Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Contes de la solitude de Ivo Andric

Ivo Andric
  La Naissance du fascisme
  Visages
  Titanic et autres contes juifs
  La Soif et autres nouvelles
  Contes de la solitude
  Mara la courtisane et autres nouvelles
  Omer Pacha Latas
  La Cour maudite
  L'éléphant du Vizir
  La demoiselle
  Contes au fil du temps
  Le Pont sur la Drina
  La chronique de Travnik

AUTEUR DES MOIS DE JUIN & JUILLET 2013



Ivo Andrić est un écrivain yougoslave né en 1892 à Travnik en Autriche-Hongrie (aujourd'hui Bosnie-Herzégovine), ayant grandi à Višegrad, il se considèrera plus tard comme serbe et a milité pour le rattachement Bosnie-Serbie.


Après ses études à Vienne, il devient éditeur à Belgrade puis mène une carrière de diplomate yougoslave dans plusieurs capitales européennes.

Il reste à Belgrade pendant la seconde guerre mondiale.

Le Prix Nobel de littérature lui a été attribué en 1961.

C'est encore à Belgrade qu'il décède en 1975.

Contes de la solitude - Ivo Andric

Sommets de tristesse
Note :

   Titre original : Kuća na osami, 1976
   
   Ces "Contes de la Solitude" ont pour la plupart l'originalité d'être bâtis autour du souvenir d'un personnage que l'auteur se plait à faire revivre comme s'il lui rendait visite.
   
   D'abord Bonneval Pacha, un comte français qui s'est mis au service du Grand Turc, "étranger agité et insolent" qui cherchait de l'or et ne trouva que de la houille. Il est suivi d'Ali pacha Rizvanbegović, vieux tyran d'Herzégovine qui est déposé par Omer pacha Latas "plus jeune, plus perfide et plus brutal" — pour le déshonorer ce dernier l'oblige à parcourir le pays perché sur une mule avant de le faire assassiner. Ensuite le baron Dorn, qui ne faisait que mentir. "Même quand il lui arrivait la force de dire toute la vérité, personne ne le croyait car sa réputation de menteur pathologique, de mythomane était trop répandue et confirmée."
   
   Après ces aristocrates, vient le géomètre jaloux de sa femme : elle aime danser avec les officiers : Julka lui dit toujours "C'est çà, c'est çà" mais n'en fait qu'à sa tête si bien que le géomètre s'est suicidé, pense-t-on. Suicide aussi pour Jagoda, la jolie fille qui à la fin d'une guerre balkanique est à vendre comme esclave, alors que sa famille a été exterminée et son village détruit. Elle ne se voit pas devenir esclave sexuelle ni même simple domestique au service du vieil Hasan aga. Amour déçu d'une prostituée pour son mac qui lui donne des coups (récit situé dans un port du Midi de la France, tous les autres se passant en Bosnie). Amour déçu aussi pour le directeur du cirque qui, après la mort de son épouse, a épousé Etelka la jeune trapéziste hongroise; elle lui mène une vie impossible et après une tentative de meurtre, il perd son cirque et bientôt meurt ruiné, en pleine déchéance physique et morale...
   
   Ces contes portent bien leur nom : la solitude est le sort de chacun des personnages tristes venus visiter l'imaginaire du narrateur. C'est aussi la Bosnie présentée comme une contrée austère et triste dans la conversation de deux amis, notables de Sarajevo, sur un banc près de la mosquée ou sur les bords de la Miljacka. Penser à Dubrovnik ou à Istanbul réjouit le cœur et ouvre l'esprit.
   
   En somme, ces textes s'accordent bien à ce qu'on a lu par ailleurs d'Ivo Andrić. Il n'est pas le romancier du bonheur, il s'en faut de beaucoup... À signaler : la préface de Predrag Matvejevitch. Si Andrić avait vécu quelques années de plus, quels sommets de tristesses eût-il atteint dans son écriture en voyant la guerre déchirer à nouveau la Bosnie et toute cette utopie qui lui était chère et qu'on appelait "Yougoslavie"?
   
   
   * "Bonneval pacha" et "L'Esclave" figurent également dans le recueil "Mara".

critique par Mapero




* * *