Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Philosophie de la vie conjugale de Honoré de Balzac

Honoré de Balzac
  La peau de chagrin
  la fille aux yeux d'or
  Le colonel Chabert
  L'interdiction
  La messe de l’athée
  Le contrat de mariage
  Une ténèbreuse affaire
  Le lys dans la vallée
  Mémoires de deux jeunes mariées
  Illusions perdues
  Le Chef-d’œuvre inconnu
  Philosophie de la vie conjugale
  Louis Lambert
  Séraphîta
  Béatrix
  Splendeurs et misères des courtisanes
  La Grande Bretèche
  La Recherche de l'Absolu
  Eugénie Grandet
  Le curé de village
  La duchesse de Langeais

Honoré de Balzac est un écrivain français né en 1799 et mort en 1850. Très prolifique, il a publié 91 romans et nouvelles de 1829 à 1852 et laissé une cinquantaine d'œuvres non achevées.


* Voir la fiche "Du roman considéré comme un des beaux-arts".

Philosophie de la vie conjugale - Honoré de Balzac

Une nouvelle, en fait
Note :

   "Adolphe se rappelle un proverbe anglais qui dit "N'ayez jamais de journal, de maîtresse, de maison de campagne ; il y a toujours des imbéciles qui se chargent d'en avoir pour vous..."
   

   Tandis qu'une amie a entrepris "tranquillement, en ne se pressant en rien" la lecture intégrale de la Comédie Humaine - et qu'elle s'y tient, la bougresse, et qu'elle se régale même!- je me suis contentée d'une toute petite tranche de Balzac, une nouvelle extraite des Nouvelles et contes, II.
   
   N'était le prénom du personnage masculin, très désuet, ce petit couple, dont Balzac se régale à nous raconter les ajustements avec l'amour et la réalité, pourrait être tout à fait contemporain par bien des aspects! Qui n'a dans son entourage une Caroline qui rêve toujours d'avoir ce que possède sa voisine et croit fermement que certaines ont atteint le bonheur qui semble toujours lui échapper à elle? Elle semble mener son mari par le bout du nez, le manipulant à qui mieux mieux mais Adolphe est sans doute lui aussi bien roué à sa façon!
   
   Ah Balzac ne la ménage pas sa Caroline! Il se moque d'elle, mais avec une bonne humeur communicative, un style alerte et enlevé, qui emportent l'adhésion! La fin est un peu précipitée mais comme elle est censée nous expliquer "la felichitta du finale de tous les opéras, même de celui du mariage", on s'en accommodera bien volontiers!
   
   Un petit plaisir pour deux euros chez Folio!

critique par Cathulu




* * *