparks, qui recrute Yolanda.
   
   De la prison de Yolanda, nous passons en Colombie, et c'est dans une école de tango, passion de Ruben que les cousins d'enfance, amoureux à l'époque, se retrouvent. Tout est rocambolesque et très littéraire dans le sens où Charyn comme à son habitude ne s'embarrasse pas de réalisme mais enchaîne les évocations. Nous plongeons alors dans le trafic de cocaïne et au sein du pouvoir politique colombien, nous partons dans tous les sens, faisons connaissance de la légende Guillermo Gaudi danseur de tango habité et légendaire, vivons l'enfer des enfants des rues... Puis un aller-retour Etats-Unis Colombie. Ruben d'abord extradé, chouchouté par le pouvoir américain, est accompagné par Yolanda, un représentant des enfants des rues... Il retournera ensuite en Colombie pour mener différents combats. Ecologique, chasser les mineurs pollueurs. Educatif, obliger les enfants à la scolarisation. Politique, d'abord ministre potiche, il prend les rênes pour mener au pouvoir les idées vertes...
   
   Par Yolanda, nous suivons Ruben. Par Ruben, nous naviguons en Colombie et de se demander ce qui est pure inspiration et vérité historique. Ne connaissant que clichés sur la Colombie, trafic de drogue, exploitation de la forêt amazonienne, relation ambivalente avec la puissance américaine, relations violentes entre pouvoir et population et FARC, je sens bien que certains éléments sont inspirés de faits réels. Et que je passe à côté de beaucoup d'entre eux sans les voir. Charyn en fait quelque chose d'enlevé, d'exalté, de poétiquement humain... Avec des personnages à multiples facettes.
   
   La plume de Charyn est bien là. Comparé à ce que j'avais lu déjà, ce roman est moins chatouillant, moins de personnages et une "intrigue" plus facile à suivre. Il arrive à nous transporter dans une Colombie aux plusieurs visages... Ces visages que revêt Ruben, représentant d'une Histoire compliquée : enfant des rues, trafiquants sans pitié, homme politique puissant, protecteur de la Nature et des minorités, amis de tous même avec ceux qui le menacent de mort, violent et doux à la fois... Un homme qui est la Colombie à lui tout seul.

critique par OB1




* * *