Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono

Jean Giono
  Le chant du monde
  Solitude de la pitié
  Un de Baumugnes
  Colline
  Un roi sans divertissement
  Regain
  Le hussard sur le toit
  Fragments d’un paradis
  Dès 09 ans: L’homme qui plantait des arbres
  L'homme qui plantait des arbres
  Le grand troupeau
  Jean le Bleu
  Les Âmes fortes
  Que ma joie demeure
  L’Iris de Suse

Jean Giono est un écrivain et scénariste français né à Manosque en 1895 et décédé en 1970.

Vous trouverez sur ce site la fiche "Jean Giono, le grand western", brillant essai qu' Olympia Alberti a consacré à cet auteur et les rencontres que Pierre Magnan a eues avec lui
Vous trouverez également celle de la biographie que sa fille cadette Sylvie Giono a rédigée.
Et vous pourrez faire des "Balades littéraires à la rencontre de Jean Giono" avec Jean-Louis Carribou.
Sans oublier Jean Carrière et Annick Stevenson

L'homme qui plantait des arbres - Jean Giono

Une porte sur l'œuvre de Giono
Note :

   "En 1953, le magazine américain The reader's Digest demanda à Giono d'écrire quelques pages pour la rubrique bien connue "Le personnage le plus extraordinaire que j'aie jamais rencontré." Quelques jours plus tard, le texte, tapé à la machine, était expédié, et la réponse ne se faisait pas attendre : réponse satisfaite et chaleureuse, c'était tout à fait ce qui convenait." (4ème de couverture)
   

   Tout petit texte absolument formidable, qui pourrait être un manifeste pour les écologistes en herbe, les amoureux des arbres et de la nature. D'abord, il y a l'écriture de Giono, son style, et sa description de la montagne, des sentiers et bien sûr des arbres. Et puis cette histoire incroyable d'un homme qui crée une forêt sur un territoire désert, seul. Incroyablement seul. Un homme devenu berger qui n'aspire qu'à la solitude et/ou aux vraies rencontres, celles desquelles il y a quelque chose à retirer. Un homme de valeur(s) : "Pour que le caractère d'un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l'idée qui la dirige est d'une générosité sans exemple, s'il est absolument certain qu'elle n'a cherché de récompense nulle part et qu'au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d'erreurs, devant un caractère inoubliable." (p.9)
   

   Et puis, au fur et à mesure, dans ce texte, on peut s'apercevoir qu'il est certes un hymne à la nature mais aussi un dégoût de ce que l'Homme peut engendrer en catastrophes tant pour lui que pour les autres êtres vivants : les guerres (je me permets de rappeler que Giono fut très marqué par la première, celle de 14/18), le progrès qui oblige à détruire des pans entiers de nature en faveur des routes, des ponts, ... Une certaine misanthropie pointe, une amertume, un désabusement sur les actions humaines : "Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l'âme de cet homme -sans moyens techniques-, on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction." (p.22/23)
   
   Un texte efficace, court et puissant qui peut être lu aujourd'hui de manière très moderne, qui colle parfaitement aux conditions de vie de notre début de XXIème siècle. Mon fils a lu cette année, de cet auteur, (classe de seconde oblige) "Le grand troupeau", un roman long et pas facile qui l'a ennuyé et pas vraiment fasciné (certes, la lecture n'est pas son sport favori, c'est même sans doute le cadet de ses soucis). Peut-être eût-il mieux valu faire découvrir Giono par ce court livre intemporel et sans doute plus accessible? L'exigence littéraire de Giono y est bien présente mais du fait du format du livre et des thèmes abordés, elle est plus facilement abordable et explicable. Peut-être même les élèves auraient-ils eu envie de découvrir ensuite ce que Giono a écrit d'autre? Mais là, j'extrapole, je m'emporte...

critique par Yv




* * *