Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Pike de Benjamin Whitmer

Benjamin Whitmer
  Pike
  Cry Father

Benjamin Whitmer est un auteur américain né en 1972.

Pike - Benjamin Whitmer

Du bon, du lourd
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   
   "Pike n'est plus l'effroyable truand d’autrefois, mais il a beau s'être rangé, il n’en est pas plus tendre. De retour dans sa ville natale des Appalaches proche de Cincinnati, il vit de petits boulots avec son jeune comparse Rory qui l'aide à combattre ses démons du mieux qu’il peut. Lorsque sa fille Sarah, disparue de longue date, meurt d’une overdose, Pike se retrouve en charge de sa petite-fille de douze ans. Mais tandis que Pike et la gamine commencent à s'apprivoiser, un flic brutal et véreux, Derrick Kreiger, manifeste un intérêt malsain pour la fillette. Pour en apprendre davantage sur la mort de Sarah, Pike, Rory et Derrick devront jouer à armes égales dans un univers sauvage, entre squats de junkie et relais routiers des quartiers pauvres de Cincinnati."

   
   
   "Pike" de Benjamin Whitmer est un roman noir très différent des autres romans parus chez Gallmeister. Ici, pas de héros sympathique, pas d'ambiance cool qui se déploie peu à peu, pas d'humour au second degré. Non, le lecteur est pris à parti dès le départ sans qu'il lui soit possible de souffler (sauf s'il décide de faire quelques pauses pour s'en remettre, comme moi...). Oui, car ce roman si vous parvenez à le lire ne vous fera pas de cadeau (je crois que je vais garder en mémoire une image incarnée par une seule phrase, terrible, je ne peux même pas en parler).
   
   On y rencontre un père indigne au passé trouble dont la fille a été retrouvée morte d'une overdose (je vous passe les détails), un flic pourri aux tendances pédophiles, des meurtres, des squats, des junkies, etc. Le fond du fond des États-Unis en somme. Vous me direz pourquoi lire ce bouquin? parce que c'est diablement bien écrit (dire que c'est un 1er roman!), parce qu'il manie savamment l'art de l'ellipse, parce que sous toute cette crasse subsiste un brin d'humanité et d'espoir.
   
   Bref, c'est du grand, du bon, du lourd, de la littérature quoi.
   Bon, prévoyez quand même un petit bouquin léger ou une gentille comédie pour l'après "Pike"...
    ↓

critique par Petit Sachem




* * *



Ames sensibles...
Note :

   Pike est un ancien dealeur, toxicomane, mais reste violent (et armé). Il apprend la mort de sa fille Sarah qu'il n'avait plus vue depuis qu'elle avait six ans et se voit chargé de Wendy, douze ans, plutôt à cran (et Monster, son chaton). Sarah était prostituée et toxicomane et est morte dans des conditions sordides qu'il veut élucider complètement. Avec lui, Rory, un jeune boxeur au passé traumatisant.
    Sur leur chemin, se retrouve Derrick Krieger, un flic "brutal et véreux", compromis entre autres dans la mort d'un gamin noir qui s'enfuyait, et semblant connaître la fillette et pas mal de détails sur la mort de Sarah.
    Pike et Derrick finiront par se retrouver, un seul en sortira vivant.
   
   Âmes sensibles, attention! C'est 100% noir. Les épisodes violents se succèdent, personne ne sort intact, non que l'auteur s'appesantisse sur les détails (les évoquer, ça suffit largement), ça cogne, ça tire, la plupart du temps sans réfléchir plus avant. On plonge dans des milieux de paumés, de sans espoir, de cabossés par la vie.
   
    Ce côté brut de décoffrage a fini par m'empêcher de m'attacher à l'histoire, qui se déroule en laissant derrière elle un bon lot de cadavres (Pike, Wendy et le chaton s'en tirent, en gros). Mais c'est un roman découpé au millimètre, sans un gramme de graisse inutile, hallucinant, noir (oui, je l'ai dit) et superbement écrit. A vous de voir, vous êtes prévenus.
    ↓

critique par Keisha




* * *



Noir terne
Note :

    Je n'ai pas eu un énorme plaisir à lire ce polar et cela se vérifie car je n'ai pas une envie démesuré de me jeter sur l'écriture de la critique. Pas d'envie de conseiller la lecture de ce roman.
   
    Bon, pourtant "Pike" c'est accrocheur et les précédents titres que j'ai lus dans cette collection laissait présager un bon moment...
   
    L'histoire se déroule en plein cœur des Etats-Unis sales et glauques, Cincinnati ne fait pas rêver: ville industrielle, pauvre et au tiers peuplée de noirs américains. Benjamin Whitmer y trouve les éléments de son polar plus noir que noir. C'est d'ailleurs la qualité essentielle de ce roman: l'ambiance générale. Le style et l'atmosphère de l'auteur sont souvent comparés à ceux d'un maître du noir, Jim Thompson.
   
    Tout commence avec une bavure policière qui met un quartier noir à ébullition : c'est à cause de ce sale flic véreux appelé Derrick Krieger qui préfère faire justice lui-même. Et puis, on enchaîne directement avec le fameux Pike - ancien truand reconverti dans les petits boulots et petites combines- qui apprend la triste nouvelle de la mort de sa fille Sarah... par overdose. Une fille camée et qui, de temps à autre, se prostituait et qu'il avait abandonnée des années auparavant. Bon, mauvaise, très mauvaise nouvelle, d'autant plus que Pike se voit récupérer sa petite file Wendy (la fille de Sarah donc...), jeune ado au fort caractère. La problématique est donc là : s'il ne s'est pas occupé d'elle durant sa vie, Pike va devoir mener l'enquête pour élucides les causes de la mort de sa fille. Aidé d'un jeune boxeur Rory qui combat dans des salles obscures et rêve d'un destin professionnel, le héros va donc croiser le monde des truands et de la prostitution, obligé de s'allier à des véreux, tout une galerie de personnages scabreux et misérables.
   
    Composée de courts chapitres, le livre est bien rythmé, mais je n'ai pas trouvé une véritable continuité dans l'histoire. L'écriture de Whitmer est sèche et parfois affutée comme une lame de couteau. Quelques passages sont cinglants et la mise en scène noire est très cinématographique. mais...j e dirais que trop de "sombritudes" fait qu'on n"y croit plus d'autant que l'intrigue n'est pas fabuleuse.
   
    Bon, finalement, le "noir"… c'est terne !

critique par Laugo2




* * *