Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Pauvre Miss Finch de W. Wilkie Collins

W. Wilkie Collins
  Une belle canaille
  La dame en blanc
  La Pierre de lune
  Basil
  L'hôtel hanté
  Secret absolu
  Le secret
  Profondeurs glacées
  Sans Nom
  Voie sans issue
  Cache-Cache
  Iolani, ou les maléfices de Tahiti
  En quête du rien
  La robe noire
  Monkton le Fou
  Je dis non!
  Pauvre Miss Finch
  Seule contre la Loi

Wilkie Collins (1824-1889) était le beau-frère de Charles Dickens. Il est considéré comme le premier auteur de detective novel (roman policier).
On trouve une des nouvelles de W. Collins dans le recueil "Les Fantômes des Victoriens" .

Pauvre Miss Finch - W. Wilkie Collins

Un excellent moment!
Note :

   Wilkie Collins fait de plus en plus partie pour moi de ces valeurs sûres, de ces refuges vers lesquels je peux toujours me tourner lorsque je suis à la recherche d'un bon récit victorien. Cela faisait quelques mois que je ne l'avais pas lu et c'est avec beaucoup d'impatience que j'ai ouvert "Pauvre Miss Finch" pendant mes vacances.
   
   La narratrice, Mme Pratolungo, nous fait le récit de son arrivée en Angleterre pour devenir la gouvernante de Lucilla Finch, une jeune aveugle, à laquelle elle s'attache dès son arrivée. A peine sur place, la narratrice assiste à la rencontre entre la belle Miss Finch (qui a fort mauvais caractère ceci dit!) et Oscar Dubourg. Ce beau jeune homme semble bien mystérieux, voire même fort suspect aux yeux de Mme Pratolungo, mais il s'avère qu'il est en réalité fort sympathique. Les deux jeunes gens tombent évidemment amoureux. Le début de cette histoire semblait m'entraîner vers une tout autre piste (serait-ce mes lectures de Mary Elizabeth Braddon qui me donnent des idées tordues?) ; j'imaginais un sinistre complot visant la pauvre Miss Finch... complot il y aura, mais d'un autre genre!
   
   Si vous détestez savoir quoi que ce soit à l'avance d'un roman, passez votre chemin, ne lisez surtout pas le résumé de l'éditeur et jetez-vous les yeux fermés sur ce délicieux morceau de littérature anglaise hautement romanesque. Si comme moi, la curiosité l'emporte, vous pouvez continuer (ce qui me fera d'ailleurs très plaisir car je me suis régalée avec ce livre et entends bien le faire savoir à toutes les âmes innocentes qui auraient le malheur de passer par ici).
   
   Arrive Nugent, le frère jumeau d'Oscar. Il va proposer de présenter Lucilla à un docteur susceptible de lui rendre la vue... cruel dilemme! Car Oscar, sujet à des crises d'épilepsie depuis peu, a été contraint d'accepter un traitement au nitrate d'argent, qui l'a défiguré, lui laissant la peau d'une affreuse couleur bleuâtre.
   
   Je m'attendais à un roman policier mais il s'agit davantage d'un bon roman feuilleton populaire à la victorienne, avec ses péripéties, ses concours de circonstance fâcheux (savamment orchestrés par un auteur qui nous rappelle parfois que si l'on croyait le prendre en défaut, c'est parce que nous n'avions pas pensé à ceci ou oublié cela, quitte à nous renvoyer à plusieurs reprises à un chapitre précédent pour nous rafraîchir la mémoire). Je me suis tout simplement régalée et me réjouis de constater la grande diversité dont a fait preuve Wilkie Collins dans sa vie d'auteur, ce qui me promet encore bien des heures de plaisir.
   
   Outre la trame bien menée qui nous donne une folle envie de tourner la page afin de savoir ce qu'il va advenir de cette pauvre Lucilla (à moment donné, si je n'avais pas eu foi en ce cher Wilkie qui n'aime pas abandonner ses belles héroïnes, j'aurais bien cru l'affaire très mal engagée), j'ai savouré les nombreux traits d'humour qui pimentent le récit. Les personnages secondaires drôles ou grotesques sont délicieusement croqués : le père de Lucilla, pasteur, est aussi maigre et ridicule que sa voix est profonde et magnifique... malheureusement il adore s'écouter et acculer les membres de sa famille dans une pièce fermée pour pouvoir discourir sans fin ; la belle-mère de Lucilla est constamment débraillée, court toujours après une demi-heure fatalement perdue plus tôt dans la journée, a pour compagnons de chaque instant un bébé, un roman et un mouchoir sans cesse égaré ; ou encore Jicks, une des filles de la famille, petite bohémienne qui s'échappe de la maison à longueur de journée et suit son petit bonhomme de chemin, faisant bien sourire ceux qui la croisent en route ; la narratrice n'est pas en reste, en révolutionnaire républicaine qu'elle est (elle conclut son récit par ces mots : "Vive la République!" et perd tout sens des bonnes manières et de la retenue lorsqu'il s'agit pour elle de défendre sa cause) ; et bien sûr le docteur allemand chargé de soigner les yeux de Lucilla, exubérant, toujours à s'exprimer dans un jargon anglo-germanique à mourir de rire. Même si Lucilla est parfois un brin agaçante et incarne la jeune fille anglaise de bonne famille pour constituer une héroïne - un peu trop - comme il se doit, elle est nettement moins inconsistante que Laura, l'héroïne de "La Dame en Blanc" (que j'avais eu très envie de remettre personnellement à ses tortionnaires)... et tous les autres personnages plus nombrilistes les uns que les autres suffisent plus que largement à obtenir un récit haut en couleur!
   
   Malgré sa légèreté, ce roman fait également triompher certaines valeurs morales et s'interroge sur le bonheur. Suffit-il à Lucilla d'avoir de bons yeux pour être heureuse? Et la fin fait écho à "Profondeurs glacées" (la pièce puis le court roman de Wilkie Collins), avec le destin tragique de l'un des personnages... c'est que ce cher Wilkie n'est pas toujours tendre avec les traîtres!
   
   Un vrai régal que ce roman, j'ai hâte d'ouvrir mon prochain Wilkie Collins... j'envisage très sérieusement une cure en fin d'année...
   
   Première publication : 1871

critique par Lou




* * *