Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le sumo qui ne pouvait pas grossir de Eric-Emmanuel Schmitt

Eric-Emmanuel Schmitt
  Oscar et la dame rose
  Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran
  L'enfant de Noé
  La rêveuse d’Ostende (et autres nouvelles)
  Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent
  La part de l’autre
  La femme au miroir
  Les dix enfants que madame Ming n’a jamais eus
  Le sumo qui ne pouvait pas grossir
  Dès 08 ans: Les aventures de Poussin Ier
  La nuit de feu
  La secte des égoïstes

Éric-Emmanuel Schmitt est un auteur d'origine française né en 1960 et naturalisé belge en 2008.

Le sumo qui ne pouvait pas grossir - Eric-Emmanuel Schmitt

Orientalerie
Note :

   Très court roman, orientalisant, aux relents fâcheusement évocateurs par exemple d’un "Alchimiste" de Paolo Coelho. Le côté "philosophie à deux sous pour les Nuls", et l’aspect exotique. Eric-Emmanuel Schmitt a déjà fait mieux, je vous le dis!
   
   Japon, Tokyo, un adolescent pas gâté par la vie qui a fui de chez lui et survit en vendant sur le trottoir, à la sortie d’une gare, des sex-toys. Un individu un peu mystérieux s’intéresse à lui et, bizarrement, cherche absolument à lui faire assister à un tournoi de Sumos, lui qui, malingre et surtout soucieux de survie, est à mille lieux de ce genre de plaisanterie!
   
   "J’éclatai de rire. Et là, je rigolais sincèrement, longuement. Si j’avais une certitude, c’était que je n’irais jamais voir un match de sumo, le sommet de ce que je haïssais au Japon, le pic du ringard, le Fuji-Yama de l’horreur. - Des tas de lard de deux cents kilos en chignon, quasi nus, un string de soie dans le cul, qui s’agitent sur une piste en cercle, merci! Suffit pas de me glisser une invitation, faudrait aussi me payer pour que j’aille voir des sacs de graisse se foutre sur la gueule. Me payer cher. Vachement cher."
   

   Mais bien entendu il y parviendra et va réussir le tour de force d’intéresser notre jeune gars à la philosophie sous-jacente du combat Sumo. Hélas, le titre nous le révèle, notre apprenti sumo ne peut grossir ce qui – on en conviendra – n’est pas très "politiquement correct" pour un sumo. Mais la volonté, la volonté…
   
   Bref la situation va évoluer jusqu’à un dénouement à la fois "happy end" et pseudo philosophique. Décevant. Il faut bien le dire. Un Daniel Charneux avec "Nuage et eau" ou un Olivier Adam avec "Le cœur régulier" sont bien plus crédibles en matière "d’Orient" et de Japon en particulier.

critique par Tistou




* * *