Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Contes au fil du temps de Ivo Andric

Ivo Andric
  La Naissance du fascisme
  Visages
  Titanic et autres contes juifs
  La Soif et autres nouvelles
  Contes de la solitude
  Mara la courtisane et autres nouvelles
  Omer Pacha Latas
  La Cour maudite
  L'éléphant du Vizir
  La demoiselle
  Contes au fil du temps
  Le Pont sur la Drina
  La chronique de Travnik

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2013



Ivo Andrić est un écrivain yougoslave né en 1892 à Travnik en Autriche-Hongrie (aujourd'hui Bosnie-Herzégovine), ayant grandi à Višegrad, il se considèrera plus tard comme serbe et a milité pour le rattachement Bosnie-Serbie.


Après ses études à Vienne, il devient éditeur à Belgrade puis mène une carrière de diplomate yougoslave dans plusieurs capitales européennes.

Il reste à Belgrade pendant la seconde guerre mondiale.

Le Prix Nobel de littérature lui a été attribué en 1961.

C'est encore à Belgrade qu'il décède en 1975.

Contes au fil du temps - Ivo Andric

14 nouvelles
Note :

   Il y a du Maupassant dans cet Andric là. Un Maupassant balkanique. C’est un kaléidoscope de situations... yougoslaves (pris au sens large) qu’on nous donne à lire ici. A vrai dire, s’agissant d’une édition posthume, on n’est pas en mesure de discerner si l’agencement de ces 14 nouvelles avait été imaginé par Andric lui-même, ou par la maison d’édition qui disposait de ces nouvelles, entre autres (?)?
   
   Ça commence avec un Frère Pierre – la religion n’est pas un vain mot en ces pays – ça bifurque vers des Ottomans. On revient à nouveau vers un Frère, pour une confession. Puis une curieuse affaire de tapis. De serpent, pour démontrer les limites du volontarisme et des possibilités des occidentalisés de l’époque qui se pensaient (un syndrome encore courant!) dotés de capacités supérieures. Encore la religion avec "Un miracle à Olovo", un drôle de miracle en vérité! Et puis des misères de l’enfance, avec toujours sous-jacents les conflits ethniques qui contaminent tout. Une nouvelle plus marquante, encore en relation avec l’enfance et qui sent bon son vécu ; "Le livre" qui m’a beaucoup rappelé dans sa construction et son dénouement "La parure", de Maupassant. Juste après l’enfance, l’âge d’étudier, avec "Les voisins", une nouvelle encore une fois étonnante où un étudiant découvre en quelque sorte des aspects curieux des relations en société. (Lisant au même moment "La confusion des sentiments" de Stefan Zweig, ça m’a paru y faire terriblement écho) "La promenade", version balkanique d’un "Monsieur William"! Une fin pitoyable enfin, celle de "Djordje Djordjevic", l’archétype d’un mou, d’un faible, qui ne veut en rien se "mouiller" et qui passe à côté de tout.
   
   C’est parfois cruel, attristant mais toujours d’une grande justesse psychologique. Ivo Andric écrivait simple... mais efficace!
   Un petit extrait, du "Serpent" :
   
   « Ne sois pas une enfant! Tu te rappelles, le comte Prokes disait que tu exagérais et te répétait le proverbe turc : "Qui pleure sur le monde entier y perdra ses yeux." Il a longtemps vécu en Orient. Il y a partout au monde de la misère et de l’arriération, mais surtout dans ces pays, et qu’y peut-on?
   Ah! rien du tout, par ma foi, rien du tout... C’est-à-dire, on pourrait, on devrait. On doit bien pouvoir faire quelque chose. Car ni eux ni nous ne pouvons vivre ainsi. C’est inconcevable, c’est atroce!
   Mais ce n’est pas notre faute, disait la cadette d’un ton suppliant et impatient, prête à fondre en larmes, elle aussi. – Non, ce n’est pas notre faute, répondait l’aînée machinalement. Mais elle se reprit aussitôt. – A vrai dire ; je ne sais pas. C’est trop facile de dire : "Ce n’est pas notre faute!" ; car finalement ce n’est de la faute de personne, et pourtant tu vois bien ce qui se passe et comment ils vivent. Tu l’as vu de tes propres yeux. Il doit bien y avoir un coupable, car sinon comment une telle horreur serait-elle possible? Une telle horreur!
 »

critique par Tistou




* * *