Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'Amour fou de André Breton

André Breton
  Les champs magnétiques - Vous m'oublierez - S'il vous plaît
  L'Amour fou
  Nadja
  Alentours III 1925-1930

Théoricien du surréalisme, André Breton est un écrivain et poète né en 1896 et décédé en 1966.

L'Amour fou - André Breton

Ma madeleine
Note :

   "L'Amour fou" d'André Breton, comme toujours à l'évocation de Breton, me ramène à la classe de 4ème à Chaptal, lorsque M. Fontbonne, mon professeur de français, lut devant toute la classe la lettre qu'il adressa à Breton pour lui demander de raconter ses souvenirs d'études à Chaptal, et la réponse d'André Breton, dactylographiée sur papier rose, dont j'avais tout oublié à l'exception de ces détails matériels, jusqu'à ce que je retrouve récemment la copie de la lettre de M. Fontbonne et du brouillon manuscrit de la réponse d'André Breton. Cette lecture remonte à septembre 1965, exactement un an avant le décès d'André Breton, et c'était la première fois que j'entendais son nom. Depuis, il a toujours été associé à cette période de mon adolescence, et longtemps les seuls textes dont j'eus connaissance furent les quelques dictées que M. Fontbonne extrayait des œuvres de Breton. Plus tard, vers vingt ans, je lus "Nadja", et longtemps après "l'Amour fou", où je retrouvai ce style brillant aux images audacieuses, curieux mélange d'évocations poétiques, de passages théoriques, d'événements privés et de considérations sur l'art.  
   
   L'idée de la rencontre de Breton avec sa future épouse dans les conditions très extraordinaires qu'il relate, les détails de cette rencontre ayant été précisément exprimés dans un poème écrit par Breton plus de dix ans avant, m'enthousiasme. Qu'un tel amour survienne ainsi chez un homme célèbre, déjà mûr, est tout à fait surprenant en soi, et que ce coup de foudre ait été annoncé par un texte prémonitoire, poème écrit automatiquement, et dont l'auteur avoue n'avoir jamais été très satisfait, lui confère une étrange beauté, que viennent atténuer certains propos volontairement terre à terre sur les généralités de l'amour. C'est toute l'originalité de Breton de mélanger la poésie à la banalité bien franche et de convier ses lecteurs à souscrire à certaines professions de foi hasardeuses, dont on ne saisit pas toujours l'accent de sincérité.
   
   Autre élément qui me rend Breton très proche : les lieux. J'ai déjà cité le lycée Chaptal, mais toute sa vie Breton a erré autour de la butte Montmartre et, outre de nombreux voyages, a hanté des localités où l'on retrouve fréquemment le souvenir de Nerval aussi, comme Saint Germain, et qui me sont chères.    
   
   Présentation de l'éditeur:
   
   « "Je vous souhaite d'être follement aimée."
   Un des textes fondamentaux du surréalisme. Un des ouvrages de Breton dans lequel s'offre le plus ouvertement la gamme entière de ses "charmes". Le hasard et le désir, la vie et le rêve, le monde et l'homme entretiennent ici une mystérieuse correspondance de tous les instants. »

critique par Jean Prévost




* * *