Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

The Main de Trevanian

Trevanian
  Shibumi
  La sanction
  Incident à Twenty-Mile
  The Main

Trevanian est l'un des pseudonymes de l'écrivain américain, William Rodney Whitaker, né en 1931 à New York et décédé en 2005.
Il a également publié sous les pseudonymes de Nicholas Seare et Beñat Le Cagot.

The Main - Trevanian

On change, quand on est mort
Note :

   Un Trevanian tellement différent des autres qu'on se demande presque si c'est un vrai, surtout quand on connaît le mystère qui plane autour de cet écrivain...
   
   Une grande ville canadienne, un quartier populaire qui vit ses dernières heures, un vieux flic finissant. C'est dans une ambiance nimbée de mélancolie et d'une certaine douceur, presque une langueur, que Trevanian peint ce portrait de flic si attaché à "son" quartier qu'il en fait partie, comme ces vieilles pierres qu'on finit par ne plus remarquer.
   
   Cet homme-là, derrière son professionnalisme à l'ancienne et son paternalisme, cache une souffrance qu'il entretient au jour le jour: la perte de sa jeune épousée, il y a plus de trente ans. Il vit toujours avec elle, imaginant vieillir à ses côtés et les enfants qu'ils auraient eus ensemble (deux filles). Son appartement est le refuge de ses rêves inachevés.
   
   Bien sûr, il y a un mort et le vieux flic mène l'enquête auprès des SDF et des prostituées du quartier, affublé d'un "bleu" tout juste sorti de l'université: une autre espèce, plus cérébrale, moins instinctive. Deux concepts du métier et de la vie diamétralement opposés... Deux jeunes filles viendront aussi chambouler ses vieilles habitudes.
   
   "The Main" commence et s'achève sur un travelling de cinéma qui déroule lentement tout ce quartier, véritable personnage principal de ce roman, symbole d'une époque et d'une manière de vivre pauvre certes, mais fraternelle. Ce beau roman, écrit avec une lenteur assumée, à des années-lumière de "Shibumi", plaira-t-il à tous les fans de Trevanian?

critique par Petit Sachem




* * *