Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La nuit de Skyros de Patrick Cauvin

Patrick Cauvin
  Le silence de Clara
  C comme: Hors-jeu
  Haute-Pierre
  Belange
  Huit jours en été
  E=MC², mon amour
  Dictionnaire amoureux des héros
  Ados: Une seconde chance
  La nuit de Skyros
  L’amour aveugle

Patrick Cauvin, de son vrai nom Claude Klotz, est un écrivain français né le 6 octobre 1932 à Marseille et décédé le 13 août 2010.
Apprécié du grand public, il a publié une trentaine de romans, de 1970 à 2010.

La nuit de Skyros - Patrick Cauvin

Suspense sur canapé
Note :

   Le narrateur est psychothérapeute. Un certain Caroni lui demande un rendez-vous un dimanche soir, première bizarrerie d'une bonne série. Le professionnel accepte et écoute son nouveau malade atteint de symptômes eux aussi particuliers. Il rêve chaque nuit de la même femme, lui fait l'amour et comme dit la poétique chanson... les draps s'en souviennent (je n'en rajoute pas, le problème de Caroni est là...). Mais là ne s'arrêtent pas les surprises. Dès le premier rendez-vous, Caroni évoque un lieu peu connu que le thérapeute a fréquenté, avec son ex-amoureuse. Deuxième rendez-vous et rebelote, deuxième lieu reconnu. Et ainsi de suite... De révélations en péripéties, le suspense est enclenché. Deux suspenses en réalité, celui de la relation du soignant avec cette femme, pourquoi s'est-il séparé de cette amour passion, et celui quelque peu paranormal du comment ce patient rêve de scènes vécues par son thérapeute.
   
   L'auteur parvient à ficeler une histoire crédible. Cela rassurera ceux qui n'aiment pas les livres aux fins sans épilogue. Il y en aura un. Les personnages sont cependant peu attachants. Le médecin aurait besoin d'une analyse. Il use de boissons et ne semble pas vraiment dans son assiette. Les autres personnages sont évoqués sans vraie profondeur, le livre est court d'ailleurs. On a du mal à les comprendre. Cependant l'histoire est originale, constituée de dialogues intérieurs qui font parfois mouche, notamment sur le thème du pardon.
   
   Au final, ce livre aurait pu être mieux... Il ne lui manque à mes yeux qu'un peu plus de temps passé sur l'ouvrage, pour étoffer des personnages, parvenir à obliger l'empathie... Je le conseille tout de même, j'ai eu du plaisir à le lire.

critique par OB1




* * *