Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Grande Muraille de Max Frisch

Max Frisch
  La Grande Muraille

Né en 1911 à Zurich, Max Frisch, après ses études et des voyages en Europe centrale, est devenu architecte tout en se consacrant à sa vocation littéraire. Il a reçu en 1958 le prix Georg Büchner, et en 1976 le prix de la Paix, décerné par les libraires allemands. Son œuvre comporte de nombreuses pièces de théâtre et des romans. Il est décédé en 1991.
(Source éditeur)

La Grande Muraille - Max Frisch

Hiroshima théâtral
Note :

   Avec ce titre, on part pour la Chine — mais pas celle d'aujourd'hui! Nous sommes sous le règne de l'empereur Wang Ti (秦始皇帝 ou Qín Shǐhuángdi) : il vient de battre les barbares et de décider de la construire cette fichue grande muraille. Il accorde la main de sa fille Mee Lan au général victorieux qu'est le Prince Wu. Il a invité des étrangers célèbres pour fêter sa victoire. Jusque là ça tient debout.
   
   Les invités célèbres sont des gloires de… diverses époques : Napoléon Bonaparte et Philippe II, Ponce Pilate et Christophe Colomb, Brutus et Cléopâtre en déshabillé. On a refusé Hitler : trop mal habillé. Il y a aussi l'Homme d'aujourd'hui qui parle de bombe atomique menaçant de faire périr l'humanité et évidemment les autres n'y comprennent rien. Têtu comme un Corse, Napoléon veut emmener tout le monde à Moscou. Roméo et Juliette, qu'un rien contente, chantent de fort jolies choses en vers.
   
   On l'aura compris, c'est le théâtre de l'absurde.
   
   L'empereur fait arrêter un jeune homme muet qui est pris pour la Voix du Peuple! On le torture malgré les belles paroles de l'Homme d'aujourd'hui qui semble plaire à la princesse plus que le vaillant soldat que son père lui a choisi. Schéma classique.
   
   Pendant ce temps le peuple opprimé se soulève, et le vaillant prince Wu lui ouvre les portes du palais pour se venger tandis qu'on entend des tirs d'armes automatiques. Un changement de dynastie est en vue.
   
   On dirait du Brecht, mais en moins bien. Ça date de 1947.

critique par Mapero




* * *