Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une question d'orgueil de Pierre Assouline

Pierre Assouline
  La cliente
  Etat limite
  Les entretiens de Lire
  Le dernier des Camondo
  Lutetia
  Le Portrait
  Double vie
  Les invités
  Vies de Job
  Une question d'orgueil
  Du côté de chez Drouant - Cent dix ans de vie littéraire chez les Goncourt
  Golem

Pierre Assouline, né le 17 avril 1953 à Casablanca (Protectorat français du Maroc), est un journaliste, chroniqueur de radio, romancier et biographe français, ancien responsable du magazine Lire et membre du comité de rédaction de la revue L'Histoire.
(Wikipedia)

Une question d'orgueil - Pierre Assouline

Le petit monsieur dans le bus
Note :

    Pierre Assouline revient, dans ce qui reste un roman, sur la figure de Georges Pâques. Georges Pâques, haut fonctionnaire de la IVe République, dont on apprend un été 1963, qu’il est une taupe… "On lui aurait donné le Bon Dieu sans confession" s’exclame Georges Pompidou, atterré. Ce petit monsieur croisé dans le bus par Pierre Assouline des années après est bien l'espion le plus étonnant de l'après-guerre. On connait les belles biographies de l'auteur, des références, Simenon, Hergé, des sujet à zone d'ombre, de ceux dont les vies recèlent le plus de questions probablement. Mais ici c'est plus sur les mobiles que s'interroge l'auteur. Qu'est-ce qui a pu amener cet homme, par ailleurs catholique pratiquant, à travailler pour l'URSS vingt ans durant, depuis la fin de la guerre.
   
    Naît-on espion? L'argent, l'idéologie, le sexe n'ont pas été pour Pâques le moteur de ce qu'il faut bien appeler la trahison. Assouline se livre à une passionnante enquête sur ce personnage, à des années-lumières de l'agent secret de cinéma et de roman. A-t-il pour cela résolu le mystère? Pas tout à fait à mon sens. Nous faisons la connaissance, vingt ou trente ans après, de certains de ses honorables correspondants soviétiques. Le livre avance par à-coups et nous laisse souvent dans un certain flou qui convient parfaitement à son sujet et à cet univers où nous claquent au visages, comment ne pas les citer, ces deux maîtres es brouillard, Graham Greene et John le Carré. Une question d'orgueil, c'est bien d'orgueil qu'il s'agit d'après Pierre Assouline. Georges Pâques, opaque, croit probablement à sa place dans la conduite des affaires du monde. Par antiaméricanisme, presque uniquement semble-t-il, lequel est chez Pâques élevé au rang de vertu cardinale, dixit Pierre Assouline.
   
    Beaucoup de non-dits, c'est normal dans une affaire d'espionnage, au moins des pas vraiment dits, des devinés. Informateur du KGB, ce Philby à la française, par ailleurs d'une vaste culture et d'une grande foi chrétienne, demeure une énigme bien après la lecture du bon roman, car c'en est un, de Pierre Assouline. La vérité sur l'affaire Georges Pâques conserve ses ellipses et se rendez-vous mystérieux, son ambiance anglo-saxonne qu'on a longtemps crue avoir le monopole de la fiction d'espionnage. Croyez-moi, je suis très loin d'avoir tout cerné de notre agent, mais j'en ai aimé la traque/trame littéraire.

critique par Eeguab




* * *