Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

M comme: Haarmann le boucher de Hanovre de Peer Meter

Peer Meter
  M comme: Haarmann le boucher de Hanovre

M comme: Haarmann le boucher de Hanovre - Peer Meter

Tache qu'il ne te hache ! !
Note :

   Dessins : Isabel Kreitz
   
    Les périodes de dépression économique, de grande pauvreté, voire de famine sont propices à tous les excès criminels. L’Angleterre a son Jack l’éventreur, la France, son docteur Petiot et l’Allemagne son boucher Haarmann dont il est question dans cette BD du même nom.
   
   En 1925, Cet Haarmann, le plus célèbre tueur en série d’Allemagne, a été condamné à mort pour 24 de ses crimes et exécuté en 1925, à Hanovre. Il avait cependant avoué beaucoup plus de meurtres encore qui n’ont pas pu être prouvés.
   
   Ce que met très bien en valeur le scénariste Peer Meter, auteur également de "l’Empoisonneuse", c’est combien la population de l’endroit et la police étaient indirectement impliquées dans cette boucherie puisque ce tueur, loin de se cacher, vivait en plein cœur de la ville, dans une rue très populaire et mal famée où il se faisait passer pour fripier, vendant de la viande et des vêtements à tous ceux qui avaient encore un peu d’argent et possédant une carte de police en tant qu’indicateur.
   
   Bien que plusieurs fois dénoncé par ses voisins pour ses activités pour le moins dérangeantes la nuit quand il recevait chez lui les jeunes garçons qu’il cueillait à la gare et ramenait chez lui avant de les égorger et de les dépecer en morceaux qu’il vendait ensuite ou offrait à qui le désirait. Longtemps la police l’a protégé et défendu jusqu’au jour où le drainage de la rivière qui traversait la ville fit apparaître quantité de membres et de crânes humains sciés, brisés et raclés.
   
   C’est alors que l’enquête policière et le récit commencent.
   
   Ce qui m’a le plus intéressée et qui m’a incitée à aller jusqu’au bout de cette macabre histoire, c’est la manière dont elle est abordée et dessinée par Isabel Kreitz, plusieurs fois récompensée et admirée pour ses BD pour enfants et pour "L’Espion de Staline". Elle évite le sordide et le glauque pour préférer les scènes de rues, de lieux publics, de voisinage expliquant la situation de l’Allemagne de cette époque où l’argent ne valait plus rien et où la misère était immense. On comprend mieux ainsi pourquoi cet homme monstrueux, jugé instable et interné à plusieurs reprises a pu accomplir aussi impunément pendant si longtemps sa triste activité.
   
   Les dessins en noirs et banc sont saisissants, extrêmement soignés et convaincants. Le jeu des ombres et de la lumière est particulièrement réussi. Il fallait tout le talent d’une grande dessinatrice pour me faire apprécier l’évocation de tels faits!
   
   A la fin de l’album quelques pages donnent un aperçu historique de ces évènements et des personnages qui y sont impliqués jusqu’à la chansonnette qui en a été tirée:
   
   "Attends, attends, jusqu'à ce soir...Armé de sa petite hache...Haarmann viendra bientôt te voir...Prends garde qu'il ne te hache... "

critique par Mango




* * *