Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Vanina Vanini de Stendhal

Stendhal
  La Chartreuse de Parme
  L'abbesse de Castro
  Vanina Vanini & Le Coffre et le Revenant
  Le rouge et le noir
  Rome, Naples et Florence
  Vie de Henry Brulard
  Vanina Vanini
  Les Cenci
  Lamiel
  Armance
  Mémoires d’un touriste
  Le philtre
  Mina de Vanghel

Stendhal, de son vrai nom Marie-Henri Beyle, est né le 23 janvier 1783 à Grenoble et mort le 23 mars 1842 à Paris.

Vanina Vanini - Stendhal

Chronique italienne
Note :

    Il s'agit peut-être de la chronique la plus connue du recueil "Chroniques italiennes". Le récit se déroule dans les années 1820. La princesse Vanina Vanini est d'une beauté si exceptionnelle qu'elle est courtisée par tous les plus beaux partis de Rome. Mais elle les dédaigne tous. C'est d'un Carbonaro, Pietro Missirilli, échappé de la forteresse Saint-Ange et que son père cache dans son palais, qu'elle va tomber amoureuse, un amour impétueux et fougueux qui va entraîner la trahison et la mort. Ce sentiment est réciproque et les deux jeunes gens deviennent amants. Cependant Piero Missirilli, s'il est follement épris, est partagé entre sa passion pour la jeune femme et son amour de la patrie. Son honneur lui commande de faire son devoir. Vanina, jalouse, orgueilleuse, ne supportant pas que son amant la délaisse, dénonce les Carbonari, amis de Pietro, à un moment où celui-ci est absent et peut échapper à la police. Sa trahison va avoir des conséquences terribles.
   
   Vanina Vanini est publiée 1829, juste un an avant "le Rouge et le Noir". Ils ont tous les deux des points communs, ils content l'histoire d'un amour passion et de personnages exaltés, éminemment romantiques. La princesse Vanina Vanini n'est pas sans rappeler Mathilde de la Mole. Comme elle, elle a la fierté de son rang et de sa beauté, comme elle, elle ne supporte pas la médiocrité, l'ennui et la platitude en amour. Elles aiment le danger et vont jusqu'au bout de leur passion. Toutes deux se donnent à leur amant en dépit des convenances de leur temps, toutes deux aiment en dessous de leur condition, pourvu que leur amant soit supérieur à leurs yeux sur le plan moral. Vanina Vanini à qui son soupirant éconduit demande qui pourrait lui plaire, répond:
   " Ce jeune carbonaro qui vient de s'échapper; au moins celui-là a fait quelque chose de plus que de se donner la peine de naître."
   
    Mathilde que Julien Sorel a failli tuer parce qu'elle insultait son honneur, admire la fierté de son amant et s'exalte à l'idée d'avoir failli mourir de sa main.
   
    Quant à Pietro Missirilli, il est comme Julien Sorel, un jeune homme du peuple qui s'élève au-dessus de sa condition par son sens de l'honneur, son audace, sa grandeur d'âme
   
    Si "Le Rouge et le Noir" est un roman politique et social où Stendhal peint la société de 1830 en France, "Vanina Vanini" ne l'est pas moins mais dans un récit condensé. Il nous montre la société noble de 1820 en Italie, immensément riche, à travers le bal donné par M. le duc de B dans son magnifique palais romain. En fait, par rapport au récit du XVI siècle, le pouvoir n'est plus l'apanage d'une noblesse issue de la chevalerie et exerçant le métier des armes. Le duc est banquier mais il est aussi puissant, sinon plus qu'un roi, parce que plus libre. Ce sont les métiers d'argent qui font la loi, ce qui montre bien l'ascension bourgeoisie en ce début du XIX siècle. D'autre part, aux arts italiens qui ornent le somptueux palais du duc vient s'ajouter le luxe français et londonien. Quant à la politique, Stendhal n'a jamais caché sa sympathie pour les carbonari (ce qui lui a valu de devoir quitter son poste de consul à Milan). Cette société politique secrète qui avait pour but de réaliser l'unité de l'Italie et de doter le pays d'une constitution pouvait rallier certains nobles modérés et patriotes, ce qui est le cas du prince Vanini qui cache Pietro Missirilli dans son palais.

critique par Claudialucia




* * *