Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Cercle de Dante de Matthew Pearl

Matthew Pearl
  Le Cercle de Dante
  L'ombre d’Edgar Poe

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Le Cercle de Dante - Matthew Pearl

Quand Dante mène la danse macabre
Note :

   « Le Cercle de Dante » de Matthew Pearl m’avait été chaudement recommandé. Forte de cet avis, je l’ai lu à mon tour et je n’ai pas été déçue même si, pour l’amateur de romans policiers classiques, il apparaîtra certainement un peu verbeux – mais moi, j’aime bien les longueurs …
   
   Nous sommes à Boston, en 1865. Le Juge Healey, notable bien connu, est retrouvé mort ou plutôt mourant par sa servante. Lorsque les secours arrivent, il est trop tard : le juge vient de décéder. D’ailleurs, les larves d’insectes sont déjà à l’œuvre sur lui …
   
   Au fur et à mesure que se précise l’intrigue, il apparaît que le malheureux a en fait été dévoré vivant par les larves d’une mouche dont on ne trouve en principe aucun specimen aux Etats-Unis.
   
   Le pire, c’est que les meurtres se poursuivent. A chaque fois, une mise en scène atroce où ne réapparaîtront pas les mouches mais que je vous laisse découvrir vous-mêmes. Et, pour les membres d'un club littéraire dont le centre se trouve être le poète américain Longfellow, alors en pleine traduction de «La Divine Comédie» de Dante Alighieri, il devient de plus en plus évident que, dans chaque cas, le meurtrier applique à la lettre la description des châtiments que Dante avait prévu pour les pécheurs dans son «Enfer»
   
   Le début, je vous le signale, est un peu laborieux et le style est touffu. Ceci posé, c’est un bon roman, qu’on ne lâche pas un seul instant tant on est curieux d’apprendre dans quelle cervelle a pu germer pareil modus operendi criminel.
   
   L'un des membres du "Cercle de Dante" peut-être ?
   
   Ou alors un parfait étranger à cet univers hautement cultivé ? ...
   
   Je vous laisse vous pencher sur la question. Bonne lecture !

critique par Masques de Venise




* * *