Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sordidissimes - Dernier Royaume, tome 5 de Pascal Quignard

Pascal Quignard
  Les Ombres errantes - Dernier Royaume tome 1
  Sur le jadis - Dernier Royaume tome 2
  Carus
  La haine de la musique
  Tous les matins du monde
  Abîmes - Dernier Royaume tome 3
  Terrasse à Rome
  Villa Amalia
  La frontière
  Le nom sur le bout de la langue
  La Nuit sexuelle
  Les paradisiaques -Dernier Royaume tome 4
  Le Salon du Wurtemberg
  La leçon de musique
  Sordidissimes - Dernier Royaume, tome 5
  Leçons de solfège et de piano
  La barque silencieuse - Dernier Royaume, tome 6
  Sur l’idée d’une communauté de solitaires
  Georges de La Tour

Pascal Quignard est né en 1948 dans l’Eure. Il a reçu le prix Goncourt en 2002 pour « Les ombres errantes » (tome 1 de sa série « Dernier royaume »).

Il a écrit de nombreux romans, des essais et de la poésie.

Il est musicien et joue du violoncelle. Plusieurs de ses livres traitent de cet amour de la musique.

Après avoir longtemps travaillé pour les éditions Gallimard, enseigné (Université de Vincennes et l'Ecole Pratique des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et organisé des concerts et des festivals, il démissionne et ne se consacre plus qu’à l’écriture.

Voilà ce qu'il dit lui-même de sa série fascinante des Derniers Royaumes:
"Il y a vingt ans j'ai composé les huit tomes des Petits Traités. Ils sont parus aux éditions Maeght. Dernier royaume est un ensemble de volumes beaucoup plus étendu et étrange. Ni argumentation philosophique, ni petits essais érudits et épars, ni narration romanesque, en moi, peu à peu, tous les genres sont tombés. Enfant, durant toute mon enfance, chaque nuit, je tournais la tête du crépuscule jusqu'à l'aube. Cela me paraissait beaucoup plus intéressant que dormir. C'était peut-être un signe de carence mais cela m'excitait. C'est vraiment une tête qui tourne à toute allure que ces volumes. Un éclair de tête. Ce n'est pas un jugement sur le temps ou le monde ou la société ou l'évolution humaine : c'est le petit effort d'une pensée de tout. Une petite vision toute moderne du monde. Une vision toute laïque du monde. Une vision toute anormale du monde."


Dominique Rabaté a rédigé une excellente étude de l’œuvre de Pascal Quignard.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Sordidissimes - Dernier Royaume, tome 5 - Pascal Quignard

Le presque rien, la naissance, la mort, la vie
Note :

   Encore une fois il est difficile de classer ce livre de P. Quignard. Est-ce un essai philosophique, un recueil de contes moraux, une histoire de l’humanité vue par un détail d’où tout découle, un cours de philologie qui puise chez les latins, les grecs, les japonais, les chinois ou encore un ouvrage de prose poétique et de méditation? C’est impossible à définir bien que ce soit tout ça et plus encore.
   
   Ce livre m’a servi, le soir, comme moyen de recueillement, de repos de l’âme après les turpitudes de la journée. Presque de livre d’heures, de missel. Mais je me méfie de Quignard. Il peut vous happer et vous entraîner très loin, vous faire voyager depuis votre position allongée. C’est un érudit qui touche à tout ce que la culture a de plus noble : poésie, philosophie, histoire, musique ou art pictural. Mais que raconte-t-il? "C’est là le hic" disait Hamlet (Ay there’s the rub!). Cette citation tirée du livre pourrait résumer son projet :
    En méditant sur les choses sordides je cherche à définir l’intervalle mort.
   C’est le cœur du temps.
   C’est le cœur qui bat au fond de la musique.
   Je cherche ce minuscule spatium déjà à demi déchiré où peut battre le temps avant de commencer son mouvement.
   
   Il y parle donc des "choses sordides" de la naissance, de la mort de la vie, des instants morts, du désir sexuel et sa mécanique en de courts chapitres dont certains, à la façon qu’il a de disposer ses paragraphes, de choisir ses mots avec un soin jaloux sont proches de la prose poétique. Il y va aussi de l’anecdote éclairée sur tel poète, tel musicien, tel prince qui pourrait amener du sordide à son propos. Par "sordide" n’entendons pas seulement "sale" - bien que ce soit présent – mais aussi tout ce qui se recroqueville dans une vie minuscule et participe de ce fameux "Jadis", fil conducteur du cycle de Dernier Royaume. Nous sommes ici au tome V.
   
    Les tout petits enfants ignorent le sale comme les chiens.
   Cependant les chats - les tigres, les lions – connaissent le sale.
   C’est sur cette frontière où se tend l’antagonisme entre propre et sale que naît l’objet inestimable.
   
   Ne cherchons pas trop de cohérence dans ce livre qui se lit comme la pensée, de façon disparate en sautant un peu du coq à l’âne comme dans un rêve sur lequel j’ai pu lire une des plus belles phrases :
   
   Dans le rêve le sujet est présent, mais à la troisième personne, comme une image au milieu de toutes les autres.

   
   Pour ma part, je vais laisser Quignard de côté pour un moment. Mais j’y reviendrai fatalement car La Barque Silencieuse, dernier tome de Dernier Royaume, glisse déjà sur le fleuve de mes envies.
   Petit clin d’œil il y a un chapitre qui s’intitule "l’heure sibiline" ainsi écrit.
   J’y passe donc en envoyant ce commentaire.
   
   
   
   Les Ombres errantes (Dernier Royaume, Tome I), 2002 (Prix Goncourt 2002)
   Sur le jadis (Dernier Royaume, Tome II), 2002
   Abîmes (Dernier Royaume, Tome III), 2002
   Les Paradisiaques (Dernier Royaume, Tome IV), 2005
   Sordidissimes (Dernier Royaume, Tome V), 2005

   La Barque silencieuse (Dernier Royaume VI), 2009
   Les Désarçonnés (Dernier Royaume VII), 2012
   Vie Secrète
   Mourir de penser (Dernier Royaume IX), 2014

critique par Mouton Noir




* * *