Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Filles de Maria de Jerome Charyn

Jerome Charyn
  Il était une fois un Droshky
  Marilyn la dingue
  Zyeux bleus
  Kermesse à Manhattan
  Metropolis: New York
  Dès 10 ans : Le Prince et Martin Moka
  Un bon flic
  Les Filles de Maria
  Rue du petit ange
  Dès 09 ans: Bande à part
  El Bronx
  La belle ténébreuse de Biélorussie
  Mort d'un roi du tango
  Capitaine Kidd
  Hemingway – Portrait de l’artiste en guerrier blessé
  Sinbad
  Citizen Sidel
  C comme: Madame Lambert
  C comme: Bouche du diable
  Appelez-moi Malaussène
  Le cygne noir
  C comme: White Sonya
  Bronx boy
  C'était Broadway
  La Lanterne verte
  New York - aquarelles
  Sténo sauvage. La vie et la mort d'Isaac Babel
  Marilyn : La dernière déesse
  Johnny Bel-Œil : Un conte de la Révolution américaine
  C comme: Marilyn la Dingue
  La Vie secrète d’Emily Dickinson
  Jerzy Kosinski

AUTEUR DES MOIS DE DECEMBRE 2013 & JANVIER 2014

Jerome Charyn est un écrivain américain né à New York en 1937. Ses parents étaient des gens modestes, Juifs émigrés d'Europe de l'Est avant la guerre. Il a grandi dans Le Bronx

Il a fait ses études au Columbia College puis a été enseignant aux Etats Unis, puis à Paris où il a enseigné à l'université américaine de Paris.

Il a vécu à Paris une quinzaine d'années.

Son premier roman, « Il était une fois un Droshky », a été publié en 1964.

Eclectique, il a publié des romans, des romans policiers, des biographies plus ou moins romancées, des livres documentaires sur New York, des romans pour enfants et des bandes dessinées.

Les Filles de Maria - Jerome Charyn

Brouillard sur Central Park
Note :

   Titre original : Maria's Girls (1992)
   
   
   Dans une première série de romans dits policiers Jerome Charyn fait d'Isaac Sidel un flic attaché au Lower East Side et à des quartiers peuplés de juifs et d'irlandais de milieu populaire. Une seconde série menant à “Citizen Sidel” démarre avec “Les Filles de Maria”. Cet épisode mène Isaac Sidel à fréquenter la mairie, l'église, les milieux d'affaires, la mafia, sans oublier le FBI, et à roder du côté de Central Park – surnommé la forêt de Sherwood.
   
   L'Eglise c'est le cardinal Jim au parler peu châtié. La famille c'est celle de Jerry DiAngelis et son beau-père le melamed Izzy Wasser. La mafia c'est Sal Rubino et ses cimenteries, don Salvatore survivant infirme à une tuerie qui s'est déroulée à la Nouvelle-Orléans. Le big business c'est Papa Cassidy et ses usuriers. Le FBI c'est LeComte, son indic Tarin frère de Jerry, et son agent Anastasia, alias Margaret Tolstoï, la princesse roumaine sans papiers, formée par le KGB, partagée entre le lit de Rubino et les souvenirs d'Isaac toujours amoureux de la "sorcière" qui "cassait du mafioso dans l'Amérique toute entière". Incidemment, on notera que l'histoire se passe en 1984 et que le pistolet à la mode est le “Glock” avec sa carcasse en polymères. L'action court de la luxueuse résidence des Cassidy à un hôtel douteux avec vue sur le parc, d'un commissariat de quartier à un terrain de base-ball en forme de diamant et à une obscure boîte de nuit où opère l'éblouissante Delia St.John : "Elle avait des jambes liquides... Qui diable avait bien pu lui apprendre à flotter comme çà?"
   
   Un flic nommé Caroll Brent joue un rôle de premier plan dans l'enquête concernant les malversations de Carlos Maria Montalban, fournisseur des établissements scolaires de la métropole... En dépit de son manteau de fourrure et de ses chaussures à talon, Maria aime les filles. Pour en savoir plus sur ses activités illégales, Sidel pousse dans ses bras Diana Cassidy, la riche et séduisante épouse de Brent. Et quand Isaac est flingué lors d'un rendez-vous sous le pont de Brooklyn avec son agent préféré — on n'en est qu'à la page 78 – il est facile de supposer qui est le premier suspect : un mari jaloux qui se venge. Or la réalité est plus compliquée, c'est le moins qu'on puisse dire...
   
   "La bestiole ne s'y trouvait plus"!
Les graves blessures dont souffre le commissaire ont fait périr le ver solitaire qu'il portait en lui depuis le temps de la guerre avec les Guzmann, et qui incarnait son remord, sa responsabilité dans la mort de Z'yeux Bleus, l'amant de sa fille Marilyn. "Ce ver était un moraliste, ce ver avait encouragé Isaac à s'aventurer dans les abîmes de l'inconnu, ce ver était comme Shakespeare, susurrant ses mélodies où que se rendît Isaac." L'identité du tireur restant longtemps inconnue, le lecteur trouve dans ce mystère un moteur qui le fait avancer, quoique l'embrouillamini grandissant de l'intrigue, plombé de pesants bavardages répétitifs, puisse avoir raison de sa persévérance. Même si tout un lot de flinguages, de tabassages et d'enlèvements lui suggèrent qu'il lit un vrai polar.
   
   Rebecca Karp quittant bientôt la mairie de New York, on commence à entrevoir la possibilité pour Isaac Sidel de se présenter aux élections et devenir le maire de Big Apple. Un maire démocrate bien sûr!
   
   
   Série Isaac Sidel:
   
   
   1. Marilyn la dingue
   2. Zyeux bleus
   3. Kermesse à Manhattan
   4. Isaac le mystérieux (après une 1ère traduction sous le titre Le Ver et le Solitaire)
   5. Un bon flic
   6. Les Filles de Maria

   7. L'Homme de Montezuma
   8. Rue du petit ange
   9. El Bronx
   10. Citizen Sidel
   11. Sous l'œil de Dieu

critique par Mapero




* * *