Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Jardin des secrets de Kate Morton

Kate Morton
  Les brumes de Riverton
  Le Jardin des secrets

Kate Morton est une écrivaine australienne née en 1976.

Le Jardin des secrets - Kate Morton

Pour l'amour des livres, mais pas que
Note :

    C’est une belle lecture plaisir que je viens de terminer. Je prévoyais de lire "Les Brumes de Riverton", le premier livre de Kate Morton qui a obtenu un grand succès mais qui est encore si demandé qu’il est rarement disponible. Celui-ci est son second et j’ai plongé dans l’histoire sans une minute de regret. 
   
   C’est une histoire mouvementée de recherches des origines sur plusieurs générations, de l’ère victorienne à nos jours. 
   
   Nell, une petite fille de quatre ans fait seule la traversée en bateau de l’Angleterre à l’Australie. Personne ne l’attend à l’arrivée. Elle est recueillie par un couple qui a pitié d’elle et qui la chérit. Pour tout bagage elle n’a qu’une petite valise blanche avec un superbe livre de contes de fées à l’intérieur. Pour tout souvenir, celui de celle qu’elle appelle la Conteuse et qui lui a dit de l’attendre sans bouger sur le grand navire mais que nul n’a plus jamais revue. 
   
   Nell est une jeune fille heureuse jusqu’à ce qu’elle apprenne son adoption, le jour de sa majorité. Désormais, la quête de toute sa vie sera de connaître sa véritable identité, quête reprise par Cassandra, sa petite fille qui suivra ses pas en Angleterre, au domaine de Blackhurst, en Cornouailles, là où se trouve le fameux jardin des secrets qui donne son titre au roman...
   
   Ce n’est que le tout début et j’ai suivi avec beaucoup d’émotion les aventures de ces femmes qui préféraient les secrets aux scandales, éternelles victimes du qu’en dira-t-on.
   
   C’est un passionnant roman d’aventures familiales, sociales et amoureuses dans un château et un environnement superbe, sur de hautes falaises, avec jardin secret, labyrinthe et cottage mystérieux et cachés.
   
   J’ai retrouvé le même plaisir que j’ai pu éprouver en lisant "L’auberge de la Jamaïque" ou "Rebecca" de Daphné du Maurier.
   
   Voici l'apparition de l'aristocratique marâtre: 
   "Une grande femme mince se tenait sur le seuil; elle avait la forme d'un sablier à taille humaine. Sa longue robe de soie bleu nuit moulait sa silhouette."
   

    "Le Jardin des secrets" est aussi un hommage aux contes de fées et aux conteurs de notre enfance tant ces récits prennent toute leur importance ici. L'auteur termine son livre par ces remerciements:
   "J'éprouve une immense gratitude à l'égard de ceux qui, par leurs œuvres, ont enflammé mon imagination enfantine et m'ont donné un amour des livres et de la lecture qui ne m'a jamais quitté une seconde."

    ↓

critique par Mango




* * *



Le jardin oublié
Note :

   Titre original : The forgotten garden
   
   
   Présentation de l'éditeur:
   
   "1913, sur un bateau en partance pour l'Australie se trouve une petite fille de quatre ans, seule et terrorisée.
   Le navire lève l'ancre et elle se retrouve à Brisbane. Si le secret de son débarquement est religieusement gardé par ses parents adoptifs, ceux-ci décident, le jour de ses 21 ans, de révéler à Nell les circonstances étranges de son arrivée dans la famille. Les questions se bousculent : Qui est-elle? D'où viennent ses souvenirs? Que représente le livre trouvé dans sa petite valise, seule relique d'un passé perdu? Bouleversée, ce n'est que des années plus tard qu'elle entreprend le voyage vers ses origines. Une quête difficile pour lever le voile sur près d'un siècle d'histoire familiale..."
   

   
   Ce livre, ça a été pour moi du bonbon. Le genre de gros roman touffu qui se lit tout seul. Une histoire de famille, des secrets, des contes de fées. Et une histoire qu'il faut presque prendre comme un conte de fées, en fait.
   
   Le roman s'ouvre en 1913, sur une petite fille de quatre ans. Elle sait qu'elle doit se cacher, ne pas dire son nom. C'est comme un jeu. Et elle se retrouve seule, de l'autre côté du monde, en Australie. Puis, en 2005, on rencontre Cassandra. Sa grand-mère, Nell, vient de mourir et elle lui laisse un drôle d'héritage. Un héritage qui la mènera à l'autre bout du monde, dans les Cornouailles, où elle tentera de dénouer les fils du passé de sa grand-mère, cette femme si étrange qui l'a pourtant sauvée.
   
   Cette recherche part de pas grand chose, pourtant. Un acte de propriété et un livre d'image. Un nom: Eliza Makepeace, la Conteuse, celle qui a écrit les histoires du livre qui accompagnait sa grand-mère. Le roman nous balade à travers les époques (mais c'est super facile à suivre... même qu'on nous donne les dates. Nous suivrons donc les destinées de Nell, de Cassandra (celles qui cherchent des réponses) mais aussi d'Eliza, orpheline digne de Dickens qui habite les bas fonds de Londres et qui va se retrouver catapultée dans un monde incroyable pour elle, et qui par ses contes rendra la joie de vivre à Rose, la fille de la maison, malade et limite prisonnière de sa chambre.
   
   Kate Morton a un don pour faire vivre ses personnages, en faire de réels êtres humains. Surtout les femmes. Bien entendu, il y a quelques stéréotypes (je pense à Adeline, entre autres) mais pour les autres, elles sont vivantes, pleines de défauts. Humaines quoi. La réaction de Nell est incompréhensible, on a le goût de la secouer, de lui dire qu'elle en a une, de famille (et je ne spoile rien, c'est le tout début). Rose n'est pas non plus une perfection et même Eliza est pleine de fêlures, même si une magie se dégage réellement de ce personnage. Ils prennent des mauvaises décisions, n'ont pas toujours que des bons sentiments... bref, ils sont vivants. Les personnages masculins sont moins tangibles, selon moi. À part peut-être Hugh, le père de Nell.
   
   Bien entendu, on pourra reprocher quelques facilités mais en gros, j'ai adoré suivre les personnages dans leurs quêtes du passé et de leur quêtes d'eux-mêmes. Le cottage et le jardin font rêver et j'ai adoré les références, les contes d'Eliza (qui sont partie prenante de l'histoire) ainsi que certaines scènes (la visite de Frances Hodgson Burnett, entre autres). Certaines motivations ne sont qu'esquissées, mais la toile se tisse lentement et nous fait tourner les pages avec enthousiasme. C'est ce que ça a fait pour moi, en tout cas.
   
   Un roman doudou, quoi. Une lecture divertissement, avec une atmosphère réussie et prenante. Pour ceux qui aiment les contes de fées!

critique par Karine




* * *