Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Au Japon ceux qui s'aiment ne disent pas je t'aime de Elena Janvier

Elena Janvier
  Au Japon ceux qui s'aiment ne disent pas je t'aime

Au Japon ceux qui s'aiment ne disent pas je t'aime - Elena Janvier

Autres pays, autres mœurs
Note :

    Que dit-on alors? On dit "Il y a de l'amour", une sorte d'impersonnel...
   
   
    Quatrième de couverture
    "Singulier aller-retour entre le Japon et la France, ce livre s'attache, sous forme d'abécédaire, à décrire avec légèreté les mille et une différences de nos civilisations.
    Des petits détails du quotidien à l'univers plus intime des sentiments, il donne une clé inattendue pour déchiffrer les mystères japonais et comprendre, non sans humour, nos façons de vivre et d'aimer."

   
   
    Autant dire que cet indispensable petit volume a terminé complètement hérissé de petits papiers! Ce regard sur le Japon est souvent malicieux, toujours amical, parfois admiratif, et même poétique. Une furieuse envie de découvrir ce pays (ah les cerisiers en fleurs, ce doit être sublime) peut guetter le lecteur, mais à défaut d'y aller il peut se contenter d'une réflexion sur son propre pays, par comparaison.
   
    "S'embrasser sur les bancs publics ici est un délit (incitation à la débauche). En France, c'est juste une chanson."
   
    "Au Japon, on se chauffe à l'aide d'un véritable arsenal: chaufferettes, couvertures électriques, chaussons électriques, pochettes de chaleur que l'on enfourne dans ses vêtements, au fond de ses chaussures, etc. En Europe, on chauffe les maisons."

   
    On rêve des contrôleurs japonais, des bureaux de poste japonais, des guichets automatiques japonais, des convenience stores japonais, des portables japonais (sonnerie discrète), des taxis japonais.
   
    Et la langue? La façon de compter dépend de ce que l'on compte. Selon la forme, par exemple. Il n'existe pas de mot pour sœur, il faut préciser aînée ou cadette.
   
    On y apprend aussi pourquoi il ne faut pas cocher les cases, quel pan du kimono doit être placé au dessus (le gauche si on est vivant, le droit pour les morts), que faire si on frappe à la porte quand vous êtes aux toilettes.
   
    Je termine avec le natto (j'ignore ce que c'est mais ça doit mériter le détour*)
    "Ce n'est pas parce qu'on n'aime pas le natto qu'il faut en dégoûter les autres. A regarder, même de loin, ça n'a pas l'air inoffensif du tout. Radioactif peut-être. Il faudrait tenter l'expérience mais,en cas de coupure de courant, on doit pouvoir aller réenclencher le disjoncteur à la seule lueur de la boîte de natto. ça se touille vigoureusement, amoureusement, longuement - c'est meilleur bien touillé-, et inutile de penser que ça va en améliorer l'aspect. C'est visqueux et élastique, oui les deux en même temps, un exploit, et le point commun avec le fluide végétal que secrètent certaines plantes carnivores. Le goût? Inoubliable."

   
    (* Bon, j'ai quand même trouvé des détails sur internet. Enjoy!)
   
    Il est dit aussi que les japonaises évitent de bronzer, en tout cas, on voit des touristes qui semblent bien faire très attention (port de gants et de manches longues)!
   ↓

critique par Keisha




* * *



Instructif
Note :

   "Première fois
   Au Japon, les choses que l'on fait pour la première fois de l'année, en janvier ont un nom. le premier rêve, la première visite au temple. la première flèche, le premier chant de nô, la première gorgée de saké après avoir suçoté une algue salée konbu, le premier signe que l'on calligraphie."
   

   Sous le nom d'Elena Janvier se cachent trois jeunes Françaises ayant vécu au Japon. Sous forme d'abécédaire, elles ont collecté, avec délicatesse et humour, les idiosyncrasies japonaises et les ont confrontées à nos habitudes françaises.
   
   C'est à la fois léger, (le dentifrice au melon) incongru (les stations services avec pistolets tombant du ciel) et très révélateur d'un mode de vie si différent du notre. Dévoré d'une traite car écrit de manière élégante et fluide.
   
    De quoi satisfaire ma curiosité et confirmer ce que j'avais deviné intuitivement dans le si joli film "Tel père, tel fils"* (qui vient de sortir en DVD), en particulier concernant le bain que l'on "prend pour passer un moment privilégié avec les enfantas (parents et grands-parents se baignent avec les plus petits).
   
   * qui se dit en japonais: "les petits des grenouilles sont des grenouilles".

critique par Cathulu




* * *