Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un employé modèle de Paul Cleave

Paul Cleave
  Un employé modèle
  Ne fais confiance à personne

Paul Cleave est un écrivain néo-zélandais né en 1974.

Un employé modèle - Paul Cleave

Un employé déjanté
Note :

   A ne surtout pas prendre au premier degré, cet "employé modèle"!
   
   Soit Joe Middleton, individu "pas fini", vieux garçon du genre pas détaché de sa maman possessive, homme de ménage dans un commissariat et surtout... "pas fini" donc. Pas fini de la tête, qui n’a guère que deux préoccupations ; se montrer soumis vis-à-vis d’une mère limite démente et supprimer abominablement des femmes dans sa ville afin d’occuper le temps et pouvoir suivre le pataugeage des enquêtes "in vivo", au sein de son commissariat, là où il fait le ménage, là où il passe pour un simple d’esprit.
   Il est à coup sûr des simples d’esprit qui sont pour autant des hommes dangereux. Notre Joe Middleton en est un.
   Mais voilà qu’un grain de sable s’est glissé dans sa belle rhétorique : assassinat et observation subséquente d’une enquête qui patauge. On a attribué au "Boucher de Christchurch", son petit nom de serial killer un meurtre qui n’est pas de son ressort. Pour un déglingué perfectionniste comme lui, il y a là quelque chose d’intolérable. Il va donc profiter de sa position privilégiée au sein du commissariat pour mener sa propre enquête, possédant un avantage sur les enquêteurs en titre ; il est des pistes qu’il peut éliminer, des noms qu’il peut biffer. Simple d’esprit, oui, mais pas bête!
   Mais il va tomber sur un os. Sur plus retors – retorse plutôt – que lui. Sur une femme déterminée qui va le percer à jour et le manipuler, ou du moins le tenter, dans de nouvelles exactions...
   
   "Elle sourit. "T’es un petit malin, Joe, c’est ça? Tu voudrais en savoir plus?
   Pas vraiment.
   C’était purement un hasard que je me sois installée à côté de toi, Joe, et, quand tu as dit que tu étais flic, j’ai immédiatement su qu’il fallait que j’en apprenne plus. Seulement la police ne fait pas venir des consultants dans les affaires de tueurs en série, en tout cas pas des consultants comme toi. Ils font venir des experts de l’étranger. Personne vivant dans cette ville n’a ce genre de compétence. Et ensuite on a parlé de l’affaire. Tu avais trop de données confidentielles, tu en savais trop sur les meurtres. Seulement, tout ça ne rimait à rien. Et puis quand tu m’as parlé de l’arme, tout est devenu clair. Tu en savais beaucoup trop pour avoir glané tout ça dans la presse. Tu n’étais pas n’importe qui. Et deviner qui, c’était assez facile. Tout ce que j’avais à faire, c’était te dire que je n’étais pas d’ici, et tu m’as immédiatement vue comme une parfaite victime. Quelqu’un dont la disparition ne serait pas remarquée."
   

   Joe, un petit malin... oui, une façon de voir! Il a trouvé en tout cas plus maligne...
   
   La trame de ce polar n’est pas banale, et l’angle d’attaque très original. Néanmoins on peut regretter le côté très réaliste des scènes de violence, de tortures, qui mettent mal à l’aise, là où un Carl Hiaassen par exemple sait rester dans un humour fort à propos et procéder de manière allusive.
   
   Trop premier degré donc. Justement ce qu’il ne faut pas!

critique par Tistou




* * *