Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

G comme: Les gens honnêtes de Jean-Pierre Gibrat

Jean-Pierre Gibrat
  G comme: Le Sursis (Intégrale)
  G comme: Les gens honnêtes

G comme: Les gens honnêtes - Jean-Pierre Gibrat

Comme vous et moi
Note :

   Dessin Christian Durieux
   
   
   Deux volumes pour l'instant dans cette mini série qui pourrait aussi bien s'arrêter là que poursuivre plus tard...
   
   Il suffit de voir les deux couvertures pour comprendre le changement d'ambiance entre les deux tomes.
   
   Dans la première partie, nous découvrons Philippe qui fête ses 53 ans en famille : sa mère, son ex-femme dont il est divorcé et qui est remariée mais avec laquelle il s’entend encore, une fille et un fils jeunes adultes et un troisième fils encore au lycée où il ne réussit guère. Il y a également Fabrice, son meilleur ami à qui il devra bientôt une fière chandelle. Une famille française ordinaire et puis, juste ce soir-là, alors qu’ils ont encore leur flute de champagne à la main, Philippe apprend qu’il n’a plus d’emploi. Il apprendra par la suite qu’il n’a pas non plus d’allocation ni d’indemnité. A son âge, sans emploi, sans argent et vivant seul, Philippe, aidé par un penchant certain pour le vin, commence par se laisser couler, perdant bientôt aussi meubles et maison. Cela se fait sans grand mélo, un drame ordinaire et discret, Philippe est devenu quasi clochard quand son ami le rattrape par les cheveux et lui permet même, d’une façon que je vous laisse découvrir, de récolter un bon magot.
   
   Le deuxième partie nous montre un Philippe sorti de l’ornière et qui veut maintenant se faire une nouvelle vie, mais surtout, il va rencontrer un homme extraordinaire, libraire original, obèse et alcoolique, avec qui il passera d’excellents moments et qui changera sa vie.
   
   Ce qui m’a séduite dans ces bandes dessinées, c’est l’extrême proximité des personnages avec mon monde. Des gens ordinaires, simples, vraiment très réalistes, confrontés à des situations fréquentes et aux problèmes du quotidien.. J’ai aimé la chaleur du microcosme familial, malgré les difficultés et les particularités de chacun. Cela m’a fait penser au "Lulu femme nue" de Etienne Davodeau, mais en mieux, je dois dire. Plus réaliste psychologiquement, plus satisfaisant.
   
   Le dessin est excellent, simplifié mais expressif, sans fausses notes ni déséquilibres. J’aime beaucoup.
   ↓

critique par Sibylline




* * *



Des gens ordinaires
Note :

   Ce sont les deux premiers tomes d'une série qui en comporte quatre. C'est l'histoire de Philippe, qui fête ses 53 ans avec un superbe vélo en cadeau. Hélas, il apprend en même temps son licenciement. Il perd aussi son toit qui était un logement de fonction. A partir de là, il se laisse couler. Il n'est pourtant pas isolé, il y a ses enfants, son ex-femme et son fidèle ami Fabrice, sa vieille mère. Mais rien n'y fait, il passe son temps le nez dans la bouteille à pleurer sur son sort. Il faudra que sa fille lui annonce l'arrivée prochaine d'un bébé pour qu'il se ressaisisse enfin.
   
   Dans le tome 2, Philippe joue les grands-pères un peu indignes et fait la connaissance d'un curieux libraire amateur de bonnes bouteilles. Ce n'est pas forcément ce qu'il y a de mieux pour lui qui sort tout juste d'une période de consommation intensive... Son grand ado de fils lui pose quelques problèmes et il se retrouve par hasard à improviser un petit boulot de coiffeur dans le train. Là, il fera la connaissance d'une certaine Camille.
   
   Il n'y a rien d'extraordinaire dans cette série, mais justement c'est la vie des gens ordinaires qui est décrite, avec ses hauts et ses bas, ses tracas et ses joies. Il y règne une certaine solidarité, Philippe montre que l'on peut remonter la pente et qu'il y a de l'espoir même lorsque tout paraît perdu. Il y a peut-être un excès d'optimisme mais je ne m'en plaindrai pas.
   
   Si je n'ai pas été enthousiasmée, c'est cependant une lecture agréable et des personnages attachants.

critique par Aifelle




* * *