Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Bible selon le Chat de Geluck

Geluck
  G comme: Le chat
  La Bible selon le Chat

La Bible selon le Chat - Geluck

... selon le Chat, Philippe Geluck et Dieu
Note :

   Décidément, ce M. Geluck est un fumiste, un rigolo : il ne fera jamais une BD en solitaire. Certes, il sait faire des albums du Chat, mais point d’histoire suivie de la page 1 à la fin! Dans "Alerte sur Fangataufa", il est au scénario mais pas au dessin, c’est un autre qui s’y colle. Et là, dans "La Bible selon le Chat", eh bien, M. Geluck, il dessine, mais il ne scénarise pas, puisqu’il a pris une aide oh combien illustre : Dieu soi-même! Dieu en chair et en os si je puis me permettre cette personnification, mais je prends cette liberté, c’est pas moi qu’a commencé! Allons donc, M. Geluck, vous manquez un peu de modestie! J’en avalerais presque mon missel si seulement j’en avais un.
   
   Remarquez, il n’est pas sot le bougre, car comme Dieu est au générique, c’est lui-même qui raconte son histoire : une autobiographie en quelque sorte. Qui pourra alors accuser le sieur Geluck de blasphème? Hein, pas bête ça?
   
   Après ce début tonitruant, je dois faire mon coming-août (même si on est en automne et que les feuilles tombent), je suis fan de Geluck –les gens qui passent régulièrement ici le savent, à chaque fois je le dis : déjà lorsque j’étais chez mes parents (c’est dire si ce n’est pas tout récent) je découpais les strip du Chat (précision, le strip du Chat est une BD de quelques cases et non pas un effeuillage dudit félin) que Ouest-France publiait et je les collais sur des feuilles blanches et vierges qu’elles-mêmes j’apposais sur le mur des ouatères, histoire de partager et de joindre le nécessaire à l’agréable ; j'ai ainsi modestement participé à la diffusion des gags de cet animal au sein de ma famille et des amis de passage, lorsqu'ils étaient dans le besoin- et légèrement (ou totalement?) anticlérical ; cette Bible ne pouvait que venir me toucher en plein cœur. Je suis la cible de cet album. A croire même que Philippe Geluck ne l’a écrite et dessinée que pour moi! Chic attention Philippe (maintenant que je sais, on peut s’appeler par nos prénoms?)! Mais je n’ai même pas à me forcer pour dire tout le bien que je pense de ta BD (on peut même se tutoyer, non?). Ben oui, elle est bien. Je me suis marré me demandant où tu pouvais trouver tous ces gags, toutes ces réflexions absurdes et/ou tellement logiques. Tu dois avoir un esprit un poil dérangé quand même. Et puis ce qui est bien aussi, c'est que même quand on rit, eh bien il y a du fond (bon, pas toujours, parfois c'est vraiment une blague pour la blague, on est alors loin d'un style coruscant) : la tolérance, l'amour de l'autre, ces valeurs humaines que les religions se sont appropriées et sur lesquelles elles ont parfois mis un copyright mais aussi les croyances, les extrémismes, ...
   
   Je ne suis pas sûr que ton livre plaira à tous, je pense même que tu vas te faire quelques ennemis puisqu'on ne peut plus dire ce que l'on veut sur les religions sans se faire insulter, menacer et ce malgré ton récent ouvrage, "Peut-on rire de tout?" dans lequel tu dis l'inverse. Tu aggraves ton cas en glissant quelques allusions au mariage pour tous dont on ne peut pas dire que ses opposants sont très tolérants. Sache Philippe, que si tu es en délicatesse avec tels ou tels, ma maison te sera grande ouverte, on boira une bière (si tu l'apportes c'est mieux, une belge, c'est quand même vachement bon, je parle évidemment de la bière). Pour finir, je ne vais pas te citer, parce que bon ça va, je crois que j'en ai dit assez de bien de ton livre, non, je vais citer un autre humoriste que j'aime beaucoup et qui parle de religion, notamment cette citation qui me fait toujours rire, j'espère quelle aura le même effet sur toi, mais je ne pense pas prendre de risque :
   "Non seulement Dieu n'existe pas, mais essayez d'avoir un plombier pendant le week-end!" Woody Allen
   
   Allez, à bientôt alors ; n'oublie pas les bières!

critique par Yv




* * *