Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le chat qui donnait un coup de sifflet de Lilian Jackson Braun

Lilian Jackson Braun
  Le Chat qui cassait la baraque
  Le chat qui jouait Brahms
  Le chat qui donnait un coup de sifflet

Lilian Jackson Braun est une écrivaine américaine née en 1913 et décédée en 2011.

Le chat qui donnait un coup de sifflet - Lilian Jackson Braun

Gare aux rats minables gros, bis
Note :

    J'avais lu il y a dix ans deux aventures de Jim Qwilleran et ses deux siamois Koko et Yom Yom. J'avais aimé l'esprit bon enfant de cette petite communauté américaine. Et puis une amie, très portée sur les matous, c'est elle-même qui l'écrit, a rappelé la vieille Madame Lilian Jackson Braun à mon souvenir. Morte à 98 ans en 2011 LJB fait du bien quand on la lit, à condition de ne pas lire la trentaine de volumes d'affilée. Mais de temps en temps, grâce à 10/18 Grands détectives on peut s'en amuser. Je viens de le faire avec "Le chat qui donnait un coup de sifflet" où l'on retrouve l'improbable comté de Moose, au nord de partout. Tout un petit monde vit là-haut, bibliothécaire, vieilles dames curieuses, journalistes provinciaux, banquier véreux pour justifier une enquête menée par Jim avec la complicité de ses deux félins surdoués.
   
    On y boit du café en bonne compagnie, les habitants répètent sérieusement "Le songe d'une nuit d'été", version petits hommes verts à la place des fées, quelle audace. Tout cela est bien sympathique sur fond de bourgade un peu "idéale " sauf que meurtre il y aura tout de même. Miaou, on est dans un polar après tout, les dits Koko et Yom Yom n'apparaissant d'ailleurs qu'assez succinctement, chats de luxe qu'on a plaisir à imaginer. Ça plaira aussi aux ferropathes car l'intrigue tourne autour d'une magnifique locomotive à escarbilles. D'accord mais on peut avoir d'autres chats à fouetter quant à bouquiner. Qu'importe, un petit moment à sillonner le filon félin de Lilian Jackson Braun n'a jamais fait de mal à ronronne, euh, à personne.

critique par Eeguab




* * *