Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Zyeux bleus de Jerome Charyn

Jerome Charyn
  Il était une fois un Droshky
  Marilyn la dingue
  Zyeux bleus
  Kermesse à Manhattan
  Metropolis: New York
  Dès 10 ans : Le Prince et Martin Moka
  Un bon flic
  Les Filles de Maria
  Rue du petit ange
  Dès 09 ans: Bande à part
  El Bronx
  La belle ténébreuse de Biélorussie
  Mort d'un roi du tango
  Capitaine Kidd
  Hemingway – Portrait de l’artiste en guerrier blessé
  Sinbad
  Citizen Sidel
  C comme: Madame Lambert
  C comme: Bouche du diable
  Appelez-moi Malaussène
  Le cygne noir
  C comme: White Sonya
  Bronx boy
  C'était Broadway
  La Lanterne verte
  New York - aquarelles
  Sténo sauvage. La vie et la mort d'Isaac Babel
  Marilyn : La dernière déesse
  Johnny Bel-Œil : Un conte de la Révolution américaine
  C comme: Marilyn la Dingue
  La Vie secrète d’Emily Dickinson
  Jerzy Kosinski
  C comme: Little Tulip

AUTEUR DES MOIS DE DECEMBRE 2013 & JANVIER 2014

Jerome Charyn est un écrivain américain né à New York en 1937. Ses parents étaient des gens modestes, Juifs émigrés d'Europe de l'Est avant la guerre. Il a grandi dans Le Bronx

Il a fait ses études au Columbia College puis a été enseignant aux Etats Unis, puis à Paris où il a enseigné à l'université américaine de Paris.

Il a vécu à Paris une quinzaine d'années.

Son premier roman, « Il était une fois un Droshky », a été publié en 1964.

Eclectique, il a publié des romans, des romans policiers, des biographies plus ou moins romancées, des livres documentaires sur New York, des romans pour enfants et des bandes dessinées.

Zyeux bleus - Jerome Charyn

Polar trop sucré
Note :

   Titre original : Blue eyes (1973)
   
   Zyeux bleus, c'est Coen, c'est Manfred, c'est un flic au regard clair dans un milieu bien sombre. Nous sommes dans le Bronx et Coen, mis un peu à l'écart pas ses collègues depuis le départ forcé d'Isaac, son mentor, est poussé à enquêter sur une affaire de prostituées mettant en cause certains membres d'une famille qu'il connaît bien, les Guzmann. L'aîné de la famille "Papa", tient la confiserie familiale. Il est le père de six garçons issus de six relations différentes et protège la famille. Ayant une histoire commune avec le flic, ils ont vécu en voisins quand Coen était tout jeune, ces multiples personnages (trop sans doute...), se croisent et s'épient. Nous suivons l'enquête menée par le flic à la recherche d'une jeune fille disparue de la circulation...
   
   Voilà un polar débridé, compliqué à suivre, car partant dans des sens multiples et ménageant des descriptions trop brèves aux nombreux personnages. Ainsi, difficile de s'attacher, notamment au destin de ce Zyeux bleux au cœur du livre. Quelques retours en arrière ne suffisent pas à fournir l'épaisseur confortable à la lecture. On est alors ballotté, par les péripéties sans assez de repères pour tout suivre. C'est dommage, quelques idées sont attachantes et l'auteur s'amuse avec cette peinture aux couleurs vives. Les personnages sont des fonceurs, au système D bien rodé, en connivence avec certains flics. Ils sont dépeints humains. Ainsi, Papa protège Jéronimo, son enfant un peu simple d'esprit. Et puis il tient une confiserie, drôle d'idée pour un gangster. Zyeux bleus est un fana de ping-pong comme l'auteur du reste. Et pendant les parties, il met le short mais garde le flingue! Les noms de personnages témoignent d'une volonté de s'amuser : Bébé, Child, César...
   
   Au final, je suis donc bien partagé mais je reste déçu par ce résultat trop peu abouti à mon goût. "Zyeux bleus" est le deuxième volet d'une trilogie policière : Marilyn la dingue était peut-être à lire avant...
   
   
   Série Isaac Sidel:
   
   
   1. Marilyn la dingue
   2. Zyeux bleus

   3. Kermesse à Manhattan
   4. Isaac le mystérieux (après une 1ère traduction sous le titre Le Ver et le Solitaire)
   5. Un bon flic
   6. Les Filles de Maria
   7. L'Homme de Montezuma
   8. Rue du petit ange
   9. El Bronx
   10. Citizen Sidel
   11. Sous l'œil de Dieu

critique par OB1




* * *