Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

221b Baker Street de Graham Moore

Graham Moore
  221b Baker Street

221b Baker Street - Graham Moore

Divertissement pour Sherlockiens
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   
   "Octobre 1900, Londres.
   Après avoir reçu un étrange courrier, Conan Doyle se retrouve mêlé à la disparition de plusieurs jeunes filles dans les bas-fonds de la ville. Sur les traces d'un tueur en série, il demande l'assistance d'un de ses amis, l'écrivain Bram Stoker, auteur de Dracula.
   
   Janvier 2009 (ndmm: en fait, c'est 2010...), New York.
   C'est un grand jour pour Harold White : son article mettant en parallèle les exploits de Sherlock Holmes et la naissance de la médecine légale lui vaut d'être intronisé dans la prestigieuse association des "Baker Street Irregulars". C'est aussi un grand jour pour ladite association : Alex Cale, l'un de ses membres les plus renommés, vient de retrouver le "Saint-Graal" des fanatiques de Conan Doyle, le fameux tome perdu du journal intime de l'écrivain, couvrant les mois d'octobre à décembre 1900. C'est en effet à cette époque que Conan Doyle, après avoir fait mourir Sherlock Holmes sept ans plus tôt au grand dam de ses admirateurs, a décidé, pour une raison demeurée inconnue, de faire revivre le célèbre détective. Mais Alex Cale est assassiné avant d'avoir pu dévoiler le contenu du fameux journal et Harold, inspiré par l'art de la déduction de son illustre modèle, se lance sur la piste du meurtrier.
   Deux enquêtes à plus d'un siècle de distance, de mystérieuses correspondances, un formidable coup de théâtre. Avec ce premier roman passionnant, Graham Moore, s'inspirant de faits réels, nous offre un voyage fascinant dans le monde des collectionneurs et des obsessionnels de Sherlock Holmes, et met le lecteur à l'épreuve : saura-t-il résoudre l'énigme avant le héros?"

   
   
   
   Commentaire

   
   Quand il y a Sherlock dans un roman, je suis toujours preneuse. C'est que c'est vraiment très Sherlock, tout ça. Je dirais même over-Sherlock!
   
   Disons-le tout de suite, ce roman est un pur divertissement. Mais un divertissement qui ne prend pas non plus ses lecteurs pour des imbéciles, et ce même si la plupart des citations et références sont expliquées. Les amateurs du célèbre détective jubileront à presque chaque page grâce aux références à Holmes, au Canon ou à la vie de Arthur Conan Doyle. Les citations sont jouissives et les personnages, même s'ils sont assez peu développés sont tous un peu fous, surtout les fameux Sherlockiens, qui connaissent tout par cœur et qui feraient n'importe quoi pour retrouver le fameux "journal perdu" de Doyle. Dieu sait que je peux comprendre le fait d'être complètement accro à un truc et à parler de façon incompréhensible pour 99% de la population!
   
   Les chapitres s'alternent entre la période où se déroule le fameux "journal perdu" et où nous suivons Arthur Conan Doyle et son ami Bram Stoker pas encore connu dans la résolution d'une enquête de meurtre, et la période moderne où Harold, un Sherlockien est accompagné de Sarah, une journaliste. Ils sont à la recherche d'un meurtrier et aussi du fameux journal, qui semble bien convoité. Les chapitres sont courts mais bizarrement, le fait d'alterner entre les deux époques passe bien. Probablement parce que ce n'est pas haletant non plus, comme enquête.
   
   En fait, je reprocherais surtout un début un peu lent. J'ai mis un moment à entrer dans les histoires, à voir où ça s'en allait. Ça n'a pas été une passion folle mais l'intérêt a été soutenu à partir de la page 100, environ. On sent partout l'hommage à Holmes, avec les déductions complètement tirées par les cheveux et les indices incompréhensibles. Harold n'a rien d'un Sherlock dans la vie pourtant, c'est un loser sympathique, même s'il a atteint son but : être membre des Baker Street Irregulars. Et les personnages ne sont pas non plus le point le plus intéressant. Le plus intéressant, ce sont les références, les citations et, pour moi, surtout, les réflexions sur le roman policier et ce qu'il implique. Ça, ça m'a vraiment plu.
   
   Un bon divertissement donc. Agréable à lire sans être pour autant surprenant. L'auteur mêle habilement la réalité et la fiction et part de faits réels pour créer une histoire intéressante et bien menée. Les quelques pages où il explique d'où il est parti sont bien intéressantes. Un bon moment de lecture, donc.

critique par Karine




* * *