Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Oliver Twist de Charles Dickens

Charles Dickens
  Chroniques de Mudfog
  De grandes espérances
  La maison d’âpre-vent
  David Copperfield
  Voie sans issue
  Un conte de deux villes
  Un chant de Noël
  L'ami commun
  La Petite Dorrit
  Le mystère d'Edwin Drood
  Esquisses de Boz
  Les aventures de Monsieur Pickwick
  Ados: De grandes espérances
  Oliver Twist
  Dès 08 ans: Scrooge, Un Chant de Noël
  Barnabé Rudge
  Nicholas Nickleby
  Dès 10 ans: Le chant de Noël en prose
  Histoires de fantômes
  Les temps difficiles

Charles Dickens est un écrivain anglais né en 1812 et décédé en 1870.

Vous trouverez sur ce site la fiche de l'ouvrage que Marie-Aude Murail a consacré à Charles Dickens, ainsi que la bibliographie rédigée par J.P Ohl.

Les amateurs pourront peut-être également s'intéresser au fantaisiste "Monsieur Dick" qui tente de résoudre le mystère d'Edwin Drood ainsi qu'au "Drood" de Dan Simmons.

On trouve une des nouvelles de C. Dickens dans le recueil "Les Fantômes des Victoriens" .

Oliver Twist - Charles Dickens

Groupie for ever
Note :

   Présentation de l'éditeur (celle du livre de poche. Je refuse de traduire!)
   
   "Oliver Twist naît orphelin dans l'Angleterre du XIXe siècle.
   Mal nourri, exploité dès ses plus jeunes années, le pauvre garçon endure tout avec patience. Mais un jour, il refuse les traitements injustes qu'il subit et fuit vers Londres. Recueilli par une bande de jeunes voleurs, il découvre alors un autre monde, tout aussi cruel. Le destin cessera-t-il de s'acharner contre Oliver?"

   
   Commentaire
   
   C'est une relecture que je vous présente aujourd'hui mais comme je l'ai lu la première fois très jeune et que je pense d'ailleurs que j'avais lu une version abrégée, ça compte presque comme une première. J'avais aussi l'esprit parasité par trop d'écoutes de la comédie musicales Oliver. Quelle surprise de découvrir que Fagin n'est pas un drôle de petit criminel limite comique! Loin de là, même si une partie de l'esprit du personnage est respecté.
   
   Disons-le tout de suite, ce roman de Dickens ne fait pas partie de mes préférés de l'auteur, même si j'aime toujours autant les mots de l'auteur et les univers vivants et animés qu'il sait créer. Lire Dickens, c'est toujours un plaisir pour moi et je fais durer. Je ris toute seule, j'engueule les personnages... Bref, c'est une lecture qui est toujours vivante et qui est très doudou.
   
   Par contre, pour apprécier "Oliver Twist", il faut avoir disons... l'esprit ouvert aux coïncidences troublantes? Parce que bon, amis de la crédibilité bonsoir hein! Il faut savoir ça quand on ouvre le roman. Et savoir aussi que les teintes de gris ne sont pas nécessairement très... présentes. Ici, on est soit très très gentil ou très très pas gentil. Seul Mr. Grimwig est un peu entre les deux, sans oublier Nancy, jeune prostituée aux prises avec Fagin et Bill Sikes (brrrrr), très touchante, qui évolue tout au long du roman, même si cette transformation est disons très extrême. Mais c'est Dickens après tout, on ne s'attendrait pas à moins.
   
   Ici, Dickens nous offre à sa manière un commentaire sur les lois des pauvres ainsi que sur la condition de certaines maisons de travail dans l'Angleterre du 19e siècle. Avec ce ton qui lui est si particulier, en faisant de ses personnages des caricatures d'elles-mêmes, souvent ridicules mais qui sonnent pourtant juste, il réussit à nous faire ouvrir grand les yeux sur certains éléments d'un système qui avait définitivement besoin d'être dépoussiéré. Certaines scènes avec Mr Bumble sont hilarantes, même si le personnage en lui-même est assez pathétique et le petit univers de Fagin, avec ces petits voleurs qui n'ont eu aucune chance mais qui lui sont fidèles, est particulièrement vivant et triste à la fois. Oliver est trop beau pour être vrai mais je l'ai quand même aimé et j'ai apprécié suivre ses aventures, même si je savais pas mal comment ça allait se terminer.
   
   Pas mon préféré mais du Dickens quand même! Et Dickens, j'aime d'amour. Voilà, c'est tout!

critique par Karine




* * *