Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Au plaisir de Dieu de Jean d'Ormesson

Jean d'Ormesson
  C'est une chose étrange à la fin que le monde
  Au plaisir de Dieu
  Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit
  Je dirai malgré tout que cette vie fut belle

Jean d’Ormesson est un chroniqueur et écrivain français né en 1925.
Il a été élu à l’Académie française en 1973.

Au plaisir de Dieu - Jean d'Ormesson

Plaisir partagé
Note :

    Quel plaisir de lecture! Et dire que certains pensent que ce livre est une saga familiale type feuilleton d'été, ce qu'il a d'ailleurs été aussi. Mais avant il me faut dire un mot de Papy Jean d'Ormesson. Nous sommes très liés, je l'appelle Papy, il aime pas ça, ce séducteur patenté très tenté. A la télé on voit beaucoup de cabotins. Certains pensent que Jean d'Ormesson en est un exemple. Et ils ont raison. Seulement voilà, il arrive que les cabotins aient un grand talent et c'est bien son cas. Les yeux qui pétillent, sur un plateau on voit qu'il "attend son tour". Il a même fait récemment ses débuts au cinéma dans le rôle d'un autre cabotin notoire, non sans talent non plus. Jean d'O., c'est avant tout un homme d'une culture étonnante, assez classique mais il y a longtemps que la culture classique est par sa rareté même devenue avant-gardesque. Ce débat nous entraînerait trop loin et il me faut revenir à ce remarquable roman qu'est "Au plaisir de Dieu".
   
    Formidable conteur, et d'un humour assez caustique qui a l'élégance de s'exercer en premier lieu aux dépens de sa propre famille, Jean d'Ormesson fait précéder son roman, du moins dans l'édition que j'ai lue, d'un arbre généalogique, très utile, car la lignée est touffue, mais aussi fantasque, arrogante, émouvante, et surtout tout aussi querelleuse que dans d'autres milieux. L'aristocratie m'a toujours passionné, surtout celle qui, tout en ayant l'air de s'isoler dans ses bastides, en l’occurrence son château sarthois de Plessis-lez-Vaudreuil, lutte, enrage et participe à la vie d'un pays, la France. La France est aussi l'héroïne d'"Au plaisir de Dieu" et tous les membres de cette famille en ont une conception parfois très différente. Ancêtres bourbonophiles ou bonapartistes, dreyfusards ou antisémites, pétainistes ou résistants, parfois cela dépendait de la semaine.
   
    Courant jusqu'aux barricades de mai, l'histoire de cette famille somme toute comme les autres est toujours emballante. L'humour d'Ormesson n'exclut nullement l'émotion, parfois picaresque, parfois un peu artificielle et gonflée. Les rapports entre maîtres et serviteurs sont particulièrement fins. On se prend à aimer Plessis-lez-Vaudreuil, nef invraisemblable, trouée et battue des quatre vents. Dame, c'est que, très souvent, les châtelains ne roulent pas sur l'or, et que fortune est volatile. Enfin de son grand talent le malicieux écrivain nous dépeint une telle galerie du genre humain, dans le sillage de la figure centrale, le grand-père Sosthène, charnière du récit. Presque prêtre gaulliste, héros de la Grande Guerre, presque star de Hollywood, partisan de Vichy et de l'O. A. S., etc. . . On les aime tous, y compris Dieu, qui semble guetter ça de toute son insolence. Ils font tellement partie de notre histoire, contée par un narrateur qui ressemble tant à un académicien précieux d'un vert bien peu académique...

critique par Eeguab




* * *