Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rien à craindre de Julian Barnes

Julian Barnes
  La table citron
  Love, etc
  Arthur & George
  Le perroquet de Flaubert
  Une fille, qui danse
  Rien à craindre
  Quand tout est déjà arrivé
  Le fracas du temps
  England England
  La seule histoire

Julian Barnes est un auteur anglais, né à Leicester le 19 janvier 1946, publiant également sous le pseudonyme de Dan Kavanagh.
Il vit à Londres et ses livres sont traduits en plus de trente langues. Il a reçu en 2011 le David Cohen Prize pour l'ensemble de son œuvre. Toujours en 2011, son roman "Une fille, qui danse" a été couronné par le prestigieux Man Booker Prize.
(source éditeur)

Rien à craindre - Julian Barnes

« La mort n'est pas artiste » Jules Renard
Note :

   "Peut-être la ligne de partage est-elle moins entre les croyants et les incroyants qu'entre ceux qui craignent la mort et ceux qui ne la craignent pas. […] loin des médailles, au-dessous de tout, dans la panade, viennent ceux d'entre nous qui craignent la mort et n'ont pas la foi." P 82
   

   Julian Barnes se pose des questions sur la mort. Le titre frondeur "Rien à craindre" est aussitôt contredit par le premier propos : "Je ne crois pas en Dieu, mais il me manque."
   
   L'auteur demande du renfort, celui de son expérience familiale et celui de ses références essentiellement littéraires.
   
   Le comment mourir est largement évoqué. Vient tout naturellement la question de la foi.
   "...mais la mort a une façon obstinée de nous refuser les solutions que nous imaginons pour nous." P 122
   
   « Flaubert se demandait s'il était admirable, ou stupide, de prendre la vie au sérieux. Il disait que nous devrions avoir "la religion du désespoir" et être " à la hauteur du Destin, c'est à dire impassible comme lui. »P 215

   
   Le style choisi est une discussion à bâtons rompus mélangeant des révélations autobiographiques, de la comparaison au frère philosophe au décès des parents, à des renvois vers des auteurs illustres et admirés : Flaubert, Montaigne, Somerset Maugham...
   Et il y a le plus cité, l'auteur de "Poil de carotte", Jules Renard.
   "La vie n'est ni longue, ni courte : elle a des longueurs." P 232
   

   J'ai lu ce livre entrecoupé d'autres lectures parce qu'on y picore des réflexions par ci par là. C'est plus digeste ainsi parce qu'il faut être bien concentré pour parvenir au sel de ce qui est dit, et percevoir l'humour fin de l'auteur.
   "La vie a un côté "taille unique pour tous", et à quoi bon revenir sur les détails." P 238
   

   En fin de roman, nous ne sommes pas sur le lit de mort, des considérations sur la fiction montrent les similitudes entre la fin d'une vie et l'élaboration d'un roman. Du rôle de la mémoire, des difficultés de se souvenir, de l'acceptation de se laisser (em)porter.
   "Un romancier est quelqu'un qui ne se souvient de rien, mais qui enregistre et manipule différentes versions de ce dont il ne se souvient pas." P 295

   
   Un livre riche de références, virtuose et fin, pas simple à lire mais duquel je sors rempli de nouvelles pensées non maîtrisées mais coincées là, quelque part...

critique par OB1




* * *