Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La relation de mon emprisonnement de Russell Banks

Russell Banks
  De beaux lendemains
  American Darling
  Affliction
  Sous le règne de Bone
  Terminus Floride (ou Continents à la dérive)
  Pourfendeur de nuages
  Hamilton Stark
  Trailerpark
  Histoire de réussir
  La Réserve
  L'Ange sur le toit
  Lointain souvenir de la peau
  La relation de mon emprisonnement
  Un membre permanent de la famille
  Continents à la dérive

AUTEUR DU MOIS DE DECEMBRE 2005

Russell Banks est né le 3 mars 1940 aux Etats Unis, dans le New Hampshire. Il a voyagé, exercé de petits métiers et, plus intéressant à mon avis, milité pour les droits civiques des Noirs, à une époque ou cela était loin d'aller de soi, surtout pour un Blanc.
C'est un grand admirateur de Jack Kerouac. Il avait commencé par écrire de la poésie, mais s'est ensuite mis au roman avec beaucoup plus de succès. Plusieurs de ses romans ("Affliction", "De beaux lendemains") ont été adaptés au cinéma.

Il devient professeur d'Université avant d'aller vivre deux ans en Jamaïque.. Il est maintenant un écrivain reconnu et incontesté, membre puis même président du Parlement International des Ecrivains.
Dans ses romans, il met le plus souvent en scène des marginaux ou des "ratés", des losers du système américain. "C'est une préoccupation centrale pour moi, presque une obsession: parler de ceux dont les vies ne sont pas considérées comme suffisamment intéressantes pour qu'on en parle. Amener les autres à prendre conscience que la vie intérieure de ceux qu'on appelle les gens ordinaires est aussi subtile, compliquée, et trouble que celle d'un philosophe, d'un chef d'entreprise ou d'un intellectuel."

La relation de mon emprisonnement - Russell Banks

Énigmatique
Note :

   Le narrateur de cette histoire est arrêté parce qu'il est fabricant de cercueils. Refusant de stopper son activité, il est emprisonné... Il nous raconte, sans véritable révolte dans le ton, ce qu'il vit et subit.
   
   Les cercueils se trouvent être les lieux de prière des adeptes du "culte des morts". Ils prient chaque jour allongés à l'intérieur de leur future dernière demeure. Par conséquent, le fabricant est un homme dangereux, qu'il faut empêcher de nuire, d'autant plus qu'il est un fervent croyant. Nous ne savons que très peu sur le régime qui punit les pratiquants de cette religion décrite comme le serait nos monothéismes familiers. Livres sacrés et rites sont rappelés par un narrateur dévot.
   
   Qui est ce narrateur? Quel est ce pays? Pourquoi cet emprisonnement? On est au sein d'une histoire bien loufoque racontée par ce fou des rites. Est-ce que cet homme délire au vu de ce qu'on lit en fin de roman? Toute interprétation semble possible. Je crois que c'est ainsi que l'auteur l'a voulu. Énigmatique.
   
   Saluons la performance littéraire et l'originalité du propos. Pour le plaisir de lire, il faudra s'accrocher. De nombreuses considérations dérivent vers la folie. La relation de cet emprisonnement, c'est le témoignage d'un illuminé de Dieu, complètement tourné vers sa croyance, incapable d'être ici et maintenant (ou quand il l'est, se flagellant), de se soucier de sa famille, et même de se révolter contre l'institution qui le séquestre. Son objectif, convertir ses geôliers à sa croyance, récupérer un cercueil, vivre sa folie... En finissant cette lecture, je lis sur le net que le même genre de texte était écrit par les docteurs puritains de Nouvelle Angleterre au 17ème siècle. Malgré les recherches, peu d'autres informations sur ces écrits.
   
   Le mystère de cette idée de livre reste entier, un peu trop entier à mon goût...

critique par OB1




* * *