Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Je ferai de toi un homme heureux de Anne B. Ragde

Anne B. Ragde
  La terre des mensonges
  La Ferme des Neshov
  L'héritage impossible
  Zona frigida
  Je ferai de toi un homme heureux
  Sa Majesté Maman

Anne Birkefeldt Ragde est une écrivaine norvégienne née en 1957.

Je ferai de toi un homme heureux - Anne B. Ragde

Potins...
Note :

    « Quand elle lisait le courrier des lecteurs dans les magazines où certaines femmes racontaient combien elles étaient malheureuses, elle se demandait souvent -et Holger lui aussi parfois- pourquoi elle était si heureuse. "Sans doute parce qu'on n'a plus les toilettes dehors", disait-il »
   
   Nous voici au cœur d’un immeuble constitué de huit appartements, deux par étages, dans une banlieue en Norvège, pendant les années 1960. Else Alsen, qui habite au rez de chaussée, est obsédée par le ménage et passe son temps à laver l’escalier, y compris celui de l’étage supérieur, ce qui ne manque pas d’agacer sa voisine, qui le prend comme un reproche. Aucune des femmes de ce bâtiment ne travaille et elles occupent leur temps comme elles peuvent, pour certaines en nettoyant leur intérieur, parfois nue, comme c’est le cas de la voisine du troisième, ce qui ne manque pas d’exciter certains des maris.
   Les bouleversements techniques liés à l’arrivée de l’électroménager (aspirateur, congélateur mais aussi téléphone) ont changé leur vie, tout en suscitant parfois l'envie : "Elle savait que madame Asen avait un congélateur, c’était une pensée à la limite du supportable".
   Tout ce petit microcosme papote (notamment chez l'une des voisines qui coiffe certaines d’entre elles à domicile), s’épie, se cherche ou se fuit. Jusqu’au jour où un démarcheur vient proposer à chacun de ces habitants d’installer un judas sur leurs portes...
   
   Nous retrouvons avec nostalgie l'époque oubliée, à moins que nous ne l’ayons à peine connue, où on lavait son linge et sa vaisselle dans un bac, où la serpillière était le seul moyen d’ôter la poussière et où les femmes étaient plus souvent au foyer qu’au travail.
   
   J'ai été charmée par ce roman, d'autant que nous avons le privilège -nous lecteurs- de rentrer dans le secret des alcôves et de découvrir la vie de chacune de ces familles. La romancière nous offre, à travers une galerie de personnages, le portrait réaliste d'une période révolue. Un retour en arrière, qui restera pour moi un très agréable moment de lecture.

critique par Éléonore W.




* * *